Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAlasnoaxis › Houseplant

Alasnoaxis › Houseplant

cd | 12 titres | 60:30 min

  • 1 Inkionos [4:49]
  • 2 Cahme [4:38]
  • 3 Houseplant [7:13]
  • 4 Fyr [1:10]
  • 5 Malomice [7:12]
  • 6 Littel [4:34]
  • 7 Elight [5:57]
  • 8 Naluch [5:10]
  • 9 Cadmium waits [3:28]
  • 10 Adbear [7:27]
  • 11 Lowers in a nine sense [5:07]
  • 12 Downstrum [3:45]

line up

Jim Black (batterie), Chris Speed (saxophone ténor), Hilmar Jensson (guitare, guitare acoustique), Skúli Sverrisson (basse)

remarques

http://www.jimblack.com/

chronique

On aurait pu croire, ne serait-ce qu'un instant, que "Houseplant" allait adopter la même ligne de conduite que "Dogs of Great Indifference". Les incéssantes tournées reportant à toujours plus tard l'écriture du nouvel album auraient très bien pu justifier un mode de composition qui va à l'essentiel, juste par manque de temps. Mais le temps, Jim Black semble bel et bien avoir su le prendre quand il se présentait à lui pour proposer à ses comparses une nouvelle série de douze plages soumises à leurs mains expertes. "Houseplant" n'est pourtant pas un strict retour aux structures rock qui ont fait la renommée de "Splay" et "Habyor", bien que des titres comme "Cadmium Waits", "Lowers in a Nine Sense" ou "Downstrum", concentrés en fin de disque, en perpétuent la mémoire. En fait, l'album apparaît relativement apaisé dans ses développements, un trait qu'il partage avec "Dogs of Great Indifference". Mais ce qui distingue les deux disques, c'est que, tout en tentant de développer une ambiance plus sereine, Black resserre gentiment les boulons d'une machine sur laquelle il veut absolument garder la main mise, AlasNoAxis restant, ne l'oublions pas, son véhicule privilégié pour faire passer ses petites lubies du moment. Et une de ses lubies, semble-t-il, c'est de laisser tomber, du moins provisoirement faut-il croire, le tout à l'électrique, comme l'attestent "Cahme" et "Elight" qui voient pour la première fois Hilmar Jensson évoluer à la guitare acoustique. Le malsain "Naluch" et l'obtus "Malomice" sont évidemment les exceptions qui viennent confirmer la règle, mais tout ceci n'enlève pas à "Houseplant" ce fard quelque peu timoré auquel le groupe ne nous avait encore jamais confronté. Moins audacieux, moins ténébreux et, on l'aura compris aussi, moins rock, tous ces petits moins sans importance ainsi cumulés donnent à leur cinquième disque un attrait tout relatif, fatalement moins passionnant.

note       Publiée le samedi 2 janvier 2010

partagez 'Houseplant' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Houseplant"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Houseplant".

ajoutez une note sur : "Houseplant"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Houseplant".

ajoutez un commentaire sur : "Houseplant"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Houseplant".