Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPThe Processus › Please Worship Life : Devour Yourself

The Processus › Please Worship Life : Devour Yourself

cd | 11 titres

  • 1 The Inadequation
  • 2 Please worship life
  • 3 Thought=chaos
  • 4 Floating dead flesh
  • 5 Mother death
  • 6 The last shelter
  • 7 Ghost life ghost world
  • 8 The aesthetic of inner dislocation
  • 9 Inextinguible will of knowledge
  • 10 Pain: mystical debris of an higher place
  • 11 Cenotaph of humanity

line up

Al Slumber

chronique

Styles
electro
indus
noise
Styles personnels
chaos épileptique

Le processus est en marche et plus rien ne l'arrêtera. Au menu : chaos, carnage et fusillades ! Sur le premier tiers, la recette est déjà connue : les pruneaux volent en tous sens ('Thought=chaos', 'Floating dead flesh'), voix serratique qui grogne et dégueule de partout ; nappes mélodiques parfois dangereuses, sinon cauchemardesques ('The last shelter', indescriptible) ; parfois juste un peu faiblardes (sur 'Mother death' malgré une sacrée énergie, la trame mélodique virevolte vainement). Autre défaut : la production glaciale et compacte, FruityLoops oblige, qui se refuse à pousser les rythmiques en avant ce qui à la longue aplanit un peu l'ambiance et pèse sur les nerfs... les nerfs... comme si Al Slumber s'en souciait ! Son but assumé est de tirer dessus, de les broyer, les sectionner, les aplatir ; ce qui m'amène à la seconde section de l'album, gros point fort de l'album, qui dès 'Ghost life ghost world' (In Slaughter Natives dans la résosphère, oui oui) se défausse de la carte vitesse pour se mettre en mode machine de guerre lente et piétinante. Ca traine la patte, ça grince, ça rampe, ça martèle, ça avance... tout comme 'Pain: mystical debris of an higher place', moitié plombant, moitié hystérique : l'effroi cybernétique sous son plus beau jour. Cerise sur le gâteau, les vingt minutes épileptiques du coda ambient speedcore (?!) inhumain et éreintant. Un album qui préfigure une possible (et souhaitable !) évolution afin d'éviter l'impasse de l'ultra-violence. Signalons une fois de plus que le visuels sont très soignés, et que l'album est entièrement téléchargeable depuis son MySpace. "Extreme surrealist music" qu'y se dit. Bien d'accord, que j'y réponds. (4,5/6)

note       Publiée le mardi 8 décembre 2009

partagez 'Please Worship Life : Devour Yourself' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Please Worship Life : Devour Yourself"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Please Worship Life : Devour Yourself".

ajoutez une note sur : "Please Worship Life : Devour Yourself"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Please Worship Life : Devour Yourself".

ajoutez un commentaire sur : "Please Worship Life : Devour Yourself"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Please Worship Life : Devour Yourself".

born to gulo › mardi 8 décembre 2009 - 20:42  message privé !

"le mot du jour" ? aucune chance que j'y aille, le mot du jour c'est moi qui me l'invente

Wotzenknecht › mardi 8 décembre 2009 - 14:30  message privé !

allons, ce coup ci tu me déçois : http://lemotdujour.over-blog.com/article-18627157.html

born to gulo › mardi 8 décembre 2009 - 14:29  message privé !

la voix est à la éric serra ?