Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesVVoice Of Eye And Life Garden › The Hungry Void - Volume One: Fire

Voice Of Eye And Life Garden › The Hungry Void - Volume One: Fire

cd | 9 titres

  • 1 Untitled [4:58]
  • 2 Untitled [2:31]
  • 3 Untitled [7:37]
  • 4 Untitled [12:50]
  • 5 Untitled [15:27]
  • 6 Untitled [9:28]
  • 7 Untitled [7:01]
  • 8 Untitled [5:02]
  • 9 Untitled [5:03]

enregistrement

Mai à juillet 1994. Edité et mixé en novembre 1994

line up

Bil Yanok, Bonnie McNairn, David Oliphant, Jim Wilson, Peter Ragan, Su Ling

remarques

Aucun claviers ni samplers utilisés. Toutes les voix et les instruments (pour la plupart fabriqués main) ont été transformés électroniquement en temps réel.

chronique

Styles
ambient
ovni inclassable
Styles personnels
elemental music

Voice of Eye et Life Garden sont parmi les entités les plus fascinantes dans la musique rituelle moderne ; leur approche du son différant légèrement l'une de l'autre, inutile de dire que leur rencontre s'avère plus que pertinente. Si Life Garden est connu pour ses atmosphères ésotériques teintées de mysticisme oriental, aidé notamment par la variété de timbres et la quantité d'instruments utilisés, le son de Voice of Eye est quant à lui totalement versé dans une forme organique et visuelle des forces élémentales. L'un provoque, l'autre évoque ; l'un déploie, l'autre dirige. Ainsi donc, sur ce disque a lieu la première offrande au Vide Affamé : le Feu tel qu'il apparait à travers le regard du magicien : force créatrice et destructrice, bouillonnante et bestiale mais aussi source d'illumination et de vie. L'ouverture se déroule dans une atmosphère de douceur et de sérénité absolue, rappelant des temps immémoriaux où les vibrations primordiales insufflèrement les premiers signes d'existence dans l'Océan de ténèbres. Cependant, une fois le rituel engagé, il devient difficile de cerner quel groupe contrôle la masse sonore et quel autre continue à l'invoquer dans cet espace-temps maintenu par des musiciens manifestement en transe, où l'Elément vit et gronde au travers des souffles de cors tel un golem gigantesque se déplacant avec la lenteur d'une baleine au travers d'un liquide souple et dense, hypnotisé par les percussions et les clochettes qui le dirigent ici et là dans l'aveuglante obscurité du cosmos. La place du spectateur est plus complexe : sommes-nous en train d'observer l'apprivoisement d'une force naturelle avec l'admiration qu'aurait un enfant devant un dompteur de lions, ou sommes-nous également pris à parti dans cet acte sonore transcendental ? La seconde option ne laisse guère d'autre choix que de s'abandonner dans le Vide en qualité de spectre omniscient face à un acte spirituel intense, comme emportés dans les immenses ressacs organiques visuellement proche d'une lente coulée de lave jusqu'à ce que le rêve s'évapore dans le non-existant pour nous ramener avec douceur à la surface des choses. On ressaisit la réalité concrète avec une impression de retour aux sources, à LA source ; celle autour de laquelle les élements sauvages se manifestent et grondent en attendant qu'un démiurge les saisisse ou les flatte pour leur nature originelle.

note       Publiée le lundi 21 septembre 2009

partagez 'The Hungry Void - Volume One: Fire' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The Hungry Void - Volume One: Fire"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The Hungry Void - Volume One: Fire".

ajoutez une note sur : "The Hungry Void - Volume One: Fire"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The Hungry Void - Volume One: Fire".

ajoutez un commentaire sur : "The Hungry Void - Volume One: Fire"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The Hungry Void - Volume One: Fire".

Eas › vendredi 19 mars 2010 - 17:16  message privé !

Alors là Wotz, ce truc m'intéresse au plus haut point. T'aurais pas idée où on pourrait se le chopper, autrement qu'en MP3 ? Agni Music semble inexistant sur la Toile, quant à à Old Europea Cafe, ils ont le nouveau, un live, le Seven Directions Divergent, mais pas ce dyptique qui me paraît alléchant.