Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRPaul Roland › Sarabande

Paul Roland › Sarabande

cd • 11 titres

  • 1The king will come
  • 2Morgan Le fay
  • 3Beyond the realm of sleep
  • 4Sister jazz
  • 5Ophelia
  • 6Serpent's skin
  • 7A thousand and one nights
  • 8I'm not like everybody else
  • 9Waltzing the square ring
  • 10Meadows of the sea
  • 11Me and the devil blues

enregistrement

Drive Music, Wiltshire, Angleterre, printemps 1994

line up

Nick Saloman (guitare additionnelle), Phil Wright (violon), Paul Roland (chant, guitare sèche), Kev Fox (guitare, orgue), Ant Walker (guitare), Giles Farley (claviers), Dave Battersby (basse), Jez Kirkwood (batterie)

remarques

chronique

A l'époque de 'Duel', Paul Roland avouait être plutôt mal à l'aise pour écrire sur le Moyen-Age, le thème ne l'inspirant que peu; il s'y est pourtant remis en piochant dans la mythologie Arthurienne, le temps des deux titres d'introduction (fort bons d'ailleurs), 'The king will come' and 'Morgan Le Fay'. Le chanteur semble renouer avec les ambiances de 'Danse Macabre' en s'inspirant principalement de garage rock psychédélique 70's (assaisonné comme toujours d'une touche gothique), les éléments classiques étant relativement absents des enregistrements, exception faite du violon. Il s'offre également quelques incursions jazzy ('Sister Jazz') et blues ('Me and the devil blues'). On compte trois reprises en tout, 'Me and the devil blues' de Robert Johnson, 'I'm not like anybody else' des Kinks et 'Meadows of the sea' de Marc Bolan mais elles s'intègrent de manière très fluide au milieu des compositions de Paul Roland; l'homme d'ailleurs nous avait déjà habitué à pareil exercice. Outre les chansons les plus électriques, plutôt efficaces, j'avoue un goût marqué pour les trois pièces les plus tranquilles, la valse cabaret de 'Waltzing the square ring again' et les mélancoliques 'Ophelia' et 'Beyond the realm of sleep'...Ecouter un disque de Paul Roland, c'est comme ouvrir un livre de Jules Vernes, une véritable invitation au voyage; il faut fermer les yeux, se détacher de la réalité et laisser les accords orientaux de 'A thousand and one nights', l'orgue de 'Waltzing the square ring again' ou les nappes de 'Ophelia' tisser les décors les plus envoûtants. L'Anglais semble très inspiré et 'Sarabande' ravira les fans de ses débuts. Tant qu'il restera des artistes comme Paul Roland pour nous faire rêver, le monde ne sera jamais totalement moche.

note       Publiée le jeudi 24 septembre 2009

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Sarabande".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Sarabande".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Sarabande".