Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesLLizard › In Concert

Lizard › In Concert

cd | 144:45 min

cd | 7 titres | 75:36 min

  • 1 There on the floor [11:50]
  • 2 Don't know [11:03]
  • 3 Plus qu'un instant [16:20]
  • 4 Trop tard [2:54]
  • 5 Last day [10:50]
  • 6 Afterwards [16:35]
  • 7 Ending [6:04]

cd | 4 titres | 69:09 min

  • 1 Bubble brain [17:44]
  • 2 Zèbre [11:24]
  • 3 Jam [26:54]
  • 4 Going on [13:07]

enregistrement

Suisse, 1980-1981

line up

Peter Büttiker (basse), Tommy Brunsting (batterie, choeurs), Matthias Grob (guitares, choeurs), Dominique Schmid (chant, saxophone, percussions), Kurt Widmer (claviers, flûte, choeurs)

chronique

Vous l'aurez compris, et si quand bien même vous ne l'auriez pas encore compris, tout au plus l'auriez vous deviné : Black Rills Records est un label suisse qui fait de la défense des formations progressives helvètes son cheval de bataille. C'est à eux que nous devons la redécouverte de Kedama, le groupe s'étant depuis reformé dans l'indifférence générale, chose qui ne doit sans doute pas les dépayser des masses ... Et voici venir Lizard. Si l'initiative de Black Rills est pavée de bonnes intentions, on en éprouve tout de même assez rapidement les limites. Et c'est particulièrement flagrant dans le cadre de cette sortie. Lizard fut sans aucun doute un groupe très actif dans la région de Zurich à la fin des années soixante-dix, mais quatre années d'activités et des dizaines de concert n'auront tout de même pas permis au groupe de passer à la vitesse supérieure : malgré leur succès public relatif, limité à leur seul Canton, Lizard n'a jamais publié de disque ! Ce double "In Concert" s'impose donc comme le seul témoignage palpable d'une musique qui aurait pu (ou aurait du ?) rester confidentielle. Un copieux double live, plus de deux heures vingt de musique, mais d'une musique dotée de peu d'imagination, qui s'inscrit dans le sillage direct des références habituelles que sont Yes, Genesis, Emerson Lake & Palmer et King Crimson. Des quatre, c'est sans doute à Genesis que Lizard emprunte le plus : une écriture élaborée mais qui reste simple dans son exécution, un chanteur qui sonne comme autant d'autres chanteurs qui ont essayé de sonner comme Gabriel, un guitariste très inspiré par Hackett, un bassiste très influencé par Rutherford ... Finalement, il n'y a que les interventions au saxophone de Dominique Schmid pour nous faire songer à King Crimson, celui de "Lizard", justement. Les titres sont incroyablement longs et la prise de son en concert ne rend pas possible l'appréciation à sa juste valeur des nuances qu'une telle musique impose. Ce "In Concert" n'en reste pas moins une obscure curiosité, sorte d'hommage motivé par le désespoir résigné à vouloir rendre pertinent un groupe qui n'aura pas vécu assez longtemps pour faire mûrir sa musique.

note       Publiée le samedi 26 décembre 2009

partagez 'In Concert' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "In Concert"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "In Concert".

ajoutez une note sur : "In Concert"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "In Concert".

ajoutez un commentaire sur : "In Concert"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "In Concert".