Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNurse With Wound › Echo Poeme: Sequence N° 2

Nurse With Wound › Echo Poeme: Sequence N° 2

cd • 1 titre

  • 1Echo Poeme: Sequence N° 2 48:55

line up

Steven Stapleton (montage), Amantine Dahan Steiner (voix), Isabelle Gaborit (voix)

remarques

Musique inspirée par le film "L'année dernière à Marienbad"(1961) d'Alain Resnais

chronique

"Aaah, jeü suis dans leü Fräänce ! Pariiis ! Je bois leü vin rüüge, je mange leü baguette !" Assez tergiversé, s'il y a bien un poncif que les étrangers retiennent lorsqu'il est question de la France, c'est la sensualité de nos actrices. "Aah, Brigitte Bardööt ! Catheürine Deneüüve !" Et la création contemporaine y a joué pour beaucoup, dans bien les domaines : musique (Luc Ferrari), cinéma (Jean-Luc Godard, Louis Malle) pour ne citer qu'eux - l'image de la jolie francaise à la voix caressante et sensuelle s'est insidieusement infiltré dans le coeur des Hommes en sautillant gracilement de décennie en décennie et les fait encore trembler aujourd'hui ; en témoigne le succès à l'étranger des rééditions vinyles de France Gall et autres midinettes venu du pays aux quatre cent fromages. Si je dis ca, c'est pour en venir à la forme du disque (rond, oui ; mais je parle du contenu), sonnant en tout point extrêmement française. Il s'agit d'une seule pièce électroacoustique uniquement constitué d'un mélange vaporeux de voix de deux femmes chantonnant et murmurant tout à tour des ritournelles immémoriales (L'Aigle Noir de Barbara, Pirouette-Cacahuète et d'autres mais aussi des bribes de conversations sans repères) qui vont et viennent sur un drone extrêmement discret mais omniprésent dans des volutes gazeuses d'échos, de tremblement de voix, de lentes respirations. Il aurait été inspiré par le film "L'Année dernière à Marienbad" de Resnais, à la construction tout aussi indistincte. Dans ce mélange à priori statique, on s'amuse à chercher la référence des chansons, on oublie une phrase pour sauter sur une autre tout en s'émerveillant de la langueur sensuelle de ces mots récurrents - "Constriction", "Décomposition", "Altercation" qui deviennent soudainement excitants comme un glissement de doigts le long d'une courbe lorsqu'ils sont répétés dans les mouvements aveugles du poème. Loin de nous euphoriser, les voix féminines éveillent les sens et la conscience à un degré de subtilité étonnant : il m'est impossible de m'endormir sur ce disque qui au contraire m'enferme à l'intérieur de mes propres zones fantasmatiques, où le son devient une femme et le poème, un harem. Le disque se referne sur "À la Claire Fontaine" qui prend alors un tout nouveau sens. Le sens... l'essence. Essensuel, oui.

note       Publiée le mercredi 27 janvier 2010

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Echo Poeme: Sequence N° 2" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Echo Poeme: Sequence N° 2".

notes

Note moyenne        4 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Echo Poeme: Sequence N° 2".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Echo Poeme: Sequence N° 2".

kranakov Envoyez un message privé àkranakov

Un peu poussif et outrageusement long. NWW a eu raison de se détourner (un peu) de ces pistes-albums d'ambient surfaites qu'on écoute quinze fois dans une vie.

VL Envoyez un message privé àVL
avatar

Stapleton peut perdre, mais il gagne toujours...

Note donnée au disque :       
Wotzenknecht Envoyez un message privé àWotzenknecht
avatar

Couplé simultanément avec Salt Marie Celeste, on entre en plein cauchemar Lynchien... splendide et terrifiant

brighter_paëlla_now Envoyez un message privé àbrighter_paëlla_now

Très onirique mais effectivement je ne l'utiliserai pas pour m'endormir.

Wotzenknecht Envoyez un message privé àWotzenknecht
avatar

pour ma part je trouve celui-ci bien plus subtil !