Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDinosaur L › 24→24 Music

Dinosaur L › 24→24 Music

6 titres - 30 :15 min

  • A1/ #1 (You're Gonna Be Clean On Your Bean)
  • A2/ #5 (Go Bang!)
  • A3/ #2 (No, Thank You)
  • A4/ #7
  • B1/ #3 (In The Corn Belt)
  • B2/ #6 (Get Set)

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré le 9 Juin 1979 à Blank Tapes, NYC, sauf #7 enregistré live à 'The Kitchen', 28 Avril 1979. - Ingé-son : Mark Grafe - Masterisé par Ray Janos - Produit par Arthur Russell - #1 produit par Peter Gordon

line up

Julius Eastman (claviers, voix), Peter Gordon (saxophone tenor), Peter Zummo (trombone), Butch Ingram (basse) , Wilbur Bascomb (basse),Timmy Ingram (congas), Mustapha Ahmed (congas sur #7) John Ingram (batterie), Jeff Barman (batterie sur #7), Denise Mercedes (guitare) , Ed Tomney (guitare) , Larry Saltzman (guitare sur #7), William Ingram (guitare),Jimmy Ingram (claviers), Rome Neal (percussions), Arthur Russell (voix, violoncelle [pizz]), Rik Albani (trompette); Jill Kroesen, Kent Goshorn, Marie-Chantal Martin, Rome Neal (voix)

remarques

La réédition cd chez traffic entertaintment, en 2007, contient les bonus tracks suivantes : 7/ Clean On Your Bean #1 (6:35) 8/ #5 (Go Bang!) (Francois K Mix) (7:34) 9/ Go Bang! (Thank You Arthur Edit) (8:51) 10/ In The Corn Belt (Larry Levan Mix) (5:54)

chronique

Styles
black music
ovni inclassable
Styles personnels
disco mutagène

Ce truc peut sérieusement altérer votre santé mentale… Dinosaur L est un monstre, une aberration du disco mutant, révélateur des années de grand n’importe quoi New Yorkaises, mélangeant post-punk afro, no-wave discoïde et proto-hip hop dans un même grand chaudron. Ici on est encore dans le disco, avec un rythme qui ne laisse aucun doute sur l’utilité première de ces morceaux, bien avant ceux d’être écoutés, et donc chroniqués : la danse, l’oubli de soi, le shakage de booty ! D’ailleurs, comme pour signifier le changement de bord opéré, les versions ultimes de ces morceaux ne sont pas les originales mais les remixes ! Les meilleurs ont été ajoutés en bonus tracks de la version cd, dont la version ultime de Go Bang par François K (homme de l’ombre d’un nombre incroyable d’albums électroniques connus et moins connus), blindée d’écho, tout comme le mix de Larry Levan (patron du Paradise Garage, cathédrale du disco infernal) de In the corn belt, personne n’ayant osé s’attaquer à ce truc insensé qu’est Get Set, traversé de secousses telluriques d’un autre monde (du zeuhl-disco ?). On peut regretter l’absence du Walter Gibbons mix de Go Bang (un bootleg en réalité), une version dub de 10 minutes, parfaite, et surtout de Kiss Me Again, classique du Paradise Garage sorti sous le nom de Dinosaur tout court. Cet euh, album (je me pose la question en fait) s’intitule donc 24 > 24 music, à cause des changements de rythme toutes les 24 mesures, et non pas pour dire qu’il est ouvert 24h sur 24. Ca commence par un saxo afrobeat sur fond de nappes de claviers dissonnants, auxquels vient très vite se joindre une "chanteuse" française suraiguë et idiote : un gimmick typique du disco raffiné (Marie-Chantal Martin, ça ne s’invente pas). Sauf que là croyez-moi, ça surprend sec. Sur Go Bang, c’est une voix androgyne et complètement défoncée qui vient geindre deux ou trois paroles insensées avant un solo d’orgue groovissime, jusqu’à ce qu’arrive une autre voix, masculine, en fin de morceau. Bref, ça va pas mieux. Le morceau reste un hymne à la débauche, tortueux et hypnotique, symptomatique de la liberté incroyable des années d’avant le sida (dont Russell mourra dix ans plus tard)… Ici, il n’y a pas vraiment de début ou de fin, tous les instruments sont invités à la smala : Cuivres, grattes funky sèches comme des cacahuètes, claviers en furie, congas dans tous les sens, etc. On semble plus être en présence d’une émanation du monde de la nite new-yorkaise que d’une musique réfléchie et élaborée, et vous savez quoi, à la fin ? C’est ça qui est bon. Qu’on est loin des concertos pour violoncelle et homme seul que l’homme enregistrera plus tard ! Cela dit, on entend bel et bien le violoncelle de Russell ici, secondant la basse sur le premier titre, en arrière-plan… Perdu au milieu de ces longs titres sûrement en grande partie improvisés par les Ingram Brothers, une fratrie de 5 zicos qui accompagnent également Russell sous le nom de Loose Joints. Bien sûr, tout ceci était hautement en avance sur son temps, comme l’en atteste la batterie qui a déjà un pied dans la house music, et les nombreux remixs d’époque qui viennent, paradoxalement, un peu éclaircir une musique bordélique à souhait.

note       Publiée le dimanche 25 octobre 2009

Dans le même esprit, dariev stands vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "24→24 Music".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "24→24 Music".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "24→24 Music".

Alfred le Pingouin › jeudi 9 juillet 2015 - 14:17  message privé !

Julius Eastman, le pianiste, étais aussi un compositeur intéressant, y a quelques trucs de lui qui sont sortis en disque qui valent le coup d'oeil. Entre minimalisme et groove, un truc assez charnel. Sinon je découvre cte bestiole, c'est super!

Note donnée au disque :       
Reflection › dimanche 25 octobre 2009 - 00:29  message privé !

Classe...

dariev stands › dimanche 25 octobre 2009 - 00:25  message privé !
avatar

waaaaah trop puissant l'extrait vidéo... alors là je dis MONSIEUR chris... je sens que je vais foutre des clips sur toutes mes chros tellement c'est énorme... (si on a le droit...)

Dioneo › dimanche 25 octobre 2009 - 00:14  message privé !
avatar

Ah ça y est !

Double chro très bientôt ! Pas que je désapprouve -vraiment hein, du tout !- mais je l'entends pas tout à fait pareil...

À suivre donc.