Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesVValinor's Tree › And Then There is Silence

Valinor's Tree › And Then There is Silence

cd • 8 titres • 65:00 min

  • 1Fields of sorrow 10:17
  • 2Like a whisper 6:56
  • 3Tell me a story 13:50
  • 4Come home 5:48
  • 5Reaching for angels 5:11
  • 6Silence within 9:17
  • 7She will dance no more 5:10
  • 8Autumn rain 8:39

enregistrement

Suède, 1999

line up

Ola Sivefäldt (chant, guitare, loops), Anders Lindgren (basse, guitare acoustique, synthétiseur, choeurs), John Lönmyr (claviers, choeurs), Matias Jarlhed (batterie, percussions, clarinette, choeurs)

remarques

chronique

"Et puis il y eut le silence" ... Oui, après cela, plus jamais on entendra parler des Valinor's Tree ! Personne ne s'en plaindra. D'ailleurs, c'est à se demander s'il était nécessaire de mentionner leur existence ? En dépit des apparences, je pense que oui : cela témoigne de l'intense activité qui secouait cette scène à l'aube des années deux mille. Quand "Fields of Sorrow" ouvre le nouvel album des Valinor's Tree, on a l'impression d'entendre une chute studio de leur précédent effort. Schématiquement parlant, tout y est reproduit avec un souci du détail monomaniaque. Tout, c'est à dire, toutes les bonnes et les mauvaises options qui ont forgé leur identité, mais le terme est sans doute mal choisi. "Like A Whisper" nous refait le coup de "Cold", à savoir, une exposition plus aérienne et un refrain plus dur, à l'inverse de ce que le groupe propose d'habitude. Mais il y a une nuance ; sur cette ballade dépressive, gâchée par une guitare proéminente qui, elle, ne semble pas connaître la mesure, on croit déceler une influence non négligeable, celle de la bande à Tom Yorke. Subitement, Valinor's Tree apparaît plus introverti, ouvre son espace à davantage d'apports acoustiques (piano, guitare sèche) et joue la carte de la mélancolie, de la pop sentimentale à défaut d'être vraiment sensible. Ainsi, "Come Home" puis l'électroniquement onirique "Reaching for Angels", de dimensions plus modestes, titilleront la curiosité des amateurs du Marillion période Steve Hogarth. C'est dire si entre "Kingdom of Sadness" et cet ultime "And Then There Is Silence", Valinor's Tree a tout de même eu le courage de se remettre en question en abordant des esthétiques différentes sur leur route bien balisée. Mais comme signifié plus avant, les travers du groupe ne se sont pas dissipés pour autant ("Tell Me A Story", "Silence Within" ou encore "She Will Dance No More" qui s'essayent à d'autres habillages aux ficelles particulièrement grossières), plombant le peu de bonnes intentions qui étaient les leurs sur cet album foutraque et incohérent.

note       Publiée le vendredi 5 février 2010

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "And Then There is Silence".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "And Then There is Silence".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "And Then There is Silence".