Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesWWelcome › S/t

Welcome › S/t

cd • 5 titres • 41:36 min

  • 1The rag fair 8:52
  • 2Dizzy tune 7:40
  • 3Glory 3:43
  • 4Chain of days 8:50
  • 5Dirge 12:31

enregistrement

Aquarius Studio, Genève, Suisse, 1975-1976

line up

Bernie Krauer (claviers, chant), Tommy Stebel (batterie, percussions, guitare acoustique, chant), Francis Jost (basse, chant)

remarques

chronique

Au moins en ce qui concerne Welcome il n'y a pas d'ambiguité possible. La référence clairement affichée est Yes. Sans doute la plus vendeuse des formations progressives de l'époque, rien d'étonnant à ce que nos trois helvètes se soient vus offrir un contrat chez EMI ! L'orgue de Bernie Krauer rugit comme celui de Tony Kaye sur les premiers albums du groupe britannique. Le bassiste Francis Jost a compris qu'une des clefs pour singer le son inimitable de Chris Squire est d'utiliser un plectre. Enfin, c'est le groupe au grand complet qui se met au chant pour tenter de créer des harmonies vocales du même accabit. Je dis bien tenter, car Welcome n'y arrive pas toujours ("Dizzy Tune", "Chain of Days"). Ce manque de justesse dans le chant est sans doute leur talon d'Achille, si toutefois on accepte le postulat de départ qui fait de nos suisses une copie carbone plutôt qu'un véritable groupe. Parfois, c'est tout de même assez confondant de réalisme, comme sur la ballade "Glory" où guitare acoustique et mellotron ne font que renforcer ce parallèle. L'atmosphère générale de leur premier disque, car oui, ils en feront un second, renvoie d'ailleurs à l'âge d'or du groupe de Jon Anderson, entre "The Yes Album" et "Fragile". Ce n'est sans doute pas un hasard si "Dirge", longue pièce de clôture qui ne convainc pas vraiment, fort d'un développement laborieux sans réel temps fort, exception faite d'un solo de guitare électrique outrancier qui n'a strictement rien à voir avec la subtilité de Steve Howe, laisse entendre en bout de course les pas d'un homme et une porte qui claque. Pour ceux qui ne voient pas ce que je veux dire, je les renvoie au final du titre "We Have Heaven" ... En conclusion, je dirais que les amateurs de musique progressive auront souvent eu le loisir d'écouter des groupes prétendant sonner comme Yes. Mais peu y arrivent de façon aussi convaincante que Welcome qui, même s'il les plagie ouvertement, est tout de même parvenu à en capturer l'essentiel : l'esprit.

note       Publiée le samedi 26 décembre 2009

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "S/t".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "S/t".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "S/t".

Aladdin_Sane › mercredi 18 août 2010 - 14:45  message privé !

Mouais, pas vraiment convaincu par cet album même si ça reste bien mieux que Starcastle, les ultimes clones de Yes. Dans le genre prog symphonique complexe à l'américaine, mieux vaut aller voir du côté de Madrigal (auteur de 2 albums complètement oubliés mais néanmoins somptueux : "Waiting" en 1989 et "On my hands" en 1996).

Note donnée au disque :