Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesZFrank Zappa › Freak out!

Frank Zappa › Freak out!

cd | 15 titres | 60:05 min

  • 1 Hungry Freaks, Daddy [3:27]
  • 2 I Ain't Got No Heart [2:30]
  • 3 Who Are the Brain Police? [3:22]
  • 4 Go Cry on Somebody Else's Shoulder [3:31]
  • 5 Motherly Love [2:45]
  • 6 How Could I Be Such a Fool [2:12]
  • 7 Wowie Zowie [2:45]
  • 8 You Didn't Try to Call Me [3:17]
  • 9 Any Way the Wind Blows [2:52]
  • 10 I'm Not Satisfied [2:37]
  • 11 You're Probably Wondering Why I'm Here [3:37]
  • 12 Trouble Every Day [6:16]
  • 13 Help, I'm a Rock [8:37]
  • 14 It Can't Happen Here [3:56]
  • 15 The Return of the Son of Monster Magnet [12:17]

enregistrement

Sunset Highland Studio, Los Angeles, Californie, USA, novembre 1965 - janvier 1966

line up

Jimmy Carl Black (Jim Black) (batterie), Ray Collins (chant, harmonica, tambourin), Roy Estrada (basse, guitare), Elliot Ingber (guitare rythmique), Frank Zappa (guitare, chant, percussion)

Musiciens additionnels : Dr John ([Mac Rebennack] (piano)), Carole Kaye (guitare 12 cordes)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité

chronique

Styles
pop
rock
psychédélique
Styles personnels
psychédélique

Au moment où je m'apprête à me lancer dans la bataille, pour vous proposer, bande de petits veinards, un compte-rendu de la discographie officielle de Monsieur Frank Zappa (57 disques quand même), je ne peux m'empêcher de repenser à cet homme d'exception disparu le 4 décembre 1993. Ce visionnaire musical, ce vulgarisateur de talent, a été, tout au long de sa carrière, aussi influent par l'universalité de sa musique que par ses prises de positions politiques, et dont l'esprit frondeur crée, aujourd'hui, un terrible manque dans une société occidentale plus que jamais en déliquescence. "Freak Out !", premier double album de l'histoire du rock, est publié en 1965. Tout en se pliant au moule des chansons rockabilly, yé-yé et doo-wop de l'époque, l'album jette un fameux pavé dans la mare. Leur relent contestataire s'affiche d'entrée de jeu avec "Hungry Freaks, Daddy" où Zappa et son groupe, les Mothers of Invention, s'emploient à démolir le rêve américain sur des arrangements d'une richesse rare (notamment par l'emploi du vibraphone, mais aussi d'une complète section orchestrale). C'est plus tard contre l'état répressif que se tournent les critiques ("Who Are the Brain Police ?") ; ils évoquent également les émeutes dans les ghettos noirs ("Trouble Every Day" où l'on peut l'entendre scander "hey, you know something people ? i'm not black but there's a whole lots of times i wish i could say i'm not white"), toujours avec ce décalage, cette distance, qui ne se laisse pas emporter par la rage que de telles injustices peuvent provoquer. Zappa, en artiste engagé et réfléchi, met déjà en place la trame de fond de toute sa carrière ; la déstabilisation du système par l'ironie au travers du courant musical le plus à même de rencontrer un succès de masse, le rock, dont il se servira pour accomplir son rêve ultime : devenir un compositeur émérite. Et cela se traduit déjà par deux monstrueuses pièces, "Help I'm a Rock", à la basse lancinante, et "The Return of the Sun of Monster Magnet", collage dada, sexuellement explicite, et complètement barré, qui révèle déjà l'influence considérable de son maître à penser, Edgar Varèse, au travers du travail effectué sur les percussions. Comme premier disque, les Mothers of Invention font donc très fort, en débarquant dans le paysage musical tel un ovni, qu'ils sont et qu'ils vont rester.

note       Publiée le jeudi 25 avril 2002

partagez 'Freak out!' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Freak out!"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Freak out!".

ajoutez une note sur : "Freak out!"

Note moyenne :        23 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Freak out!".

ajoutez un commentaire sur : "Freak out!"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Freak out!".

nicola › jeudi 15 novembre 2018 - 20:06  message privé !

It can’t happen here!

(N°6) › jeudi 15 novembre 2018 - 15:51  message privé !
avatar

Wow, putain. (ce sera tout pour l'instant) (sinon que quand même parfois, malgré la réputation d'un album, on se prend un drôle de pavé sur la gueule)

Alvus Dei › vendredi 18 juillet 2014 - 11:20  message privé !

The schools that do not teach...

Note donnée au disque :       
No background › jeudi 9 août 2012 - 13:31  message privé !

A noter que l'on retrouve Trouble every day sur le morceau 14 de Rat tapes one de Nurse With Wound...

Note donnée au disque :       
No background › vendredi 2 décembre 2011 - 11:39  message privé !

Un pavé dans la mare, je ne vois pas mieux pour décrire ce disque. Excellent. Los Angeles était tellement infesté de freaks à l'époque, que Zappa n'avait pas à se droguer, il n'avait qu'à observer et retranscrire. Et il fallait aussi être sobre pour gérer une bande de fous furieux comme les Mothers of Invention...

Note donnée au disque :