Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTriclops! › Out of Africa

Triclops! › Out of Africa

7 titres - 39:02 min

  • 1/. March Of The Half- Babies
  • 2/. Iraqi Curator
  • 3/. Freedom Tickler
  • 4/. Duende War (Out Of Africa)
  • 5/. Cassava
  • 6/. Secret 93
  • 7/. Lovesong For The Botfly

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Connectez-vous pour les écouter.

enregistrement

Enregistré par Kurt Schlegel en Mars 2007 à Lucky Cat Recording, San Francisco - Mixé et masterisé par Justin Weis et Triclops à Traxwork, South San Francisco

line up

PHIL (batterie), CHRISTIAN (guitare), LARRY (basse), JOHNNY (chant)

remarques

Peinture de la pochette par Lee Harvey Roswell

chronique

Styles
hardcore
progressif
rock
Styles personnels
barré

Triclops, mot valise bien trouvé entre cyclope et tricératops ? Ce nom aux airs de malformation est l'idéal pour un supergroupe de l'alternatif américain... Un supergroupe qui n'en est pas vraiment-un d'ailleurs, même si chaque membre a déjà joué dans un nombre impressionnant de formations (tous inconnus, sauf Victims Family), puisque l'effet "tout le monde veut acheter le disque avant de savoir ou d'entendre quoi que ce soit" est bel et bien absent. On pourrait, en effet, penser à un groupe millésimé 2008, tant l’orientation surprend, voire choque, dès ce March of the Half-Babies (melvinsien, comme titre) inaugural : une voix pitchée et vocodée comme chez Battles nous répète « Laudanum » tandis que le morceau part en vrille au bout de quelques mesures à peine… Beaucoup d’influences mélangées dans ce brouet d’énergie, Mars Volta en tête (la pochette, en mode Dali progmoche, met quand même bien sur la voie), ainsi que le chanteur des Heroine Sheiks et des burlesques Cows, admiré par le vocaliste du groupe. On peut également citer une similitude vocale avec Perry Farrell de Jane’s Addiction, qui peut accrocher l’oreille mais se dissipe au fil des écoutes, tant les deux formations sont éloignées. Triclops fait plus dans le post-hardcore progressif et déjanté, et ne se soucie guère de clarté ou d’harmonie. Ce qui n’empêche pas Freedom Tickler, diatribe anti-beauferie américaine génialement illustrée dans le livret par un comic bien trash à la Magnus Carlsson (le clip de Paranoïd Androïd... énorme, donc), d’être un tube. Les mecs ont des formations d’anthropologues, ce qui explique pas mal d'excentricités lues ici. Iraqi Curator est écrit du point de vue d'un conservateur de musée qui se retrouve à Guantanamo avec des électrodes dans les couilles… Le ton est acerbe, et entre le design de la pochette et du comics et le fait que ce discours assez affiné et loin du simple « fuck off » se retrouve chanté sur un genre de prog-punk à la Rush avec des vocoders malsains dans tous les sens, eh bien on se dit qu’il fait pas bon être américain en ce moment (l’arrivée d’Obama ayant atténué la nausée, mais pour combien de temps ?). Avec ces Textes (je mets une majuscule, là, parce que c'est tellement un autre niveau que les paroles de chansons habituelles) hautement politiques et extrêmement critiques envers Bush et, plus généralement, l’occident, ils ont toute leur place sur Alternative Tentacles. Il suffit de lire des trucs aussi poilants et en même temps accablants face à l'affreuse vérité qu'ils exposent que ce bien nommé Freedom Tickler qui décortique toute la mentalité consumériste et renfermée sur elle-même des années 2000. Jugez-plutôt : "We are the only ones alive / we drive just what we want to drive / whe shoot our guns into the air / where bullets land / I just don't care". C'est finalement les ricains eux-mêmes qui sont les plus virulents avec leur propre politique. Le morceau-titre, lui, s'en prend à leur vision étriquée du tiers-monde, et leur désir (in?)conscient de le maintenir dans sa condition actuelle. Bref, on est loin des circonvolutions prout-proutesques qui font offices de lyrics à Mars Volta (mais c'est aussi pour ça qu'on les aime), ici on honore aussi bien la tête que les jambes. Parlons-en des jambes, elle sont à l'honneur, puisque Out of Africa est groovesque comme du RATM, tout en se payant le luxe de d'empiler douze breaks par chanson... Il est vrai qu'on peut trouver ici des traces d'une décénnie 90 fort bien digérée, pour une fois, parmi les désormais habituels grumeaux de prog et de post-hardcore. Les Dead Kennedys du IIIème millénaire ? Et pourquoi pas ?

note       Publiée le mardi 22 décembre 2009

Dans le même esprit, dariev stands vous recommande...

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Out of Africa" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Out of Africa".

notes

Note moyenne        4 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Out of Africa".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Out of Africa".

Procrastin Envoyez un message privé àProcrastin

J'avais oublié ce truc, ça a pris un coup de vieux mais ça tiens toujours le bitume.

Note donnée au disque :       
daï Envoyez un message privé àdaï

Bien, bien, bien. 3 fois Que de bons goûts ce Dariev.

dariev stands Envoyez un message privé àdariev stands
avatar

j'écoute le dernier ce matin (totalement inextircable, pas bon du tout pour se réveiller en fait, ils ont perdu la patate de Out of africa), je lis les paroles du premier morceau, ça parle de réveiller le néanderthal en chacun de nous à coup d'injections d'ADN, puis de partir vers les glaciers en poussant des cris de yéti... Et je regarde les infos ce soir : paraitrait qu'en fait, on descend tous un peu de néanderthal ! Le mec du groupe qui est anthropologue fait peut etre partie des scientifiques qui bossaient là dessus en allemagne...

Aladdin_Sane Envoyez un message privé àAladdin_Sane

Effectivement, trés bon album. Le nouvel album "Helpers on the other side" m'a l'air excellent également.

Note donnée au disque :       
born to gulo Envoyez un message privé àborn to gulo

excellent

Note donnée au disque :