Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBoddy / Reuter › Unwound

Boddy / Reuter › Unwound

  • 2010 • Din Records DiNDDL06 • 1 Téléchargement Web

cd • 7 titres • 55:16 min

  • 11 Mode I 8:00
  • 22 Mode II 6:20
  • 33 Mode III 6:20
  • 44 Mode IV 8:34
  • 55 Mode V 7:08
  • 66 Mode VI 6:56
  • 77 Mode VII 11:58

line up

Markus Reuter: Guitares et Électroniques Ian Boddy: Programmation, échantillonnage et synthés

remarques

Pour en savoir plus sur Ian Boddy et les artistes de DiN, ainsi que pour y entendre des extraits MP3, visitez le site de DiN: http://www.din.org.uk/index01.html

chronique

Unwound s’adresse à ceux qui ont dévoré Derwish. En fait c’est Derwish, mais désossé! Un Derwish revu et remixé par Ian Boddy qui, titre par titre, a enlevé toutes structures rythmiques, laissant planer de sulfureuses lamentations spectrales issues d’instruments à cordes et à vents qui fusionnent dans un univers musical atonal dont l’intensité traque la perçante guitare de Markus Reuter.
Dès les premières notes égarées de Mode I on devine le squelette de Derwish avec cette guitare
Frippienne qui se mute en un ensemble de violons aux souffles ocrés et métallisés. Point de rythmes, seulement que des envolées violonées qui s’entremêlent à des fines boucles d’une guitare amplement décortiquée et dépourvue de son identité première. Désintéressant? Pas tout à fait. Poussant l’exploration et l’exploitation sonore à son maximum, Ian Boddy réussi à créer une ambiance surréaliste où toutes les sonorités confondues se moulent à une ambiance intemporelle avec des tempos esquintés, comme sur Mode II et Mode VI, où les sonorités de flûtes suraigües figent l’harmonie dans un étain musical strident, ou avec des mouvements totalement atonaux où les douces oscillations survolent paresseusement une obscurité remuée par d’oblongues pulsations, comme sur Mode III et Mode IV.
Avec sa douce approche flûtée, dont les reflets de son écho se perdent dans les lamentations d’une guitare aux cordes fortement pincées, Mode V est sans doute le plus beau titre d’Unwound. Le plus accessible aussi, car très sensible avec ses stridences oscillatoires qui s’évaporent dans les déchirements d’une guitare solitaire dont on perçoit difficilement les teintes, tant les sonorités épousent une acuité sonore à faire éclater un cristal fendiller. Mode VII termine Unwound avec une chorale sérielle où les chœurs se moulent à de faibles fluctuations, déviant dans d’obscurs couloirs incantateurs où l’atonie reste la principale agonie d’un Spiral Manœuvre rescapé.
En toute honnêteté, Unwound n’est pas synonyme de musique commerciale. C’est une audacieuse expérience sonore qui approfondit les bases de Derwish. Mais un Derwish fantomatique à qui on a enlevé toute vie cadencée pour le permuter en 6 segments autant spectraux que métallisés. De l’industriel latent qui siège sur de lentes oscillations souvent stridentes où Ian Boddy tisse les toiles de son imagination bien au-delà des limites structurelles de Derwish. Une introspection intimiste qui nourrit fort bien le bassin d’expérimentation des structures sonores aux thèmes similaires, que le label DIN propose depuis sa fondation. Un album pour oreilles curieuses et esprits ouverts!

note       Publiée le mercredi 27 janvier 2010

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Unwound".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Unwound".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Unwound".