Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMThe Modern Lovers › The modern lovers

The Modern Lovers › The modern lovers

lp | 9 titres | 34:51 min

  • 1 Roadrunner
  • 2 Astral Plane
  • 3 Old World
  • 4 Pablo Picasso
  • 5 She Cracked
  • 6 Hospital
  • 7 Someone I Care About
  • 8 Girl Friend
  • 9 Modern World

enregistrement

1971-72 - Produit par John Cale sauf Girlfriend et Modern World, produits par Alan Mason et Robert Appere.

line up

Ernie Brooks (basse, backing vocals), Jerry Harrison (piano, orgue Farfisa, chœurs), Jonathan Richman (chant, guitare), David Robinson (batterie, backing vocals)

chronique

Styles
punk
rock

Discuter du Velvet Underground, c’est chiant. Il faut se fader toutes les banalités sur la drogue, la sacro-sainte banane phallique, Andy Warhol, les mondanités de sa factory, le SM, la dureté new-yorkaise, la perversion, Andy Warhol, Nico, les influences minimalistes, et, oh, vous-ai-je dit qu’ils étaient sous l’égide d’An-dy War-hol ? Le pape du pop art ! Des conneries pour écoles d’arts, en somme. Non, pour parler vraiment du Velvet, entre fans du Velvet dirai-je pour caricaturer un peu plus, il faut chroniquer le premier Modern Lovers. Dehors seringues, fouets, veaux, vaches cochons. Richman n’attend pas son dealer d’héro. Il n’attend personne. Vous voulez qu’on plante le décor ? Piste 2 : “tonight i’m all alone in my room”, balbutie-t-il à grand peine. Il a l’air d’avoir 14 ans, tout au plus. Son Astral Plane n’est pas si loin du très naïf (et certainement pas faussement naïf) Starman de Bowie, mais il n’y a ni platform boots ni paillettes glam pour expliciter le propos. Tout est dans sa tête, et c’est comme si il ne comprenait pas qu’on n’y soit pas avec lui. ‘Share the modern world with me’ sont les dernières paroles du disque. Mais le monde moderne n’a pas envie d’être partagé, et c’est peut-être ce qu’il ne sait pas encore à l’époque. Musicalement, ce premier opus est un excellent disque de rock’n’roll, pur et dur (sans tout l’attirail d’épate qui va avec, vous l’aurez compris, et c’est fou ce que ça booste l’affaire !), tout juste enjolivé par un orgue farfisa désuet et démodé. Ce sont les textes, parmi les plus grands jamais écrits dans le rock, et la voix de Jonathan Richman qui portent ce disque. Cette voix si présente, si pure et en même temps si troublante, comme un Daniel Johnston avant l’heure, ou plutôt ce petit garçon perpétuellement enrhumé et bougon qu’il était sans doute toujours, finalement… Traumatisé par le Velvet Underground, qu’il suivra un temps comme une groupie, et qu’il imite parfois lors de certains tics d’écriture et solos de guitares typiques, mais toujours en y ajoutant cette candeur absolue, mais quelque peu malmenée par la vie, aux antipodes de la cruauté glaciale lou-reedienne. Ici les textes sont d’une sincérité accablante. Premier degré sur toute la ligne. Comme un ami gênant qui vous mettrait dans l’embarras, alors qu’il n’exprime que des vérités simples, que vous partagez au fond de vous… Ainsi sont She Cracked et Someone I Care About, où Richman avoue ses principes, ringards pour les dévergondées années 70, mais finalement probablement partagés par la plupart de la population mondiale… Quand au courage de les assumer, c’est déjà quelque chose de beaucoup plus rare, et c’est en cela que Richman est un précieux inadapté. Un mec qui ne doit peut-être sa survie qu’au Velvet et à son amour déraisonnable du « Modern World », celui d’American Graffiti version East Coast, par opposition au « Old World », celui des « choses europpéennes de 1943 », de Pablo Picasso, qui faisait un mètre soixante et se tapait toutes les nanas… Un vieux monde qu’il défend avec la même ardeur que Iggy ou Roger Daltrey mettaient à l’attaquer. Comme Ray Davies ? Vous n’y êtes pas – pas plus que ceux qui ne connaissent pas les noms, rassurez-vous. Richman est un cas unique, atteint d’une variation extrêmement rare du syndrome de Peter Pan, du moins à l’époque de ce premier disque : plutôt que de s’enfermer dans un pays imaginaire, il veut conformer le monde autour de lui à ses désirs, il veut une copine, et pas de cheval, une vraie (quasiment tout l’album lui est adressé ou en parle), il refuse de se rabaisser (ou de s’élever) au niveau général. S’élever, car après tout, n’est-il pas un paria absolu ? La « Girlfren » de la chanson du même titre, si elle existe, avait tout l’air d’être la première… Le summum de la confession est atteint sur l’ultime Hospital, premier titre enregistré par le groupe, qui voit justement Richman écartelé entre son exaspération face aux manières modernes et son amour inexplicable des « suburbs », des néons et des yeux de sa petite amie… Ou est-ce juste une fille qu’il suit partout, comme Moe Tucker dans ‘I’m Sticking With You’ du Velvet ? C’est une chanson bouleversante, d’une acuité et d’une intimité à la limite du supportable (à condition, j’imagine, de partager un peu de l’expérience qu’elle raconte). Ce truc-là, comme un trou béant dans la progression de l’album, tirerait sans doute le tout vers le glauque, s’il n’y avait pas Roadrunner, qui dévale à tombeau ouvert dès le décompte de Jonathan (qui marque sa différence en comptant jusqu’à 6 au lieu de 3), comme quand vous dévaliez les pentes en VTT pour aller acheter des bonbons… Sauf qu’il ne s’agit pas de VTT et de bonbons ici, il s’agit de rouler la nuit, la radio AM à fond, de foncer à travers le highway (qui est votre girlfriend pour ce soir), les lotissements modernes, les appartements modernes, et le monde moderne, et d’oublier qu’on est un amant moderne... Un amant seul. Comme dans Taxi Driver, finalement, mais avec Bo Diddley à fond dans la caisse, et un sourire de benêt jusqu’aux oreilles… Un hymne universel, qu’est ce que vous voulez que je vous dise d’autre ? L’album connaît une genèse longue et mouvementée, sur laquelle il faudra revenir (tout comme les bonus tracks, ainsi que la version de Kim Fowley), avant de paraître donc, sous la forme présentée ici, en 76, comme le premier album d’une formation que personne n’avait vu venir. Ce lp restera comme la « version beserkley », celle retenue par les anthologies en tout genre, alors que Richman était passé à tout autre chose, reniant ses anciennes chansons et refusant de les jouer sur scène (où le groupe se fait parfois injurier, voire plus)… Tandis que chaque membre qui joue sur ce disque, lassé d’être un Modern Loser au service de sa vision, découvre le succès au sein de groupes comme les Cars, les Talking Heads, les Real Kids, ou encore le backing band d’Elliott Murphy ; Richman, lui, coupait définitivement les derniers amarres qui le reliaient au monde réel et à celui du rock. Ce n’était peut-être qu’un malentendu. Trop beau pour être vrai, comme on dit souvent.

