Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSlipknot › Slipknot

Slipknot › Slipknot

cd • 14 titres

  • 1742617000027
  • 2(sic)
  • 3Eyel e ss
  • 4Wait and bleed
  • 5Surfacing
  • 6Spit it out
  • 7Tattered and torn
  • 8Me in side
  • 9Liberate
  • 10Prosthetics
  • 11No life
  • 12Diluted
  • 13Only one
  • 14Scissors

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Indigo Ranch, Malibu CA

line up

Corey Taylor (vocals), Mick (guitars), Sid (turnables), Shawn (custom percussion), Paul (bass), Joey (drums), Chris (custom percussion), James (guitars), Craig (samples/media)

remarques

Sur la première pression du disque, "Me inside" n'était pas présente, on trouvait à sa place deux autres titres : "Frail limb nursery" et "Purity"

chronique

Est-il encore utile de présenter Slipknot, l'un des (sinon le) groupes ayant le plus fait parler de lui ces dernières années. Pour ce deuxième disque, pas mal de changements. Au niveau du line-up tout d'abord, le groupe s'enrichit de deux trois cinglés supplémentaires, la voix ensuite, est désormais confiée à Corey Taylor, et la production enfin, est mise entre les mains de monsieur Robinson. La musique proposée ici n'a plus grand chose à voir avec l'excellent "Mate Feed Kill Repeat", la formation a versé une grosse louche de death dans ses compos, les rythmes sont par ailleurs plus hardcore, le chant n'est plus du tout guttural, simplement gueulé (la voix hurlée de Corey m'est par ailleurs, proprement insupportable), et le groupe revient à des formats plus conventionnels, que d'autant qualifieront de "radio". La volonté de faire sauter les barrières, est elle aussi moins flagrante, on notera tout de même la présence de nombreux samples et de scratch sur la plupart des compos. Les compos justement, passons rapidement sur les quelques massacres que s'est permit le groupe ("(sic)", "Diluted", pour ne pas les citer... ah ben zut), pour le reste, c'est simple, les meilleures compos sont celles qui ressemblent le moins aux autres. Le single "Wait and bleed", le très entraînant "Spit it out", l'excellent "Me inside", ou les très torturés "Prostethics" et "Scissors". Pour ma part, je dois avouer que j'ai bien plus de mal à attacher au style proposé sur ce freesbee que sur le précédent, et que je ne comprends pas du tout comment il a pu faire naître un tel engouement, surtout du côté des neo-metalleux qui ne me semblent vraiment pas le public approprié à Slipknot. Sachez également que la première pression du disque proposait une tracklist différente, on y trouvait les deux trois notes d'indus présentes à la fin de "(sic)" en version longue, ainsi qu'un remix d'un vieux titre de la formation. Vous pouvez toujours gratter.

note       Publiée le mercredi 24 avril 2002

chronique

Slipknot... Voilà un nom qui suscite bien des réactions ! Beaucoup dénigrent cette formation de l'Iowa, pourtant il faut bien reconnaître que leur succès est jusqu'à présent sans précédent. Alors quelles sont les raisons de ce phénomène ? L'album est-il ultime ? Non pas vraiment. Roadrunner a-t-il effectué un matraquage publicitaire si puissant ? Non plus, eux-mêmes ont du mal à expliquer le succès du groupe ! Bref, personne ne peut vraiment nous expliquer pourquoi Slipknot vend aussi bien, tout en étant aussi brutaux. Car en effet, la musique du groupe est violente, très violente. Impulsive, simple, agressive et terriblement explosive, le metal de Slipknot vous saute à la gueule et ne vous lâche plus ! Les meilleurs exemples étant certainement les morceaux "Sic", "Surfacing" (et son refrain absolument fantastique !), "Spit it out", "No life". Tous d'une efficacité affolante, reposant sur une rythmique dirigeant les autres instruments (le prestation du batteur est d'ailleurs impressionnante), des riffs de grattes percutants et simples, un chant mortifère, hurlé jusqu'à l'apoplexie. Bref du bourrin, très rythmique, facile à retenir, et composé pour défouler, tout simplement. Cela suffit-il à en faire un disque parfait ? Non, loin de là, d'ailleurs le disque est loin d'être exempt de défauts ! Déjà sa longueur, beaucoup trop long pour un disque de brutal. Les accalmies sont beaucoup trop rares, et surtout les titres se retiennent beaucoup trop vite. Passé 5 écoutes, on connaît déjà le disque par coeur ! Sinon, il faut bien avouer que le reste est bien ficelé, production hyper percutante, image plus que travaillée (ahlàlà ces masques... Qu'est ce qu'on en entend parler !), des concerts qui assurent... Et puis certains titres sont vraiment formidables (je le répète "Surfacing" est vraiment excellent)... A noter que ma version contient 4 bonus, similaires aux titres présents sur le disque, excepté pour "Get this", qui lui sonne carrément death/grind !!! Donc si vous tombez sur ce "Slipknot" en magasin, et que vous ne le possédez pas déjà (chose rare !), vous savez à quoi vous attendre... Un bon disque, pas celui de l'année, mais un bon disque...

