Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAtropos(pol) › Triafata

Atropos(pol) › Triafata

cd • 13 titres • 48:57 min

  • 1Shadow
  • 2Beata est nox
  • 3The sower & the queen
  • 4Desire
  • 5Le fleur
  • 6Wing of samael
  • 7Every silent touch
  • 8On your naked body
  • 9The flower
  • 10Dispossessed
  • 11Gems of sheol
  • 12Chaos in your eyes
  • 13The law

enregistrement

Enregistré au Serakos studio, varsovie, novembre 1999-mars 2000. Ingénieur : Kris Wawrzak.

line up

Legion (guitares, solos, douze cordes, backing growls, voix, claviers); Hvar (base), vocaux leads, claviers); Godless (guitares, solos, incantations); Atre (batterie)

remarques

chronique

Styles
metal extrême
dark metal
death metal
Styles personnels
un peu progressif

Plus direct, plus brutal et violent mais toujours travaillé et riche, le deuxième album de Atropos confirme le mystère... inventif, inspiré, désormais percutant quand son prédécesseur demeurait lent et mou, "Triafata" est plus morne, plus inutile, plus ennuyeux encore que son ambitieux grand frère. Atropos régresse dans le son, à moins que cela ne soit une démarche volontaire liée à cette nouvelle appropriation par le groupe du black metal : et ben c'est raté alors. Je l'ai avoué dans la chronique de la livraison 1998 des polonais : chroniques bâclées que celles par lesquelles je tente de vous présenter le quatuor, qui lui, porte beaucoup de soin à son black/death atmosphérique en le construisant de breaks acoustiques, en le relevant de jolies mélodies, en le personnalisant à coup de passages instrumentaux plutôt créatifs... quelque chose me dit que le problème ne vient pas d'eux, mais de moi : je vais y réfléchir...

note       Publiée le lundi 21 décembre 2009

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Triafata".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Triafata".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Triafata".