Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMourning Dawn › For the fallen...

Mourning Dawn › For the fallen...

cd • 8 titres • 69:00 min

  • 1In flanders fields
  • 2God damn the sun
  • 3Sick
  • 4Epitaph
  • 5The rivers flow
  • 6For the fallen...
  • 7Dead youth
  • 8Ashes

enregistrement

Enregistré et mixé par Fabien et Laurent. Masterisé par Brett au Tower Studio.

line up

Laurent (guitares, voix); Fabien (guitares); Vincent (basse); Nico (batterie); guest vocals : Jo aka "Marquis".

remarques

chronique

De plus en plus austère, pesant et lugubre, de plus en plus morne sous la pluie des guitares, Mourning Dawn se mue en colosse de cendres. Les pièces se suivent, lentement, et se ressemblent : un paysage dévasté et aride, à peine éclairé de ses lueurs de guitares claires aux notes glauques, et sur lequel s'abat un torrent épais et opaque de saturation étouffante. Pesant, oui, avec ses rythmes au ralenti; lugubre, avec ses mélodies retenues, plaintives, ses accords de charbon; austère, tout au long de ces 70 minutes de procession forcée au pas titanesque, comme la marche des dieux allant à l'échafaud. La voix, que l'on avait vue peu à peu gagner les derniers retranchements déchirés de l'appel à l'aide, s'est désormais vidée de son sang et n'est plus qu'une masse hurlante, dont seul le titre éponyme entrouvre, à nouveau, les yeux. Tout se veut difficile, éprouvant, laborieux, même les breaks semblent être lourds à porter, à sortir. Les guitares ont beau déverser régulièrement des flots de triple croches ancrés en terre de suède, tout cela est lent... lent, long... lent, long, et lourd... tout cela est mortellement déprimant. La force presque insoutenable de ce doom post-espoir en devient, également, sa faiblesse : le morne et l'étouffant, la couleur unique des accords et du ciel, l'aridité violente de la démarche funèbre et fataliste de la musique de Mourning Dawn fait de leur deuxième album une expérience totalement dépourvue de plaisir... y compris malsain. Si l'on s'habitue à errer sur ces champs calcinés, si l'on éprouve aussi le besoin d'y retourner, c'est comme poussé par une sorte de nécessité impérieuse, une curiosité morbide, l'envie de se perdre dans la contemplation douloureuse... aucun plaisir, aucune satisfaction : rien qu'une jouissance pâle, du masochisme névrosé. Un album que même le temps n'apprivoise pas, que l'habitude n'adoucit pas, et dont on se dit que, peut-être, un son moins compact aurait pu révéler quelques lueurs supplémentaires... mais à quoi bon? En Débarrassant sa musique de ses attraits les plus mélodiques, de ses couleurs les plus lumineuses et de ses bords les plus coupants, Mourning Dawn tourne le dos à la beauté nocturne et lunaire pour ne plus se focaliser que sur l'abandon. Parce que la voix t'écrase, vois-tu? Parce que les haltes nombreuses à la lueur des notes claires n'offrent guère de répit, tout juste un peu d'espace, un peu d'attente avant que ne s'écroule à nouveau la montagne saturée, juste là où tu te trouves. Mourning Dawn a terminé d'en être au début, il n'a plus de fraîcheur, il n'use plus de ses nerfs; il souffle, en continue, sur un champ de cadavres, de poussière et de suie. Il se traîne comme un monstre au coeur arraché... il passe sans regarder... il t'écrase sans te voir.

note       Publiée le jeudi 17 décembre 2009

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "For the fallen...".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "For the fallen...".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "For the fallen...".

Nicko › mardi 28 septembre 2021 - 16:43 Envoyez un message privé àNicko
avatar

dans sa version remixée 2020, le son est quand même plus ample, plus profond. Lifting réussi !

Note donnée au disque :       
No background › jeudi 24 avril 2014 - 10:36 Envoyez un message privé àNo background

La chronique décrit vraiment bien ce qu'on ressent, cette impression de lourdeur, chaque pas est laborieux, la vie est un fardeau. Cette sensation d'absence d'émotions est très réussie, mais du coup ça rend le disque un peu indigeste. A écouter quand on se sent soi-même vide.

Note donnée au disque :       
pokemonslaughter › jeudi 17 décembre 2009 - 19:39 Envoyez un message privé àpokemonslaughter
avatar

le concept de la pochette est autour de la première guerre mondiale. tirée de vieilles cartes postales de champ de batailles. il s'agit ici d'un "soldat" décharné surgissant d'un tertre. En contre plongée, histoire de renforcer le côté étouffant.

ericbaisons › jeudi 17 décembre 2009 - 16:26 Envoyez un message privé àericbaisons

grosse pochette... corps dechiqueté ou arbre déchiqueté?

dariev stands › jeudi 17 décembre 2009 - 16:14 Envoyez un message privé àdariev stands
avatar

je trouve cette pochette vraiment hynotisante... c'est quoi, c'est un arbre ? sans rire, je bloque dessus, là...