Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAsylum › Suckling the mutant mother

Asylum › Suckling the mutant mother

cd | 9 titres

  • 1 In asylum
  • 2 System overload
  • 3 Real life
  • 4 Crucified
  • 5 Deeper and deeper
  • 6 Blood of your innocence
  • 7 Siren prey
  • 8 Plating
  • 9 Celestial mutator

enregistrement

Sawmill Studios, Cornouailles, Angleterre, sauf les titres 6 et 8 enregistrés aux Studios Whitehouse, Weston-Super-Mare, Angleterre. Produit par Rob Heaton et Asylum.

line up

Dave Blomberg (guitare, chœurs), Mark Soby (chant), Paul Burnel (basse), Adam Perry (batterie, choeurs)

chronique

Nous étions bien loin des années 3000 et de l'ère post-catastrophe nucléaire, voici pourtant qu'à l'orée des nineties, des hordes de personnages que l'on aurait cru sorti de 'Mad Max 1' envahirent la scène goth britannique. Délaissant l'aspect vampirique alors en vogue (Nösferätü, 13 Candles, All living fear,...), ces groupes s'inscrivaient dans une perspective urbaine, voir futuriste, avec un son plus dur, carré, héritier du crust punk, du gothic rock de Fields of the Nephilim et de la 'road attitude' de New Model Army. Outre Every New Dead Ghost, The Marionettes, Sensorium, Creaming Jesus, ce mouvement éphémère nous a également laissé Asylum, peut-être le combo le plus représentatif de cette nouvelle esthétique. D'ailleurs pour leur premier, et à ma connaissance unique, opus, le quatuor a fait fort puisqu'ils se sont adjoints les services de feu Rob Heaton (New Model Army) pour la production. Si l'on distingue deux écoles principales, soit celle des Sisters of Mercy pour le son sec et glacé, et celle des Fields of the Nephilim, plus lourde, limite métal, Asylum fait clairement partie de la seconde. Lourde et électrique, pêchue mais sombre, leur musique cherche néanmoins à développer de vraies atmosphères ('Deeper and deeper') et y réussit plutôt bien. En fait, il n'est pas si aisé de se forger une opinion définitive sur ce disque. A première écoute, les mélodies sont accrocheuses mais sans véritable hit à se rouler par terre; la rythmique plombée (la basse claque comme un fouet), les guitares acérées font mouche mais ça sonne déjà entendu; le chanteur, avec sa voix goudronnée, n'est pas mauvais du tout, pourtant on le sent limité sur certaines parties de refrains où le ton pourrait se faire plus épique, amoindrissant selon moi le potentiel émotionnel de quelques titres ('Real life', 'Crucified'). D'un autre côté, pour ceux qui n'aiment pas l'aspect crust punk de Creaming Jesus ou Sensorium ou qui trouvent New Model Army trop rock, Asylum constitue la bonne alternative. Moins techniques que les Fields of the Nephilim (influents sur le bon 'Siren prey') mais pointus dans les solos, les musiciens assurent très honnêtement. Le combo n'a donc rien d'un fer de lance mais dispose néanmoins d'arguments suffisamment convaincants pour que l'on s'attarde sur son cas; d'un point de vue strictement personnel, si j'avais été moyennement enthousiaste en 1991, je remarque que cet album vieillit bien et qu'au final, je ne m'en suis jamais réellement lassé. Cette nouvelle forme de gothic rock se révélera sans lendemain, les fans de sons durs préférant se tourner vers le metal et Asylum sombrera très vite dans l'oubli. Des chansons telles que 'Plating' (très NMA dans ses orchestrations), 'Siren prey', 'Crucified' méritent pourtant qu'on les en sorte.

note       Publiée le samedi 7 novembre 2009

partagez 'Suckling the mutant mother' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Suckling the mutant mother"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Suckling the mutant mother".

ajoutez une note sur : "Suckling the mutant mother"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Suckling the mutant mother".

ajoutez un commentaire sur : "Suckling the mutant mother"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Suckling the mutant mother".

ledl › dimanche 3 mars 2019 - 22:40  message privé !

Comment ça, j'ai encore rien dit sur ce scud? C'est pas faute de l'avoir écouté! Ben moi, je le trouve vachement accrocheur: une sorte de mix entre NMA et Nephilim. Et puis, il faut écouter "Deeper and deeper". Jamais entendu plus grave... Assez jouissif, en fait.

born to gulo › samedi 7 novembre 2009 - 23:39  message privé !

c'est vachement bien, la voix est tout ce que j'ai toujours attendu de mccoy et systématiquement été déçu de pas trouver