Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRThe Residents › The King & Eye

The Residents › The King & Eye

cd | 21 titres

  • 1 Blue Suede Shoes [2:36]
  • 2 The Baby King Part 1 [1:15]
  • 3 Don't Be Cruel [2:58]
  • 4 Heartbreak Hotel [1:56]
  • 5 All Shook Up [2:03]
  • 6 Return To Sender [2:58]
  • 7 The Baby King Part 2 [1:20]
  • 8 Teddy Bear [3:20]
  • 9 Devil In Disguise [2:57]
  • 10 Stuck On You [2:13]
  • 11 Big Hunk O' Love [2:47]
  • 12 A Fool Such As I [2:34]
  • 13 The Baby King Part 3 [1:27]
  • 14 Little Sister [2:56]
  • 15 His Latest Flame [2:39]
  • 16 Burning Love [3:05]
  • 17 Viva Las Vegas [3:09]
  • 18 The Baby King Part 4 [1:48]
  • 19 Love Me Tender [4:55]
  • 20 The Baby King Part 5 [1:07]
  • 21 Hound Dog [2:19]

remarques

Reprises d'Elvis Presley.

chronique

Styles
ovni inclassable
pop
Styles personnels
elvidents resley

Les Residents sont en mission sacrée : celle de se faire le miroir déformant de l'univers tout entier. Veaux, vaches, cochons, taupes, et bien sûr leur ennemi bien-aimé : la musique pop. Beatles, Rolling Stones et bien d'autres ont déjà été passé à la moulinette les années précédentes (en témoigne l'incroyable 'Third Reich'n'roll') et il n'en a pas fallu bien plus pour que nos chirurgiens s'attaquent à Elvis Presley et à tout ce qui l'entoure. Rien n'échappe aux monstrueux yeux chapeautés : son aura quasi-mystique (cf la pochette), son jumeau mort-né (cf la pochette), sa troublante relation avec sa mère (relatée dans les interludes). Car oui, il s'agit ici d'une étude très sérieuse. À travers plusieurs saynètes, un narrateur et deux gamins tentent de déterminer de quoi exactement le King était le King. Et la musique, alors ? Frank Sinatra parlait d'un “aphrodisiaque rance” tandis qu'en 1956 déjà, un critique musical écrivait que la musique populaire avait atteint avec Elvis le fond du gouffre. Gestuelle obsène, "provocateur de destruction", pilleur de musique noire... il aura tout soupé. Et pourtant, il groovait comme pas deux. En tout cas pas comme les Residents, qui se font ici un malin plaisir de saper ses plus grands hits dans des versions électroniques de cabaret kitsch et vide de tout public. À la sauvagerie de la version originale de 'Blue Suede Shoes' vient se substituer une version lente et délibérément poussive qui marquera d'emblée le ton. Ils ne sont pas venus pour jouer les imitateurs à perruque et chemise blanche : ils sont venus pour la dissection. On remet les compteurs à zéro, les paroles sur la table et l'on fait reprendre la musique par des synthétiseurs et des boîtes à rythme. Or donc, sans groove et sans vie, les paroles prennent forme. Souvent si triviales qu'elles en deviennent cyniques ('Blue Suede Shoes' ou l'homme qui tient plus à ses chaussures qu'à ses relations, 'Little Sister' ou le cocu qui se rabat sur la petite soeur de sa copine, sans parler des reprises très décomplexées de titres comme 'Burning Love') : histoires en toc pour une civilisation en toc. Tandis que s'égrènent les titres érotiques, superficiels, froids et paradoxalement dansant et contagieux (on se demande s'ils ne reprennent pas du Foetus sur 'Viva Las Vegas'), la question persiste : le Roi de quoi, bon sang ? Ce double amputé de son reflet Jesse, tant fils à maman que danseur intenable, icône culturelle avant l'heure, bourré de médocs jusqu'à l'os et et mort avant d'être mort (un scénario qui se répètera pour Mickael Jackson) : que voulait-il, après tout ? La réponse qui s'en dégagera est loin d'être bête, d'ailleurs. Durant un terrifiant moment sur le final de 'Love Me Tender', on entend un sample du vrai King tandis que son simulacre vomit les dernières paroles sur fond de batterie agonisante. Le disque s'enfonce dans son propre vide et se termine sur l'antipathique 'Hound Dog', marquant le point final de cette nouvelle hérésie culturelle des Residents...

note       Publiée le jeudi 3 décembre 2009

Dans le même esprit, Wotzenknecht vous recommande...

partagez 'The King & Eye' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The King & Eye"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The King & Eye".

ajoutez une note sur : "The King & Eye"

Note moyenne :        7 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The King & Eye".

ajoutez un commentaire sur : "The King & Eye"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The King & Eye".

Dans Le Brouillard › mardi 29 avril 2014 - 18:48  message privé !

Vus en concert à l'Olympia pour "The King & Eye", suivi de "Cube E", "opéra" en 3 actes... où était évoqué, entre autres, le massacre de la population native Américaine (les Indiens) par les Blancs.

J'en rêve encore, putain d'excellent concert ! :)

Note donnée au disque :       
prypiat › dimanche 21 novembre 2010 - 21:52  message privé !

je viens d'écouter ce truc (c'est mon premier Residents)... je trouve excellentes ces reprises en version molles, dégueu, froides, kitsch et cyniques... Je ne l'ai écouté qu'une fois et quelques coups de coeur déjà : "Blue Suede Shoes", "Devil in Disguise", "Teddy Bear", "Big Hunk O' Love".... et surtout celle qui est pour moi LA pièce maîtresse de l'album, "Love Me Tender". Absolument géniale.

Je crois que je vais creuser un peu le sujet Residents...

Autre-Huche › mercredi 10 mars 2010 - 15:58  message privé !

Mémorable...tout simplement

Note donnée au disque :       
rockerfinitquimangedesbannannesaubarbitu › mercredi 10 février 2010 - 14:58  message privé !

Le king aurait un malaise de cette mayonnaise !

Note donnée au disque :       
Cockrellus Wumbus › samedi 6 février 2010 - 04:11  message privé !

L'album est bon, mais je trouve qu'à cette époque The Residents commençais à être un peu redondant, mais malgrès tout, un album interessant.

Note donnée au disque :