Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesLLigne D'hiver › Für immer

Ligne D'hiver › Für immer

lp | 6 titres

  • 1 Black Monday
  • 2 Trouble (Crime passionnel 1986)
  • 3 Pourquoi ?
  • 4 Walls & Bridges
  • 5 Titihoya
  • 6 Deauville

enregistrement

Vignoc, France, 1986

line up

Loïc D'Hiver (chant, guitare), Frédéric Hameury (basse, synthé, programmation, choeurs), Lord De Vere (synthé, choeurs, programmation), Marc Mathey (synthé sur 'Deauville' et 'Titihoya'), Carole Renaudin (choeurs)

chronique

Nous vivons une époque formidable...Je sais, les médias ne cessent de nous faire croire l'inverse, c'est la crise, le réchauffement, la violence, tout va mal...Ok, c'est pas la joie mais de temps à autre, ça fait du bien de réduire les choses à son petit niveau, histoire de s'aérer la tête même si c'est très égoïste. Par exemple, je suis particulièrement heureux de la dernière sortie de chez Brouillard Définitif, soit le LP de Ligne d'Hiver. Je n'avais pourtant été que moyennement convaincu par les deux titres que ces Rennais partageaient avec Saison Froide sur un single produit par l'indispensable label l'an dernier. Il suffit pourtant d'écouter 'Black Monday', petite merveille de new wave froide et dansante (évoquant vaguement les Italiens de Neon) pour se dire que ce disque se profile bien. Et c'est le cas. La nouvelle version de 'Crime passionnel' est plus mélancolique que l'ancienne. 'Pourquoi ?' présente une touche plus riche avec basse et guitare; certains regretteront cette orientation plus accessible mais personnellement j'estime qu'elle rend mieux justice au potentiel mélodique du groupe. Tournons le disque (hé oui, c'est du vinyl), 'Walls and bridges' est de la trempe de 'Black Monday' avec son aspect froid mais rythmé et mon petit doigt me dit que cette composition n'a pas fini son parcours sur les dancefloors. 'Titihoya' plus hypnotique et basé sur les beats m'évoque un peu la démarche de D.A.F. à leurs débuts, l'expérimentation délirante en plus; ça a l'air décousu et pourtant ça reste sympathique. Arrive l'ultime piste, 'Deauville', gris et triste avec ses plages de clavier et l'on se dit que ces chansons méritent définitivement la chance qu'elles n'ont pas eu en 1987. Chaque fois que j'écoute ces formations cold wave française de l'époque, je me demande comment Indochine et consorts ont fait pour percer. Mais excusez-moi, je dois remettre la face A...

note       Publiée le mardi 6 octobre 2009

partagez 'Für immer' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Für immer"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Für immer".

ajoutez une note sur : "Für immer"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Für immer".

ajoutez un commentaire sur : "Für immer"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Für immer".

Hazincourt › dimanche 4 décembre 2016 - 13:27  message privé !

Vous avez dit Minimal Wave à la française ! CULTE !

Note donnée au disque :