Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGrandaddy › The crystal lake / our dying brains

Grandaddy › The crystal lake / our dying brains

  • 2000 • V2 VVR5013013 • 1 CD

cd • 3 titres

  • 1Should Never Have Left The Crystal Lake 5:06
  • 2Our Dying Brains 4:47
  • 3First Movement/Message Send:ID#5646766 9:58

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

écrit et produit par Jason Lytle, 2000

line up

Jason Lytle, Kevin Garcia, Aaron Burtch, Jim Fairchild, Tim Dryden

remarques

chronique

C'est au pivot du deuxième et troisième millénaire que débarquai The Crystal Lake, tel une providentielle apparition divine, pour sauver le monde de la dépression et de l'apathie... Une certaine idée de la pop song parfaite, tout droit sortie du cerveau de Jason Lytle, songwriter et leader du groupe, qui signait sans le savoir ici son aller-simple vers une relative célébrité qu'il n'allait que très mal supporter. Comment résister à une telle chanson ? De son titre aux synthés 8 bits omniprésents (ils forment un tapis roulant chaud et rassurant à tout le disque, et sont bien sur indissociables de l'imagerie du groupe), tout nous renvoie à un donjon de vieux jeu vidéo genre Zelda, que le protagoniste de 4 pixels de haut meurt de retrouver, comme un symbole de l'enfance perdue. "I've lost my way again". Les breaks sont beaux à mourir, on sent que ce titre a vraiment été murement concocté par le groupe, qui joue comme un seul homme. Ces types étaient, en apparence du moins, l'incarnation du cliché "nerd" qui n'était pas encore un terme à la mode à l'époque. Leur univers était fait - encore une fois - de vieux synthés grésillants traînant dans l'herbe de leur campagne profonde, qu'il ne semblaient quitter que pour s'approvisionner en matos ou jeux videos, ou tourner le merveilleux clip du morceau-titre. La face B ne paie pas de mine à première vue, et pourtant, ce doucereux Our Dying Brains, maladroitement exécuté par une voix engourdie et des casio décharnés qui ne le sont pas moins, recèle sa dose de mélodies berçantes et pastorales... First Movement/Message Send, en revanche, est totalement plongée dans un sommeil boréal, à peine éclairci par des rêves d'errances dans la zone industrielle. Le chanteur finit par s'endormir ses synthés, qui prennent ensuite le dessus en un gargouillis nocturne qui se mélange à son rêve, étirant le morceau de manière quasi-conceptuelle, jusqu'à l'ultime extinction des feux, et Jason de se réveiller d'un seul coup en criant "Air conditioners in the woods" !
Force est d'admettre que ça se tient, comme single. Téméraires (et surtout lucides sur le potentiel tubesque de leur chanson la plus connue), les Grandaddy rempileront pourtant pour deux autres singles... J'y viendrai, ainsi que sur les autres albums, tous réussis.

note       Publiée le mercredi 4 novembre 2009

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The crystal lake / our dying brains".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The crystal lake / our dying brains".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The crystal lake / our dying brains".

NevrOp4th › lundi 10 septembre 2012 - 17:31  message privé !

Groupe si cool, j'aime vraiment ce qui font, dommage qu'il n'est pas eu la notoriété qu'il aurait du avoir... Under The Western Freeway est un disque que j'écoute énormément ces temps ci et d'accord avec number six , ce groupe peut faire tirer des larmes si les conditions le permettent.

(N°6) › mercredi 4 novembre 2009 - 16:05  message privé !
avatar

Grandaddy, un de mes groupes préféré, un des seuls qui peut littéralement me faire verser quelques larmes si je suis en condition... La nature, la déchéance de la société technophile humaine, des synthés pourris, des guitares sales, des envolées dans l'espace... Et cette petite voix à bout de souffle...

Note donnée au disque :