Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artisteshThis Heat › Out of cold storage

This Heat › Out of cold storage

cd • 11 titres • this is 1 : this heat (blue & yellow)

  • 1Testcard 0:47
  • 2Horizontal Hold 6:55
  • 3Not Waving 7:25
  • 4Water 3:10
  • 5Twilight Furniture 5:11
  • 624 Track Loop 5:56
  • 7Diet Of Worms 3:08
  • 8Music Like Escaping Gas 3:40
  • 9Rainforest 2:54
  • 10The Fall Of Saigon 5:09
  • 11Testcard 4:09

cd • 11 titres • this is 2 : deceit

  • 1Sleep 2:14
  • 2Paper Hats 6:02
  • 3Triumph 2:55
  • 4S.P.Q.R. 3:28
  • 5Cenotaph 4:39
  • 6Shrinkwrap 1:40
  • 7Radio Prague 2:21
  • 8Makeshift Swahili 4:04
  • 9Independence 3:42
  • 10A New Kind Of Water 4:57
  • 11Hi Baku Shyo 4:03

cd • 2 titres • this is 3 : health and efficiency

  • 1Health And Efficiency 8:11
  • 2Graphic/Varispeed (45rpm) 11:21

cd • 8 titres • this is 4 : made available

  • 1Horizontal Hold 8:27
  • 2Not Waving 8:10
  • 3The Fall Of Saigon 6:07
  • 4Rimp Romp Ramp 6:42
  • 5Makeshift 6:17
  • 6Sitting 2:21
  • 7Basement Boy 2:15
  • 8Slither 2:15

cd • 3 titres • this is 5 : repeat

  • 1Repeat 20:21
  • 2Metal 23:17
  • 3Graphic/Varispeed (33rpm) 15:27

cd • 11 titres • this is 6 : live 80/81

  • 1Horizontal Hold 5:35
  • 2Paper Hats 5:13
  • 3S.P.Q.R. 3:04
  • 4Triumph 3:44
  • 5Aerial Photography 5:10
  • 6The Rough With The Smooth 1:40
  • 7Makeshift Swahili 3:55
  • 8Music Like Escaping Gas 2:30
  • 9A New Kind Of Water 5:02
  • 10Twilight Furniture 4:39
  • 11Health And Efficiency

remarques

sorti sur le label "this is" via ReR Megacorp. - Le coffret contient un livret de 48 pages avec itws, photos, etc… + 5 digipaks reproduisant chacun les pochettes originales + le 6ème, « Live 80/81 » reprenant la face B d'une cassette sortie sur le label tago mago, dont la face A était occupée par Albert Marcoeur.

chronique

Styles
noise
ovni inclassable
rock in opposition
post punk
Styles personnels
experimental > avant-rock

This Heat : [zhiss hitt], mutation terminale et tardive du mouvement RIO, espèce endémique, propre à ce mouvement unique du milieu des années 70. Un cactus noir et mauve qui pousse au milieu d’un désert… Ceci est une intégrale de leurs œuvres. Le groupe, depuis reconnu comme un chaînon manquant entre les cultures punk et prog, répétait à l’époque dans un entrepôt frigorifique désaffecté à Brixton, seul endroit d’où on les imagine composer une telle musique, angoissée et rongée par le froid. L’anecdote à son importance, si l’on en juge par le titre de ce coffret : tout juste sorti de la chambre froide. Encore raide et sans vie, comme leur son, bien que dans ses veines coule la subversion la plus tenace, la plus irrépressible. Cette musique est comme une drogue dure, une fois assimilée, car il n’en existe aucune substitution, ni même copie. Un conseil pour rentrer dedans néanmoins : ne commencez pas par le premier disque du groupe, Blue & Yellow, sorte de collection de pièces ambient-indus inconfortables et extra-terrestres, entrecoupé par de féroces saillies rythmiques, et un rare chant crépusculaire, seule marque de fabrique dans une musique hétérogène, qui surprend par sa rudesse. Deceit (supercherie) est un album sur la menace de la fin du monde, qui démarre sur une spéciale dédicace aux masses dormantes… Cet album terrifiant, devenu culte sur le tard, est en quelque sorte le premier d’une série d’œuvres post-crise du pétrole, paranoïaques et douloureusement hyper-lucides, à l’image du changeant et tétanisant Paper Hats, qui se déroule et s’enroule comme un serpentin, soufflant un vent putride sur le cimetière des idéaux… C’est urgent, tordu à la limite du soutenable, sombre, difforme… Une bande son idéale pour un remake d’Akira par les frères Quay. Le chant est beaucoup plus présent que sur l’austère Blue & Yellow, toujours sous forme de chœurs glaçants, comme sur SPQR, auquel succède un Cenotaph terrible où ces mots tombent comme une sentence : « history repeats itself / and when the lights go on again, all over the world ». Troublant. Car la radicalité de la musique ne doit pas faire oublier les paroles, tout aussi profondes et extrêmes. Independance, par exemple, reprend mot pour mot la déclaration de l’indépendance des USA de 1776, comme pour en souligner la dés-incarnation. Parlons enfin du reste du coffret : si les live sont de qualité inégale, pas forcément transcendant, les deux singles/EP sont extraordinaires… Repeat, composés d’inédits d’époques très diverses, est quasiment un album, et se veut le disque le plus accessible et groovy du coffret… C’est quasiment de l’illbient joué live, 20 ans avant. En somme, on ne peut que recommander au jeune padawan en mal de sombritude exacerbée et de bande-son pour monde affreux en fin de vie de commencer par ici : d’une part, ça lui évitera de passer par bien des chemins détournés pour arriver à ce point de non-retour, et d’autre part, c’est la première fois qu’un groupe aussi sauvagement en marge sert toute sa discographie et plus sur un plateau d’argent. Un plateau d’argent pour un cadavre de colombe carbonisé.

note       Publiée le mercredi 7 octobre 2009

Dans le même esprit, dariev stands vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Out of cold storage".

notes

Note moyenne        8 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Out of cold storage".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Out of cold storage".

Cinabre › mercredi 30 octobre 2019 - 23:18  message privé !

Tu vas pas le regretter! C’est un groupe immense et bien sombrex comme il faut!

Twilight › mardi 29 octobre 2019 - 22:53  message privé !
avatar

Bon, paf ! J'ai franchi le pas, je me suis payé la bête, je sens que ça va être un processus douloureux et jouissif...

saïmone › mardi 13 décembre 2016 - 17:54  message privé !
avatar

Y'a moyen

Note donnée au disque :       
Klarinetthor › mardi 13 décembre 2016 - 14:09  message privé !

This is not This Heat en concert au 104 mercredi 15 mars dans le cadre du Sonic Protest, avec Heimat.

Klarinetthor › lundi 15 février 2016 - 15:07  message privé !

vu les etageres dans le cafe Oto avec leurs lives maison (un DVD the Ex and friends me faisait de l'oeil d'ailleurs), je ne m'inquiete pas.