Vous êtes ici › Les groupes / artistesMManes › Under ein blodraud maane

Manes › Under ein blodraud maane

6 titres - 37 :15 min

  • 1/ Min Trone Slår Til Evig Tid (5:34)
  • 2/ Maanes Natt (6:18)
  • 3/ Uten Liv Ligger Landet Øde (5:40)
  • 4/ De Mørke Makters Dyp (7:37)
  • 5/ Under Ein Blodraudmaane (5:33)
  • 6/ Til Kongens Grav De Døde Vandrer (6:28)

remarques

chronique

J’ai toujours trouvé que Manes était une absence bien curieuse sur ce site. On parle pourtant d’un groupe assez célèbre, parmi la seconde vague de groupes de black métal norvégiens… Et pour cause, à la sortie de ce premier album, ils faisaient figure de dernier des mohicans en cette très futuriste année 99, au milieu des Ulver, Dodheimsgard et autres Samaël. Cela paraît invraisemblable aujourd’hui au vu de leur son actuel, qu’ils ont développé sur plusieurs albums, entre trip-hop jazzy et expérimentations électroniques, mais Under ein Blodraud Maane, leur premier disque, se présente comme un pur produit du black metal symphonique orthodoxe… Du moins, aux premières écoutes. Car si la production est à l’avenant, le côté atmosphérique des morceaux apparaît bien vite, derrière cette voix d’une banalité totale (interchangeable, as usual). Le premier élément qui met la puce à l’oreille, c’est le solo de clavier de Maanes Nall. On réécoute donc le tout, et on comprend : chaque morceau prend d’abord la route du black metal norvégien le plus orthodoxe, avant de systématiquement se révéler via un solo étrange et presque psyché de clavier ou de guitare au son fragile et artificiel (on pense à Limbonic Art), voire via une voix déclamatoire kitschissime. Le morceau titre possède même un texte dans la langue de Shakespeare, ce qui constitue une étrange exception pour un album à priori de purs et durs qui ne chantent qu’en norvégien. C’est surtout l’occasion de bien vérifier qu’on ne rate rien la plupart du temps, et c’est le cas. Il est indéniable, à l’écoute de ce premier album, que Manes était déjà tiraillé par con côté synthétique, qui semble même vouloir percer pour de bon le mur de guitares sur la dernière piste, tout en breaks instrumentaux lents et mélodiques… Un mur de guitares typiquement black pourtant, aigrelet mais dense, aussi solide et gluant qu’une toile d’araignée. Le disque se termine sur un solo de piano élégant et lancinant… Et c’est déjà la fin du Manes "classique". La suite les verra plonger sans transition, et avec un retard considérable sur leurs compatriotes (après 4 ans de silence…) dans la marmite électronique. Et s’il y a bien un groupe qui ne semble pas prêt d’en ressortir un jour, c’est eux.

note       Publiée le lundi 31 août 2009

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Under ein blodraud maane".

notes

Note moyenne        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Under ein blodraud maane".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Under ein blodraud maane".

Dead26 › samedi 2 mai 2015 - 21:35 Envoyez un message privé àDead26

Encore un groupe à l’évolution étonnante voir déroutante. Pour en revenir aux débuts de Manes j’avais adoré leurs premières démos et cet album ne fait pas entorse à ma règle dans le genre, des titres qu’on retrouve sur leurs débuts mais avec un son pas si mauvais qu’on pourrait le croire si on fait la comparaison. Franchement j’adore la production de ce Under Ein Blodraud Maane avec ce clavier omniprésent, ce son à la Burzum et cette ambiance si particulière. Par contre je trouve les pochettes des ré-editions encore plus moche que l’original....

Note donnée au disque :       
The Gloth › vendredi 21 octobre 2011 - 10:13 Envoyez un message privé àThe Gloth

Ce serait pas mal si le son n'était pas aussi atroce.

vargounet › mercredi 5 octobre 2011 - 09:38 Envoyez un message privé àvargounet

Bien en dessous des démos qui sont absolument FANTASTIQUES !

Note donnée au disque :       
E. Jumbo › mardi 4 octobre 2011 - 23:32 Envoyez un message privé àE. Jumbo

Il est quand même bien sympa cet album, dans un style plutôt atmo, un peu sympho... Y a clairement pire que ça.

Note donnée au disque :       
Mountain of Judgement › mardi 4 octobre 2011 - 22:50 Envoyez un message privé àMountain of Judgement

Je ne me lasse pas de Vilosophe, mais j'ai jamais eu non plus la curiosité d'écouter celui-ci, ni aucun autre d'ailleurs. Pas envie d'être déçu, alors j'écouterai probablement pas. Chro de Vilosophe un jour?