Vous êtes ici › Les groupes / artistesLLashtal › Thoum Aesh Neith

Lashtal › Thoum Aesh Neith

cd • 9 titres

  • 1Invocation Of Nag-Zhig 7:34
  • 2Kundalini 7:11
  • 3Ballata No. 7 3:38
  • 4Pope Is Antichrist 3:01
  • 5Prosternation's Ceremony 4:24
  • 6There Is No God But Man 5:34
  • 7Thoum Aesh Neith 5:14
  • 8Nu, Iside 11:18
  • 9Invocation Live 8:42

line up

Andrea Da Costa Freire 123 (synthétiseurs, percussions, ossements, voix), Lapinsky (synthétiseur, sampler), Pise (percussions sur 2 et 9), Walther (percussions sur 2 et 9), Maurizio Fasolo (sampler sur 7 et 8)

remarques

chronique

Styles
ambient
ovni inclassable
musiques du monde
Styles personnels
rites ésotériques

Le débat faisait rage entre différents spectateurs, après ce concert d'Inade. Quelle part théâtrale leur condéder ? Quel rôle jouaient les formes, les récupérations ; était-ce de l'ambient ? Un paysage sonore passif, actif ? Une véritable cartographie du cosmos, ou du vide déguisé aussi creux et vain que ce débat lui-même, qui de toute manière se noiera entre temps dans de nouvelles quantités record d'alcool ? Il faut dire que les tentatives de rapprochement entre rites ésotériques et concert en tant que tel ne datent pas d'hier. En Italie dans les années quatre-vingt, il y a eu cette vague séminale d'actes troublant encore plus la limite entre entre expression artistique et acte rituel, héritant de manière cohérente la passion des occultistes du début du siècle (O.T.O., Golden Dawn...) en leur redonnant un sens dans le contexte post-industriel. On y trouvait parmi d'autres les kabbalistes d'Ain Soph, les terribles Sigillum S, mais aussi ce très étrange groupe aux diverses sources : LAShTAL. Si les spectateurs pouvaient encore dire assister à un concert, sur scène, les choses étaient bien différentes : dans les trois cas, la musique n'était qu'un des composants d'un acte bien plus intense. Et risqué : avec quelle audace peut-on invoquer Nag-Zhig sans être soi-même initié aux rites tibétains ? Peut-on, avec l'appui des écrits syncrétiques de Crowley (notamment '777'), inciter au déploiement de la Kundalini (par un très impressionnant jeu de percussions hypnotiques ; souvenons-nous que les serpents ne sont sensibles qu'aux vibrations du sol), déclarer son refus du christianisme tout en remuant Ciel et Terre pour convoquer des énergies de tant de cultures ? Non seulement les Italiens n'ont peur de rien ; mais en plus ils le font mieux. Peter Carroll le disait lui-même dans son Liber Null : la magie a beau être un système basé à la fois sur la croyance et la volonté, ceux qui ne croient en rien sont paradoxalement les plus puissants ; car ils agissent avec d'autant plus d'assurance dans un univers potentiellement dangereux. Heureusement, on ne court aucun risque à l'écoute de ce recueil d'enregistrements plus ou moins datés : la ritournelle lo-fi 'Ballata N.7' semble provenir d'un autre éon ; tandis que les deux 'Invocations' semblent beaucoup plus palpables et puissantes, d'autant qu'elles font appel à de véritables instruments rituels. Deux titres un peu synthétiques (la faute à une production un peu froide et l'utilisation de samplers) surgiront plus loin : 'Thoum Aesh Neith' en qualité d'In Slaughter Natives du pauvre avant l'heure ainsi que le bizarre et funèbre 'Nu, Iside' qui rappelle Ain Soph lorsqu'ils s'appuient sur leurs synthés pour pousser l'ambiance en avant. À signaler aussi : la cérémonie de prosternation, un autre emprunt aux moines tibétains sensé correspondre au dernier office quotidien du monastère. Etrange appropriation de la part d'un groupe qui semble parfaitement à l'aise dans cette collection de documents sonores, ne laissant émerger que la surface de ce qu'ils ont dû accomplir secrètement avant de disparaître dans l'anonymat le plus total.

note       Publiée le samedi 5 décembre 2009

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Thoum Aesh Neith" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Thoum Aesh Neith".

notes

Note moyenne        1 vote

Connectez-vous ajouter une note sur "Thoum Aesh Neith".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Thoum Aesh Neith".

Wotzenknecht › samedi 5 décembre 2009 - 21:46 Envoyez un message privé àWotzenknecht
avatar

je crois que c'est déjà signalé dans la chronique mais plutôt deux fois qu'une ; ceci dit cette tradition sympathique a encore cours chez certains groupes qu'il n'est nul besoin de citer

born to gulo › samedi 5 décembre 2009 - 21:26 Envoyez un message privé àborn to gulo

(edit - ce que c'est de lire déchiré) viva italia