note       Publiée le dimanche 4 août 2002

chronique

Le monde (ou du moins le lectorat de G.O.D.) avait-il réellement besoin d’une troisième chronique du second album de Slipknot ? Clairement pas mais après tout, un mea culpa ne fait jamais de mal. Car c’est bien de ça dont il s’agit me concernant. Mea Culpa pour m’être laissé abuser par l’étiquette ‘nu metal’ accolée au groupe, les sweat-shirts portés par mes élèves ‘rebelles’ (13 ans de moyenne d’âge) et pas mal de commentaires réducteurs sur l’aspect racoleur du projet que j'ai gobés sans tester. En réalité, avec le recul, je réalise que j’ai snobé injustement un groupe plutôt bon. Conscient du fait qu’il a ouvert les portes du metal à pas mal de kids, j’avoue aussi y entendre des influences bien plus hardcore que metal (on va pas chipoter mais quand même, ce jeu impulsif, ce phrasé haineux parfois proche de la scansion, cette rythmique épileptique), sans oublier la petite touche indus (ok, balancer trois samples, ça ne suffit pas mais il y a aussi les percussions). On a beaucoup parlé du chant hurlé de Corey Taylor et, à mon sens, c’est effectivement un excellent crieur mais personne n’a jamais trop osé mentionner ses parties claires (certes encore un peu rares) où son timbre se rapproche nettement de Trent Reznor (ce sera plus flagrant à partir du quatrième disque). Bref, je m’étonne que tant de kids aient porté des sweat-shirts Slipknot en négligeant ceux de Ministry (pas tout à fait le même registre et pourtant…). Donc un metal/hardcore nerveux, rapide, saccadé, violent, avec des compléments scratchings et percussions métalliques…Le principal défaut réside à mon sens dans le remplissage. Ca démarre pourtant avec un sans-faute sur les six premières chansons, du tubesque ‘Wait and bleed’ (une des plus à même de présenter les qualités de Slipknot: rapidité, efficacité, intensité, avec un zeste de bonus) au tabassage de ‘Surfacing’, sans oublier « 742617000027", la petite intro flippante. Inutile de revenir sur le jeu ahurissant de Joey Jordison derrière ses futs, les riffs secs, hachés, furieux, évitant l’écueil des branlettes soli, l’ intégration parfaite des scratches…A moins d’être né il y a dix ans, tout le monde connaît. Causons plutôt de l’enchaînement breakbeat avec ‘Eyel e ss’, de la mélodies assassine de ‘Wait and bleed’ qu’on peut chanter sous la douche tout en headbangant du savon, des kilos de riffs de ‘(Sic)’. Pourquoi remplissage alors ? Disons qu’à partir de ‘Spit it out’, très efficace même si plus convenu (une version hardcore de Faith no more ?), le rythme de l’album se casse un brin la gueule et part dans toutes les directions. Le combo livre quelques magnifiques pièces plus expérimentales, ainsi ‘Prosthetics’ qui rend justice aux percussions, avec une splendide ligne de guitare et un couplet aux vocaux sensuels (version serial killer en fin de course) avant de repartir vers la haine pure, ‘Scissors’ qui distille huit minutes de colère froide sur une musique beaucoup plus axée indus/metal, ‘Purity’ où les platines se déchainent avec des beaux vocaux clairs également… Slipknot cassent les structures, évitent le confort, pas uniquement dans la violence, mais en brouillant les pistes de par des atmosphères étouffantes et malsaines. Jusque là, tout va bien, le souci est que les autres compositions oeuvrent dans une veine ouvertement brutale lambda, sans réelle option si ce n’est le tabassage pur (‘Liberate’, ‘Diluted’, ‘Only one’), avec certes chaque fois de petites touches particulières mais qui ne masquent pas entièrement le manque de fluidité du départ du disque. N’en demeure pas moins que l’artillerie Slipknot est déjà dans la place et de façon cohérente, une artillerie que les Américains n’auront de cesse de peaufiner, travailler, tordre, malaxer dans tous les sens (leur présence aujourd’hui encore, plus solide que jamais malgré les coups du sort, ne doit rien au hasard); au delà de l’énervement suscité par l’engouement soudain des kids pour ce clan de barrés, ce disque propose sur ses seuls sillons une belle brochette d’hymnes ayant marqué durablement la zone brutale de la décennie (Même Ministry ne peut en dire autant). Quant au visuel macabre, mieux maîtrisé que celui de Mushroomheads pourtant arrivés en premier, c’est clairement une belle cerise noire sur le gâteau, je mentirais en affirmant le contraire. 4,5/6

note       Publiée le mercredi 29 janvier 2020

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Slipknot".

notes

Note moyenne        81 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Slipknot".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Slipknot".

Raven › jeudi 30 janvier 2020 - 00:05  message privé !
avatar

Bien vrai pour le côté Reznor de Corey Gros-Cou (enfin je pense au refrain de "Wait & Bleed" surtout).

Note donnée au disque :       
born to gulo › mercredi 15 janvier 2020 - 22:02  message privé !

Wow, wow, wow... C'est vrai qu'il manquait, un peu.

Note donnée au disque :       
cerealkiller › mercredi 15 janvier 2020 - 20:12  message privé !

crazy town, quelle horreur!

heirophant › mercredi 15 janvier 2020 - 20:05  message privé !

N'est-ce pas ?

Note donnée au disque :       
Damodafoca › mercredi 15 janvier 2020 - 19:39  message privé !

Après, tu peux revendiquer une influence hip hop qui soit un peu subtil, plus dans le concept que dans les faits. Une idée de prod, de dynamique, d'approche rythmique, sans que ce soit crazy town pour autant.