Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesZFrank Zappa › Chunga's revenge

Frank Zappa › Chunga's revenge

10 titres - 40:22 min

  • 1/ Transylvania Boogie (5:01)
  • 2/ Road Ladies (4:10)
  • 3/ Twenty Small Cigars (2:17)
  • 4/ The Nancy and Mary Music (9:27)
  • 5/ Tell Me You Love Me (2:33)
  • 6/ Would You Go All the Way? (2:29)
  • 7/ Chunga's Revenge (6:15)
  • 8/ The Clap (1:23)
  • 9/ Rudy Wants to Buy Yez a Drink (2:44)
  • 10/ Sharleena (4:04)

enregistrement

The Record Plant et TTG Inc., Holywood, Whitney Studio, Los Angeles, USA et Trident Studio, Londres, Angleterre, 1969 - 1970

line up

Max Bennett (batterie), George Duke (orgue, trombone, piano électrique, chant), Aynsley Dunbar (batterie), Flo & Eddie (chant), John Guerin (batterie), Sugar Cane Harris (violon), Jeff Simmons (basse, guitare, chant), Ian Underwood (orgue, piano, piano électrique, saxophone alto et ténor), Frank Zappa (guitare, percussions, batterie, claviers, chant)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité

chronique

"Chunga's Revenge" est le troisième album à paraître crédité au seul nom de Frank Zappa. Derrière l'arbre se cache la forêt des projets que Zappa compte mener de front. Ainsi, essuyant la défection de quasi tous les membres des Mothers, tous partis pour des fortunes diverses (dont on retiendra principalement Lowell George qui ira fonder Little Feat, ou Arthur Tripp et Roy Estrada s'en allant rejoindre le Magic Band de Captain Beefheart), Zappa est obligé de mettre sur pied une nouvelle formation, autour de lui et du fidèle clavieriste/saxophoniste Ian Underwood. Un nouveau Mothers voit donc le jour avec le recrutement des vocalistes fous des Turtles, Mark Volman et Howard Kaylan, rebaptisés pour l'occasion Phlorescent Leech and Eddie, mais aussi le claviériste George Duke et surtout le batteur Aynsley Dunbar qui va mettre de côté son aventure avec le Retaliation pour se consacrer tout entier à l'œuvre de Zappa. Le résultat se rapproche de ce que les Mothers avaient jadis de plus irrévérencieux avec une esthétique plus rhythm'n blues, blues, voire carrément hard rock ("Tell Me You Love Me"), avec aussi ce soupçon de ridicule nécessaire pour en faire du Zappa pur jus ("Would You Go All the Way ?", "Sharleena", "Rudy Wants to Buyz Yez a Drink"). Ce virage blues est confirmé avec "Road Ladies" et surtout le monumental "Transylvania Boogie" qui, en ouverture, nous met tout de suite dans le bain. Mais ce titre, comme tous les autres instrumentaux de l'album ("Chunga's Revenge", "Twenty Small Cigars" issu, et cela s'entend, des sessions "Hot Rats"), sont le fruit du travail du Hot Rats Ensemble, à vocation donc instrumentale et beaucoup plus axée sur le jazz, orientation que les forces en présence permettent désormais sans la moindre équivoque. En bout de course, "Chunga's Revenge", sans être essentiel dans l'œuvre de Zappa, s'impose en tant qu'élégant compromis, revenant à un discours plus accessible qui, et ce n'est pas rien de le noter, fera mouche en rencontrant un certain succès public.

note       Publiée le jeudi 25 avril 2002

partagez 'Chunga's revenge' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Chunga's revenge"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Chunga's revenge".

ajoutez une note sur : "Chunga's revenge"

Note moyenne :        16 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Chunga's revenge".

ajoutez un commentaire sur : "Chunga's revenge"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Chunga's revenge".

Dioneo › jeudi 19 avril 2018 - 12:56  message privé !  Dioneo est en ligne !
avatar

Disque découvert grâce à Wong Kar Waï (qui utilise plusieurs fois l'ouverture du morceau épo dans Happy Together) et... L'album qui m'a fait me dire que "mais si en fait, Zappa c'est BIEN", plusieurs années après que Sheik Yerbouti m'ait fait fuir le gars ! Donc pas objectif sur celui-là mais n'empêche : à la réécoute (ça faisait un moment que je ne l'avais pas ressorti), il est bien cool, ce Chunga's Revenge. Et très "accessible", oui, je dirais, et puis on y trouve un peu tout l'éventail de ce qu'il(s) faisai(en)t pendant cette période. Des trucs jazzy-sophistiqués comme Twenty Small Cigars (proches de Hot Rats et issu des sessions de, comme souligne Proggy), des blueseries-boogies triturées/mutantes comme le fabuleux morceau d'ouverture, Road Ladies... Du Doo Wop déconnant sur Would You... Même un côté Funkadelic sur Tell Me You Love Me. Des trucs qui avec le temps peuvent me fatiguer si l'humeur n'y est pas (The Nancy & Mary Music) mais d'autres que je trouve toujours chaque fois fantastiques (Chunga's Revenge, donc... Cette intro, ces solos de sax/guitare... et j'aime bien le The Clap sur quoi débouche le truc, conclusion inattendue). Bref... J'aime toujours bien le bidule, un peu moins "cohérent" que d'autres Zappa mais avec pour ça justement un certain charme de la balade qui se prolonge et s'égare. Et puis comme je disais : celui de la véritable entrée dans l'œuvre de Franky Moustache, qu'a été ce disque, pour moi.

Note donnée au disque :       
Dun23 › jeudi 25 janvier 2018 - 12:38  message privé !

Ouais, de transition. Mais bon, c'est indéniable. Et le côté blues est comme tout ce qu'a touché ce moustachu, fortement imprégné de zappatitude.

Note donnée au disque :       
Aladdin_Sane › jeudi 25 janvier 2018 - 10:29  message privé !

Acheté il y a peu (avec Waka Jawaka et Studio Tan), j'avais un peu peur que cet album soit trop orienté "blues", ce qui n'est pas vraiment le cas à ma grande satisfaction. Un bon Zappa de transition pour ma part...

Note donnée au disque :       
Thierry Marie › jeudi 20 janvier 2011 - 18:54  message privé !

Un Zappa très moyen, de transition si ce terme a un sens dans le flux de la continuité conceptuelle du Maître, oui: très moyen pour du zappa (père), c'est à dire excellent...

Note donnée au disque :       
punksportif › dimanche 28 septembre 2008 - 08:45  message privé !

la pièce éponyme "chunga's revenge" est sublime, avec ce saxo reposant au début. le reste du disque est bon. j'ai toujours préféré les autres versions de "tell me you love me" (notamment celle de tinseltown rebellion, que l'originale présente içi...

Note donnée au disque :