Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPAstor Piazzolla (1921-1992) › Five tango sensations

Astor Piazzolla (1921-1992) › Five tango sensations

cd | 5 titres | 26:46 min

  • 1 Asleep [5:23]
  • 2 Loving [6:10]
  • 3 Anxiety [4:51]
  • 4 Despertar [6:03]
  • 5 Fear [4:00]

enregistrement

Power Station, New-York, Etats-Unis, 1989.

line up

Hank Dutt (Kronos Quartet) (alto), David Harrington (Kronos Quartet) (violon), Joan Jeanrenaud (Kronos Quartet) (violoncelle), Astor Piazzolla (1921-1992) (bandonéon), John Sherba (Kronos Quartet) (violon)

chronique

Styles
musique classique
contemporain
world music
Styles personnels
nuevo tango

Une danse : le tango. Un pays : l'Argentine. Un instrument : le bandonéon. Un funeste sceau : celui du destin, de la fatalité. Combien de clichés n'associe-t-on pas au tango... la plupart du temps sans s'être donné la peine d'en écouter réellement. Parce qu'il paraît si étroitement lié au floklore propre d'un pays et au son d'un instrument, parce qu'on en a déjà vu une démonstration lors d'une quelconque exhibition de danse, on pense en savoir assez. Et pourtant... Toutes les conventions associées au genre, Astor Piazzolla, sans les faire toujours voler en éclat, les aura renouvelées, modernisées comme jamais. De folklorique, le genre est devenu grâce à lui universel. Brisant toutes les barrières formelles, Piazzolla a dépassé les limites acceptées de la dissonance, du rythme. De "musique du monde", le tango est devenu avec lui jazz, musique moderne, qu'il s'associe avec Gerry Mulligan ou qu'il soit interprété par le grand violoniste contemporain Gidon Kremer. Seconde collaboration avec le quatuor Kronos, qui défend traditionnellement pour le label Nonesuch les musiques contemporaines non-atonales en même temps que les musiques du monde non conventionnelles, ces "Five Tango Sensations" furent composées par le musicien argentin trois ans seulement avant sa mort. Ce titre un rien tape-à-l'oeil et cette pochette plutôt moche ne parviennent pas à masquer la réalité de cette musique : une nostalgie douce amère, mais aussi et le plus souvent une tristesse vibrante et désespérée. Un "adieu à la vie"... composé par Piazzolla juste après qu'il se fut relevé de justesse d'une grave maladie, que l'on côtoie nous-mêmes à travers la musique. Derrière l'accompagnement discret mais ô combien sensible des musiciens américains, dont les cordes se font tour à tour tranchantes comme un couperet et caressantes comme la lumière de l'aube, qui vous fait trouver un sommeil réparateur après une nuit de terreur sourde, Astor Piazzolla tresse au bandonéon ses motifs d'inquiétude et d'angoisse. Mais derrière l'urgence, Piazzolla se fait aussi mélodiste, et quel... rarement compositeur du XXème siècle aura su trouver un équilibre aussi parfait entre tension et apaisement, entre déchirements dissonants et sens inné de la mélodie. Cette pièce est aussi la dernière qu'il aura pu enregistrer en studio, avant que la maladie ne le reprenne, pour finalement cette fois-ci remporter la victoire. Tragique, terriblement douloureux et beau à la fois, ce disque trop court, sans être un sommet de la carrière du compositeur argentin, fera cependant infailliblement résonner en vous les tristesses les plus intimes.

note       Publiée le lundi 14 septembre 2009

partagez 'Five tango sensations' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Five tango sensations"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Five tango sensations".

ajoutez une note sur : "Five tango sensations"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Five tango sensations".

ajoutez un commentaire sur : "Five tango sensations"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Five tango sensations".

Coltranophile › jeudi 17 septembre 2009 - 11:51  message privé !

"Histoire du Tango": Cécile Daroux (flûte) et Pablo Marquez (guitare) vaut le détour également.

Dioneo › jeudi 17 septembre 2009 - 11:43  message privé !
avatar

Oui, Adios Nonino... Si on parle du même (avec Piazzolla -ou plutôt ses éditeurs- il faut se méfier, souvent plusieurs disques portent un même titre), c'est aussi un de ses sommets. Globalement, toute cette série avec pochettes Lempicka (le, euh la... peintreeeee ?) est assez magnifique.

Et puis si tu tombes sur 'Tango Zero Hour', aussi... C'est grandiose, carrément.

Note donnée au disque :       
The Gloth › jeudi 17 septembre 2009 - 10:45  message privé !

Cette chro m'a donné envie de découvrir Piazzola, j'ai loué "Adios Nonino" et je suis complètement scotché. C'est carrément beau à pleurer. On sent aussi qu'il a dû influencer lourdement Ennio Morricone, j'ai même cru reconnaître certains thèmes...

matstriker › mardi 15 septembre 2009 - 13:57  message privé !

Ah, Piazzola... Il me rappelle mon bac musique et mes années d'harmonie municipale à jouer de vieux thèmes désuets mais exquis. La collaboration avec le chronos quartet m'intrigue...

Sigur_Langföl › lundi 14 septembre 2009 - 20:58  message privé !

Je veux!