Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMGerry Mulligan / Astor Piazzolla › Summit

Gerry Mulligan / Astor Piazzolla › Summit

  • 1975 • Atlantic ATL 50168 • 1 LP 33 tours

cd • 8 titres

  • 1Twenty Years Ago6:26
  • 2Close Your Eyes and Listen4:32
  • 3Years of Solitude4:07
  • 4Deus Xango3:45
  • 5Twenty Years After4:10
  • 6Aire de Buenos Aires4:37
  • 7Reminiscence6:30
  • 8Summit3:35

enregistrement

Mondial Sound Studio, Milan, Italie du 24 au 26 septembre et du 1 au 4 octobre 1974.

line up

Gerry Mulligan (saxophone baryton), Astor Piazzolla (1921-1992) (bandonéon), Filippo Daccò, Bruno De Filippi (guitare électrique), Giuseppe Prestipino (basse), Tullio De Piscopo (batterie), Angel "Pocho" Gatti (piano, piano électrique, orgue), Alberto Baldan, Gianni Zilioli (marimba), Umberto Benedetti Michelangeli (violon), Renato Riccio (alto), Ennio Miori (violoncelle).

remarques

Pour les éditions successives, cette collaboration a été victime d'un bordel sans nom : au niveau de l'ordre des titres (variable), de leur nom (tantôt en Espagnol tantôt en Anglais), du nom de l'album (self-titled, puis "Tango nuevo", puis "Summit" ou "Reunion cumbre" ), et surtout des pochettes : au moins cinq différentes.

chronique

Styles
jazz
world music
Styles personnels
cool / tango nuevo

"Summit"/"Reunion cumbre", ou rencontre au sommet... Quand deux "célébrités", chacune dans son domaine musical, décident de collaborer, on peut avoir toutes les raisons de craindre le pire. Il s'agit souvent de l'initiative foireuse de la maison de disques pour engranger quelques gros sous, ou bien alors cela repose sur une "fausse bonne idée" et les deux forces en présence s'annulent plutôt qu'elles ne se complètent, la déception étant finalement au rendez-vous. Je ne sais pas comment Gerry Mulligan et Astor Piazzolla ont eu l'idée d'enregistrer ensemble (pour ce qui sera leur seule et unique collaboration), ni comment, l'un américain et l'autre argentin, ils ont pu se retrouver à Milan pour une session avec des musiciens de studio italiens (excellents, d'ailleurs), mais ce dont je suis sûr au moins, c'est qu'il s'agissait d'une VRAIE bonne idée. Ce disque, que vous pourrez écouter pendant des mois, est tout simplement une merveille, une offrande consolatrice pour nous, pauvres mortels, laissée par ces deux demi-dieux : des mélodies à la fois évidentes et très élaborées, éclatantes de lumière aussi bien que complexes et serpentines ; des ambiances si tristes et mélancoliques qui, au détour d'un phrasé, d'une syncope, s'éclairent d'une masse de rayons radieux venant ricocher à n'en plus finir, dans l'emportement et la fougue des interprètes, sur un lac aux mille éclats, dialogue contrapuntique aux échos infinis qui se muent en un céleste chant choral. Le piège de la mièvrerie, du sentimentalisme facile, dans lequel ils auraient pu tomber, ils le surmontent avec une hauteur souveraine, une classe orgueilleuse qui les fait passer à mille lieues au-dessus de tout ça : la Joie qui se fraie un chemin ici, après avoir fait passer l'auditeur par cette sinistre torpeur du tango, cette angoisse sourde, est l'évidence d'une joie pure, religieuse, innocente, oui, mais parce qu'intouchable, inaccessible autrement qu'en rêve. Vais-je détailler tous les titres ? Inutile. D'ailleurs, je me demande si l'édition foireuse que j'ai entre les mains est complète. Mais là vraiment, on s'en fout, le mariage unique de ces deux timbres, bandonéon et saxophone baryton, c'est trop fort, trop beau, trop tout. Vingt ans... le souvenir des années perdues... brillantes ou sombres, celles qu'on ne retrouvera plus... suivent les années de solitude, la mémoire des lieux, réminiscences douloureuses, des événements impossibles à refaire, à revivre... fermez les yeux et écoutez... La plage-titre est, en outre, véritablement le sommet de ce présent miraculeux. J'arrête. J'ai largement dépassé mon quota d'adjectifs. Cyniques, railleurs et endurcis de tout poil, oubliez pour quelques instants les défenses immunitaires qu'ont pu se construire votre oreille et votre intellect ; et plongez dans ce disque beau à pleurer.

note       Publiée le dimanche 8 novembre 2009

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Summit".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Summit".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Summit".

cyprine › jeudi 26 novembre 2009 - 22:01  message privé !

sacrés flonflons !

Note donnée au disque :       
empreznor › dimanche 8 novembre 2009 - 11:05  message privé !

je ne connais pas cette collab, mais Mulligan est un grand, grand saxophoniste