Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesJJean-Michel Jarre › Révolutions

Jean-Michel Jarre › Révolutions

cd • 10 titres • 44:24 min

  • 11 Révolution Industrielle: Ouverture 5:20
  • 22 Révolution Industrielle: Part I 5:08
  • 33 Révolution Industrielle: Part II 2:18
  • 44 Révolution Industrielle: Part III 3:47
  • 55 London Kid 4:34
  • 66 Révolution, Révolutions 5:01
  • 77 Tokyo Kid 5:22
  • 88 Computer Weekend 5:00
  • 99 September 3:52
  • 1010 L'Emigrant 3:56

line up

Jean Michel Jarre: Fairlight CM 1,2,3, Elka Synthex, AKS, OSCar, EMS Vocoder, Dynaccord ADDI, Cristal Baschet, Akai MPC-60,Emulator, Ensoniq ESQ1, Roland D50, D 550, ARP 2600, Kawai K5, Matrisequencer, Cavagnolo MIDY 20, Elka AMK 800. Michel Geiss et Dominique Perrier : synthétiseurs Francis Rimbert: Programmation des synthétiseurs Jo Hammer: Batterie Guy Delacroix: Basse Hank Marvin: Guitare sur London Kid

remarques

chronique

Tiens, un petit coup sur Jean Michel Jarre tant qu’à faire. À force d’écouter du Glenn, je me suis retrempé dans les dures et technoïdes atmosphères de Révolutions. Je sais! Les puristes de la MÉ spatiale et cosmique ont été amèrement déçus par ce virage musical de Jarre. Après tout, on souhaite tous un nouveau Oxygene ou Équinoxe, sauf que Jarre avait déjà entrepris une migration musicale technoïde et tribal bizarroïde sur l’excellent Zoolook. Révolutions se tient à la croisée des chemins; entre Zoolook et les pièces plus mélodieuses et accessibles de Chronologie. Dans les faits, Révolutions fut la rampe de lancement pour Jean Michel Jarre vers d’autres cieux musicaux qui l’éloigneront en douceur de son point d’origine.
Remarquer qu’il n’est pas mauvais ce Révolutions. Je l’aime bien et c’est avec étonnement que j’ai entendu les premières mesures de Révolution Industrielle : Ouverture; des percussions enclumées qui hoquètent et ourlent dans un cycle métallique qu’un synthé plus vaporeux, mais non moins industrialisé, couve de ses strates bienfaisantes. Le doux sur du dur! De l’acier sur un nuage de plumes. Des coups de feu genre laser et d’arcade apportent la seule touche de sci-fi à un titre qui étale sa lourdeur sur une énorme strie irradiante, donnant le ton aux percussions qui chargent une ambiance industrielle. Assise sur quatre volets Révolution Industrielle est triturée de bons solos tordus, des percussions martelantes et des souffles d’une aciérie fantomatique qui ne freinera pas la mélodieuse Part II. London Kid, Tokyo Kid et Computer Week-End sont d’autres titres aux mélodies accrocheuses, même parfois niaises (Tokyo Kid et Computer Week-End) jetant un voile commercial à un album qui contient de solides et géniaux titres tel que l’ouverture, le très lourd et arabique Révolution, Révolutions; l’un des points fort de Révolution. September est une superbe ballade électronique qui s’épanche sur une rythmique aux pulsions ventousées et aux chœurs africains si naïfs et d’une tendresse à faire détester l’Apartheid et tout ce qui y ressemble.
Bref Révolution n’est pas la meilleure œuvre post électro spatiale de Jarre, mais ça demeure un album précurseur car Jarre innove avec des percussions claquantes et un synthé corrosif qui inspireront une multitude d’artistes, tant en Synth Pop qu’en MÉ plus contemporaine. Un bon album qui a du coffre, de l’audace….mais aussi quelques mielleries qui érodent trop la vraie masse musicale. C’est ‘’cute ‘’comme dirait ma tante….mais ça appartient aux bébés (l’appellation) tout en n’étant pas ma tasse de thé! Un mini 4 boules me semble approprié, pour la longue pièce d’ouverture, Révolution-Révolutions, September et l’Émigrant pour sa finale gargantuesque.

note       Publiée le mercredi 18 novembre 2009

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Révolutions".

notes

Note moyenne        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Révolutions".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Révolutions".

Phaedream › dimanche 14 juin 2015 - 13:37  message privé !
avatar

Tout à fait vrai. Merci NYK

nowyouknow › vendredi 12 juin 2015 - 13:38  message privé !

Décevant. Rien n'atteint les meilleurs trucs des précédents albums et certains morceaux craignent vraiment. Quelques surprises comme l'oriental Révolution/Révolutions ou ce Tokyo Kid qui fait penser à Boards of Canada à leurs débuts mais globalement on a le sentiment que jarre fait du surplace (Les recherches sonores de Zoolook sont loin) sans retrouver l'inspiration de Rendez-Vous. Au fait le titre de l'album est "Revolutions" avec un S.

Note donnée au disque :       
Phaedream › mercredi 18 novembre 2009 - 20:33  message privé !
avatar

Je n'ai rien de perso contre etiennefroese! Bien au contraire, si j'habitais de ce côté de l'Atlantique je prendrais bien une bière ou deux avec ce fan du dream et il y aurait de bonnes discussions. Mais peut-être qu'un jour (lorsque l'Euro sera quasiment à parité avec le $ C) je ferais un saut chez vous....

grinningFace › mercredi 18 novembre 2009 - 20:31  message privé !

C'est vrai que la pochette est ........ ouf, beuark !!! Il avait eu plus d'inspiration pour celle d'oxygène... Moins d'ego et plus de créativité... Je n'ai pas osé aller sur le lien de Coltranophile, je suppute un horrible piège pour oreille sensible !

Note donnée au disque :       
Coltranophile › mercredi 18 novembre 2009 - 16:01  message privé !

http://www.youtube.com/watch?v=XVY7KD_EgPg