Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesVValinor's Tree › Kingdom of Sadness

Valinor's Tree › Kingdom of Sadness

cd • 4 titres • 42:00 min

  • 1Kingdom of sadness 8:32
  • 2Cold 10:52
  • 3Memories 9:11
  • 4Deep 13:33

enregistrement

Suède, 1998

line up

Ola Sivefäldt (chant, guitare), Anders Lindgren (basse, choeurs), John Lönmyr (claviers, choeurs), Matias Jarlhed (batterie, choeurs)

remarques

chronique

Autre groupe qui bénéficie des honneurs de Record Heaven, les Valinor's Tree qui, comme Book of Hours, aurait eu tort de se priver en ne prenant pas en marche le train conduit par les désormais respéctés Anekdoten. Et comme pour Book of Hours, rien de bien excitant à se mettre sous la dent. Une vague ressucée d'une décalcomanie ne peut donner, au final, que quelque chose de trop flou ; quelque chose de particulièrement effacé, de fondamentalement impersonnel. Pourtant, tous les éléments pour attirer le chaland sont là : intro au mellotron (émulation), guitares proéminentes, pathos, chant plaintif (barbant), et titres à rallonge. En cuisine comme en musique, c'est pourtant une chose acquise de longue date : donnez les mêmes ingrédients à deux personnes différentes, vous n'obtiendrez jamais la même recette ! La plage titre met l'accent sur l'énergie, mené tambour battant sur une rythmique qui ne ralentit la cadence que pour mettre en évidence la mélodie lénifiante du refrain. Signe d'extrême originalité, "Cold" adopte le principe contraire. Près d'onze minutes d'une chanson qui n'en finit pas et qui, vraiment, aurait sans doute eu plus d'impact à être ramenée à des proportions plus modestes. En refusant l'évidence, Valinor's Tree tombe dans l'écueil de bon nombre de groupes qui veulent se la jouer complexe sans avoir quoi que ce soit à dire. Les effets, les ponts, les parties instrumentales s'enchaînent peut-être avec fluidité, mais manquent indéniablement de consistance. On n'y croit pas, voilà tout ! Deuxième partie de disque, "Memories" démarre et il ne fait désormais plus aucun doute qu'ils vont remettre le couvert une troisième, puis une quatrième et dernière fois avec "Deep". Alors, oui, comme le dirait un de mes proches amis, "ça se laisse écouter". Mais n'est-ce pas pas là le plus triste qualificatif qu'on puisse attribuer à une musique, peu importe sa nature ; qu'elle soit insignifiante ?

note       Publiée le vendredi 5 février 2010

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Kingdom of Sadness".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Kingdom of Sadness".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Kingdom of Sadness".