Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRRainbow Serpent › Elektrik Cowboys

Rainbow Serpent › Elektrik Cowboys

cd • 3 titres • 63:27 min

  • 11 Geyser Field 15:30
  • 22 On The Road 12:30
  • 33 Montana Grooves 35:27 (Fanger & Schönwälder)

enregistrement

Enregistré en concert en Août 2007, lors du Ricochet Gathering au Montana USA

line up

Gerd Wienekamp et Frank Specht: Claviers, synthés, séquenceurs et échantillonnages. Mario Schönwälder & Thomas Fanger : Claviers, synthés, séquenceurs et échantillonnages.

Musiciens additionnels : Fanger & Schonwalder

remarques

Pour entendre des extraits de cet album et avour plus d'info, visitez le site web de Ricochet Dream: http://www.ricochetdream.com/ Sur Rainbow Serpent: http://www.rainbow-serpent.de/index.php?page=music Fanger Schonwalder: http://www.manikin.de/en/main.html

chronique

Enregistré lors du Ricochet Gathering de 2007 au Montana USA, Elektrik Cowboys ne trahit pas ses racines avec une ouverture sur rails chimériques ourlée d’un synthé aux ondes spectrales, un peu comme si nous étions à bord d’un train fantôme. Des cliquetis et bruits ambiants se font entendre parmi des strates d’un synthé mellotronné de souffles de violon si caractéristiques à la musique de Rainbow Serpent, dont de moulantes enveloppes synthétisées flottent dans une atmosphère délicieusement éthérée. Comme un cheval qui trottine rêveusement, Geyser Field avance sur un doux rythme ceinturé de fins arpèges carillonnés qui voltigent délicatement autour de cette séquence au crescendo léger, drapé de chœurs mellotronnés dont la finale se dessine comme une vaporeuse rentrée en gare, dans un endroit où l’utopie côtoie une abstraite réalité. On the Road essuie les poussières de Geyser Field avant de mouler un rythme séquentiel chaotique et nerveux, nappé d’un mellotron cernant. Un beau Berlin School animé d’une rythmique de basse, frénétique et ondulante, qui défile à fond de train sur des percussions cymbalées, animant la perspicacité d’un roulement de train dans une atmosphère truffée de strates ondoyantes riche en chorale spectrale. Une cadence surplombée de séquences qui fluctuent au gré des montagnes et dunes qui ponctuent ce voyage au travers les plaines désertiques américaines. Un très beau Berlin School contemporain qui s’attache au wagon de Montana Grooves du duo Fanger & Schönwälder, avec une intro très spatiale qui gronde dans un statisme cosmique. Tranquillement, une séquence hoquetante module un rythme hachuré qui est nappé d’onctueuses strates enveloppantes. Le tempo devient plus net, sur des boucles synthétisées qui ondulent sur une structure dont le léger crescendo épouse les visions des plaines de l’ouest Américain si bien entamée par Rainbow Serpent. Une vision qui se perd dans une brume aux vapes éthérées vers la 24ième minute, exploitant à merveille les émotions nocturnes et intersidérales d’un voyage autant cosmique que terrestre qui se conclut avec une fine danse d’arpèges xylophonés sur un lit de strates exaltantes.
Elektrik Cowboys est une ode poétique de style Berlin School. Un voyage imaginaire au pays des cowboys sur de douces chevauchées poétiques. Un album doux et tendre qui atteint les limites d’un monde parallèle entre les douceurs d’un Berlin School lyrique et de sa vision chimérique des paysages musicaux.

note       Publiée le lundi 21 septembre 2009

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Elektrik Cowboys".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Elektrik Cowboys".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Elektrik Cowboys".