Vous êtes ici › Les groupes / artistesLLightning Bolt › Earthly delights

Lightning Bolt › Earthly delights

cd • 9 titres • 51:20 min

  • 1Sound Guardians
  • 2Nation Of Boar
  • 3Colossus
  • 4The Sublime Freak
  • 5Flooded Chamber
  • 6Funny Farm
  • 7Rain On Lake I'm Swimming In
  • 8S.O.S.
  • 9Transmissionary

enregistrement

Enregistré et mixé en 2007-2008 par Dave Auchenbach et un peu par L.B. dans le Hillarious Attic, Providence, R.I. - Masterisé par Jeff Lipton & Maria Rice à Peerless Mastering, Boston, MA.

line up

Brian Chippendale (batterie, voix), Brian Gibson (basse)

remarques

chronique

Styles
noise
rock
noise rock
Styles personnels
space turbo speedfreak noise music

Y’a rien à faire ! Je ne me lasse pas de ce nouveau Lightning Bolt. Opus studio inespéré pour un duo devenu légendaire de par ses prestations live, le plus souvent au milieu de la foule et non sur la scène… Leur renommée était telle qu’on retrouvait Brian Chippendale, le batteur dingue et masqué, en guest sur Volta, le dernier album de Björk ! Dans ces conditions, à quoi bon pondre un album, format qui ne peut que restreindre leur exubérance, et qui plus est tombé en désuétude depuis l’inexorable chute du cd. Eh bien, les deux Brian ont pensé à tonton Dariev, figurez-vous. Sentant la nowel approcher avec son cortège de Rennes chantant les louanges de Canal Sat’ (ceux-là me donnent envie de casser ma télé. d’ailleurs c’est pour ça que j’en ai pas), les canaillous nous ont concocté un genre de sapin de noël couplé avec un moteur de fusée, qui décolle dès qu’on appuie sur play vers les arcanes de la voie lactée… Et c’est ainsi qu’instantanément, je le reconnus : nom d’une corde-gidouille d’Orion, mais c’est le skeud que j’attendais depuis des lustres ! Celui qui, sans s’embarrasser de scrupules ou de plans math rock façon « j’t’embrouille, t’y captes rien mais tu opines du chef en rythme », saura m’emmener tout droit vers le futur, le vrai, celui des autoroutes galactiques sans radars, nimbées de feux perpétuellement verts, de stridences drum’n’bass et de lignes droites motorik. Les 3 premiers titres sont autant de thermoréacteurs nucléaires, laissant augurer d’un chef d’œuvre si tout l’album osait maintenir cette exquise monomanie jusqu’au bout – luxe suprême d’une industrie du disque délaissée et donc libre de ses délires inutiles dont indispensables. Colossus, par exemple, est une certaine idée du futur du rock’n’roll auquel toute personne de bonne foi ne pourra que souscrire… Basses ionisantes et profondes comme l’ébène, check ! Grattes qui leur collent au cul – prennent l’aspi à vrai dire – avec une insistance phallocrate, check ! batteur jouissant de ses 18 tentacules comme le ferait un poulpe érotomane dans un pensionnat d’écolières japonaises, check ! voix sous mégaphone parfaitement inepte si ce n’est pour instaurer une ambiance spacey, check ! Alors quoi ? Earthly Delights, loin d’être aussi foisonnant que sa pochette (illustrée néanmoins par le débile mais remarquable Funny Farm) ou que le tableau de Jerôme Bosch auquel il peut faire allusion, est un disque trippant, du genre de ceux qui ne tournent pas autour du pot… Certes, il se permet quelques crispants accès de bêtise puérile en milieu d’album, mais il revient bien vite sur le tarmac en fusion, après l’interlude façon amazonie en bocal Rain on lake i’m swimming in, avec un SOS complètement pied au plancher et surtout un épique Transmisionnary qui achève l’album comme il avait commencé : dans un grand bûcher supersonique, éruptant dans la galaxie ses vrombissements d’une assourdissante beauté.

note       Publiée le lundi 21 décembre 2009

Dans le même esprit, dariev stands vous recommande...

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Earthly delights" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Earthly delights".

notes

Note moyenne        2 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Earthly delights".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Earthly delights".

No background Envoyez un message privé àNo background

Le seul Lightning Bolt sur lequel j'ai plaisir à revenir. Plus varié et aéré que les précédents, il ne lasse pas malgré sa durée dépassant les 50 minutes. Moins monolithique et répétitif que ses petits frères, ce Earthly delights se fait plus accessible, tout en restant frénétique comme il se doit.

Note donnée au disque :       
ericbaisons Envoyez un message privé àericbaisons

ouais, petit retour en enfance avec ce skeud. Ils ont l'air de s'eclater

Note donnée au disque :       
Horn Abboth Envoyez un message privé àHorn Abboth

J'l'ai pas encore écouter ce petit dernier. Mais si il est à la hauteur des trois premiers, j'vois pas pourquoi ça l'ferait pas!!