Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesVRené Van Der Wouden › Sequential Tourism

René Van Der Wouden › Sequential Tourism

cd • 5 titres • 69:59 min

  • 11 Sequential Tourism 16:11
  • 22 Sequential Solitude 16:14
  • 33 Bataille dans les Nuages 13:06
  • 44 Arcadia 17:56
  • 55 The Sequential Tourists 6:28

enregistrement

Composé, produit et enregistré par Rene van der Wouden durant le printemps et l'été 2008, dans le Miniminus studio, Pays-Bas

line up

Rene van der Wouden: Yamaha CS50, Macbeth M3K, SE Moog, Moog Rogue, Sequential Circuits Pro One, Yamaha SY99, Yamaha SY77, Yamaha EX5, Korg Trinity, Korg Wavestation EX, Kurzweil K2500, E-Mu E5000, Akai AX73, Roland JX3P, Roland JV880, Korg MS2000R.

remarques

Pour en savoir plus sur René van der Wouden et entendre des échantillons sonores, visitez son site web; http://www.renevanderwouden.net/
Disponible via le site de René Van Der Wouden et Musiczeit

chronique

Avec le temps, René Van Der Wouden a réussi à créer son propre univers sonore. Un monde de MÉ où le Berlin School côtoie les éléments charmants d’une MÉ française débroussaillée par des pionniers tel que Space Art, Jean Michel Jarre, Frédéric Mercier et Thierry Fervant. Des synthés aux teintes romanesques, nostalgiques et solitaires qui chantent au travers une brume nostalgique si fidèle au cinéma de répertoire Français. Sequential Tourism est la l’analogie idéale de cette symbiose si parfaitement moulée par le musicien Néerlandais.
Une pluie d’étoiles, au fin débit cristallisé, danse sur des strates valsantes qui ourlent telles des vagues cosmiques. La pièce titre ouvre avec un romanesque néantisé où de lentes strates, qui assombrissent des chœurs discrets, épousent les ressacs, tantôt doux, tantôt violent, d’une musique ponctuée de lourds voiles synthétisées qui valsent avec tendresse. Des vagues saupoudrées d’effets sonores analogues, dégageant un doux reflet des années 70, avant de se fusionner à une lourde séquence névrotique vers la 5ième minute. Une séquence qui palpite nerveusement sur une fine ligne de basse, submergée d’un synthé toujours bien enveloppant. La séquence s’en dégage, prenant une rythmique vitaminée sur un mouvement circulaire, toujours noyée de fins accompagnements synthétisés et d’effets sonores plus contemporains. Le mouvement devient plus animé avec d’étranges vrilles sonores qui virevoltent parmi de fins accords cristallins et mélodieux qui voltigent sur des percussions métalliques claquantes. Des percussions qui permutent et martèlent une cadence infernale, à la croisée du rock, sur un superbe synthé aux souffles crotalinés, accords et solos mélodieux à la Frédéric Mercier. Cette pièce d’ouverture donne le ton à un album hybride où le rythme borde merveilleusement des intros parfumées de douces irisations sonores et qui se lovent dans des ambiances célestes. Les rythmes sont progressifs et crescedent lentement vers des rythmiques qui avoisinent les rythmes débridées d’une musique plus progressive qu’électronique.
Arcadia est différent avec séquences sautillantes qui s’entrechoquent, comme dans un jeu d’arcade, après une intro syncrétique où un train chimérique entre en gare. Une intro bigarrée qui se démarque des 3 premiers titres avec une approche moins cartésienne. Les percussions martèlent une cadence chaotique, un peu comme si tout était comprimé dans une arcade sphérique. Des effets sonores analogues ponctuent cette structure qui modifie sa cadence vers la 10ième minute avec une grosse séquence circulaire, qui ovale hypnotiquement enveloppée qu’elle est de grosses strates synthétisées moulantes. Une rupture rythmique qui s’amplifie sur des petites spirales crotalées et un lourd synthé aux torsades qui vrillent en tout sens, dans une mer d’effets sonores analogiques. Un bon titre au rythme décapant et lourd. The Sequential Tourists clôture avec une superbe approche mélodieuse. Une lourde séquence circulaire et des percussions aux sabots de cheval ceinturent une harmonie synthétisée qui accroche dès la première écoute.
Sequential Tourism est un superbe album de MÉ. Un genre Berlin School, mais très près des bases de la MÉ française. Un mélange assez unique faut dire, qui dégage une fraîcheur musicale au travers chacune des pièces, même si elles demeurent complexes et enchevêtrées avec des progressions rythmiques très audacieuses. À date, l’album le plus complet et réussi de René Van Der Wouden.

note       Publiée le vendredi 23 octobre 2009

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Sequential Tourism".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Sequential Tourism".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Sequential Tourism".