Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSkinny Puppy › Puppy Gristle

Skinny Puppy › Puppy Gristle

cd • 1 titre

  • 1Puppy Gristle 40:11

enregistrement

Session improvisée, novembre 1993

line up

Genesis P-orridge (gristlebox), cEvin Key (bidouille analogique), Dwayne Goettel (bidouille digitale), Larry Thrasher (percussions), Ogre (voix)

remarques

trois éditions de 1000 exemplaires chacune. La réédition de 2007 voit son artwork virer au mauve

chronique

Il serait difficile de vous parler de Download sans aborder ce fameux Puppy Gristle, enregistré en 1993 avant que ne commence la longue série noire qui fera l'histoire de 'The Process'. Nos amis (?) Goettel, Ogre et Key ont déplacé le studio d'enregistrement dans une maison faisant aussi office de logement, gagnant ainsi la possibilité d'enregistrer 24 heures sur 24. Un jour, nos compères ainsi que Larry Thrasher et Genesis P-Orridge, lui-même équipé de sa 'Gristlebox' (une machine analogique reproduisant certaines textures de Throbbing Gristle) ont décidé d'envahir le studio pour un long 'brap' (dans le vocabulaire Skinny Puppy, il s'agit d'une improvisation visant à révéler des structures pour des compositions, ou plus simplement dit “hook up electronic instruments, get high, and record”). Pas de doute à l'écoute : tout le monde est bien défoncé. Les quarante minutes se passent comme s'ils cherchaient à redéfinir la notion de Chaos dans tout ce que ce terme implique ; oui mais voilà ; si cette esquisse fut providentielle pour permettre aux protagonistes de se réorienter, elle n'est malheureusement pas gégène à s'écouter en tant que telle. Que je m'explique : sur cinq minutes, l'effet est génial. Les sons totalement abstraits virevoltent et crissent ici et là, l'overdub d'Ogre grogne sans prévenir ; la boîte à rythme de Genesis sautille et percute avec une sécheresse impressionnante. Là où le bat blesse, c'est qu'il ne se passe pas grand chose d'autre. Quarante minutes à la même vitesse, sans aucun haut ni bas ; avec quelques étincelles non exploitées ici et là (comme une ébauche de massacre de vinyle classique vers la fin, disparaissant aussitôt), voilà un peu tout ce qu'il y a à retenir. C'est comme regarder une machine de Tinguely faire ses cycles mécaniques bruyants (si vous n'êtes pas allés au musée Jean Tinguely à Bâle, il est encore temps de sauver votre âme !) : fascinant à regarder, mais de vous à moi : qui resterait devant sur plus de quarante minutes ? Cette expérience a certes eu des retentissements, c'est même une des bases du son de Download : on en retrouve une section sur 'The Eyes of Stanley Pain' et en pointillés sur plusieurs titres avec Genesis P-Orridge ; on en retrouve d'autres sections sur un Psychic TV (le monde est petit) ; du reste j'aurai peine à voir cela comme autre chose qu'une ébauche, une marmite bouillonnante dans laquelle les ingrédients cuisent.

note       Publiée le jeudi 29 octobre 2009

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Puppy Gristle".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Puppy Gristle".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Puppy Gristle".