Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDNA › A taste of DNA

DNA › A taste of DNA

6 titres - 9:51 min

  • A1/ New Fast (1:13)
  • A2/ 5:30 (1:05)
  • A3/ Blonde Red Head (1:55)
  • B1/ 32121 (0:53)
  • B2/ New New (2:49)
  • B3/ Lying On The Sofa Of Life (1:53)

enregistrement

Enregistré aux vanguard Studios N.Y.C. 1980

line up

Arto Lindsay (guitare, voix), Ikue Mori (batterie), Tim Wright (basse, guitare sur Blonde Red Head)

chronique

Styles
noise
punk
no wave
Styles personnels
no wave > skronk > horrible noise

Dans le paysage pourtant bien cintré du New York en perdition totale du début des années 80, il y en avait des choses qui faisaient tache. Notamment chez DNA, groupe au look monochrome comme tout le monde à l’époque : cette batteuse japonaise tout d’abord, parachutée dans l’impitoyable underground de la métropole. Et puis cette Danelectro rouge à 12 cordes, instrument luxueux conçu pour égrener de délicates sonates folk-rock à la Byrds, qu’est ce qu’elle foutait dans les mains d’Arto Lindsay, qui n’avait sûrement rien à battre des belles guitares ? A taste of DNA est la premier « album » du groupe (visiblement, ils étaient contre les albums normaux). Définir ça ? Alors que le terme No Wave n’était pas encore courant, le critique Robert Christgau avait tenté de trouver un nom pour désigner cet innommable boucan (rappelons à toute fin utile qu’à l’époque, les gens ne se privaient pas d’employer ces termes pour des groupes comme DNA) : le « Skronk ». Dommage que le terme ne soit pas resté. « Arto est le roi du Skronk » avait-il dit, imaginant peut-être déjà avoir théorisé une nouvelle scène… C’est qu’il n’y avait guère plus extrême sur le marché en cette année 81 (3 ans après la compil No New York, une éternité à l’échelle du punk), même si certains bruitistes japonais avaient commencé leur infernal office. Loin des frictions frigides et mécaniques de la grosse pomme, la pochette nous emmène dans un monde sauvage et rugueux. Un nid d’aigle dans lequel de minuscules insectes se livrent à un rituel féroce et sans queue ni tête. Accrochez-vous, ça passe très vite, comme chez Skin Graft, mais en 81 : New Fast port bien son nom et pétarade en évitant soigneusement de swinguer (tentation auquel même Sonic Youth cèdera)… Il y a aussi Blonde Red Head, impérial et guerrier. « Hit me !! Pigheeeeaaaaaaaaddd ! ». Avant Sonic Youth, donc (mais après Hendrix, eh oui), Arto Lindsay s’amuse déjà à frotter ses cordes de guitare dans le mauvais sens du poil… Pas d’accords, que des frottements métalliques et désagréablement aigus. C’est vicieux, retors comme un vélo au dérailleur pété. Les 3 non-musiciens font faussement n’importe quoi, de Lindsay et ses hurlements incohérents de forcené, couvrant son jeu de guitare tout en froissements inopportuns, à Ikue Mori et sa frappe en apparence décousue, en réalité d’une cruauté précise, simplement en décalage avec le reste (il paraît qu’elle mélange batucada et kabuki, en tout cas le résultat sonne complètement autiste). Le seul truc qui ne fait pas penser à des trépanés s’excitant sur des instruments volés, c’est la basse de Tim Wright (ex-Pere Ubu), vrombissant comme un moteur de motocross trafiquée, au cœur de l’action, comme le veut le dogme post-punk, qui redonne à ce noble instrument la place qu’il mérite. Biberonné aux écoles d’art pla et à des mouvements comme Fluxus, le Living Theatre ou les actionnistes viennois, Lindsay était venu à la production comme il était venu à la guitare: sans la moindre préparation, avec sa gueule de grand échalas intello et hautain et ses grosses lunettes moches. Et son instinct génial, aussi. Une longue carrière de passeur et de musicien expérimental qu’il me tarde de vous conter ici…

note       Publiée le lundi 31 août 2009

Dans le même esprit, dariev stands vous recommande...

partagez 'A taste of DNA' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "A taste of DNA"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "A taste of DNA".

ajoutez une note sur : "A taste of DNA"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "A taste of DNA".

ajoutez un commentaire sur : "A taste of DNA"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "A taste of DNA".

DesignToKill › dimanche 23 mars 2014 - 16:18  message privé !

DNA on DNA ! (au moins on a tout ce que les gus ont pu faire!)

Note donnée au disque :       
saïmone › vendredi 11 décembre 2009 - 01:23  message privé !
avatar

Grand et grand !

kama › jeudi 3 septembre 2009 - 09:53  message privé !

Quelqu'un a matté le tracks sur la no wave? Album majeur sinon oui.

Note donnée au disque :       
Wotzenknecht › mardi 1 septembre 2009 - 09:12  message privé !

hasard du calendrier ? je l'ai déniché il y a quelques jours pour 3€ au levykauppa du coin...

empreznor › lundi 31 août 2009 - 17:14  message privé !

Mars et DNA frappent encore d'incompréhension nombres de gens : la no wave portait en elle quelque chose de vraiment moche. Ici pas de revolte hxc, point d'epiques riffs BM, pas de BAR endiablée version Béru ou Binaire. Seule la crasse.