note       Publiée le mardi 15 septembre 2009

Dans le même esprit, dariev stands vous recommande...

  • The Velvet Underground › Loaded
    The Velvet Underground - Loaded
    “You know her life was saved by rock’n’roll”... Même extase que Roadrunner.
  • John Cale › Guts
    John Cale - Guts
    Pour Pablo Picasso et ses paroles cultissimes, reprises en mode cynique terminal par John Cale ébahi devant ses poulains...
  • The Doors › Strange Days
    The Doors - Strange Days
    Pour l’orgue early 60’s, complètement dépassé en 72... mais tellement Proustien
  • The Stooges › The stooges
    The Stooges - The stooges
    J.Cale bis. à mi-chemin entre la démo teen-pop spontanée,d’une innocence totale et l’agression vicelarde des laissés pour compte.entre garage et punk

partagez 'The modern lovers' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The modern lovers"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The modern lovers".

ajoutez une note sur : "The modern lovers"

Note moyenne :        15 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The modern lovers".

ajoutez un commentaire sur : "The modern lovers"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The modern lovers".

Reflection › samedi 24 décembre 2016 - 11:57  message privé !

Les gutsiens sont durs avec ce disque... La face A est quand même une méga tuerie, à ranger à coté des autres classiques du Rock/punk mélancolique et désenchanté (Television, Gun club, Wire...). L’enchaînement Pablo Picasso/I'm Straight quand même... non ? 6/6 rien que pour augmenter la note globale (sinon un bon gros 5/6).

Note donnée au disque :       
David Locke › jeudi 22 décembre 2016 - 17:07  message privé !

Ça doit bien faire 10 ans que je suis un fidèle lecteur du site et comme je suis un rapide, je m'inscris aujourd'hui et pour dire quelque chose de passionnant: merci pour cette chronique qui décrit parfaitement les raisons pour lesquelles je suis attaché à cet album depuis aussi longtemps. (Et accessoirement pour toutes les nombreuses chroniques géniales sur le site). Voilà, personne n'est à l'abri que je j'écrive une autre phrase lénifiante d'ici 10 ans.

Note donnée au disque :       
sebcircus › mercredi 23 octobre 2013 - 11:44  message privé !

Cet album est une bombe, c'est vrai que la musique est influencé par le Velvet, mais un Velvet plus léger, avec de l'humour, de l'humour noir, certes mais putain quels textes!!! Un Chef d'oeuvre!!!

Note donnée au disque :       
The Gloth › jeudi 9 juin 2011 - 11:00  message privé !

Finalement, c'est très bon ce truc. Surtout quand on écoute les paroles, effectivement.

Note donnée au disque :       
The Gloth › mardi 31 août 2010 - 13:19  message privé !

Suis du même avis, "Roadrunner" bien repompé sur "Sister Ray " du Velvet, et les morceaux suivants c'est plutôt du Stooges allégé.

Note donnée au disque :