Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesIIanva › Italia: ultimo atto

Ianva › Italia: ultimo atto

cd • 13 titres

  • 1Prologo
  • 2Dov'eri tu quel giorno ?
  • 3Galleria delle grazie
  • 4Negli occhi di un ribelle
  • 5La stagione di Caino
  • 6Luisa Ferida
  • 7Bora
  • 8In compagnia dei lupi
  • 9Cemento armato
  • 10Pasionaria
  • 11Piazza dei cinquecento
  • 12L'Estate dei silenzi
  • 13Italia: ultimo atto

line up

Mercy (chant, choeurs, arrangements), Stefania T. D'Alterio (chant, arrangements), Fabio Gremo (guitare classique, choeurs), Fabio Carfagna (guitare classique, guitare électrique, choeurs), Francesco La Rosa (percussions, programmation), Giuseppe Spano (piano), Roby Nappi Calcagno (trombone), Davide La Rosa (percussions, accordéon, choeurs), Fabio P. (violon), Tomaso F. (viola), Stefania P. (violoncelle, contrebasse)

remarques

Le cd est présenté dans un magnifique petit livre avec les textes et des explications sur les morceaux.

chronique

Styles
ovni inclassable
Styles personnels
cabaret rock folk néoclassique

Les disques de Ianva sont passionnants: non seulement, leur musique est incroyable mais en plus, c'est tout un pan de l'histoire italienne que l'on (re)découvre entre ses notes...Une histoire à échelle humaine, contée, vécue, ressentie de l'intérieur, presque jour après jour par ceux qui n'auront pas été les héros de cette époque et qui pourtant l'auront supportée; entre les lignes des chansons, ce sont les espoirs, les peurs, les
doutes d'une nation confrontée à ses blessures. Des voix s'élèvent d'outre-tombe pour plaider leur cause, ainsi Luisa Ferida, actrice vedette de l'ère mussollinienne, exécutée, enceinte, par des partisans, parce que son compagnon avait eu des relations avec des personnalités fascistes, celles des orphelins tués dans la Galleria delle Grazie lors du bombardement de Gênes en 1942; celles des Italiens d'Istrie et de Dalmatie expulsés lors de la reprise des territoires par les combattants yougoslaves mais également plus près de nous, celles des victimes de la catastrophe aérienne de Ustica en 1980 ou tous simplement celle de Pasolini. Et l'auditeur de s'interroger...c'est l'ambigüité de l'histoire dans toute sa cruauté que l'on devine. La force des mots autant que celle des
orchestrations font de 'Italia: ultimo atto' un document presque aussi visuel que sonore, à la manière d'une bande-son de documentaire. Comme à son habitude, le groupe mêle une touche épique très inspirée d'Ennio Morricone (le jeu des cuivres
notamment) mais également des influences plus folk, cabaret, d'où cette émotion à la fois intime et collective. Les chants de Mercy et Stefania se révèlent une fois encore grandioses, rendant pleinement justice à la beauté des mélodies (servies par une production impeccable) mais également de la langue italienne. La conclusion de ce siècle est plutôt amère selon les musiciens, tant d'espoirs, de luttes, de sacrifices, pour
assister au retour de la corruption, du démembrement des institutions sociales...Mais si
Ianva déplorent la perte d'un certain nombre de valeurs anciennes, ils se projettent clairement dans l'avenir. Le terme utilisé est 'archéofuturiste'...et si l'histoire n'était pas
terminée ?

note       Publiée le dimanche 30 août 2009

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Italia: ultimo atto".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Italia: ultimo atto".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Italia: ultimo atto".

Wotzenknecht › vendredi 23 octobre 2015 - 19:15  message privé !
avatar

J'ai un peu honte de ne piger quoi que ce soit à l'italien. C'est déchiffrable à l'écrit, mais ca se prononce vraiment différemment du francais... Dommage, depuis le temps que j'écoute ce disque, je suis toujours incapable de suivre les histoires.

Note donnée au disque :       
E. Jumbo › jeudi 10 juin 2010 - 04:31  message privé !

magnifico

Note donnée au disque :       
Deadinside › mardi 30 mars 2010 - 16:10  message privé !

Magistral.

Note donnée au disque :       
empreznor › lundi 16 novembre 2009 - 18:29  message privé !

c'est vrai que les paroles ont l'air centrales, et comme l'italien n'est pas ma tasse thé, c'est frustrant

Note donnée au disque :       
Shelleyan aka Twilight › lundi 16 novembre 2009 - 16:53  message privé !
avatar

Non, pas vraiment...Ils déplorent que l'argent et le profit aient remplacé d'autres notions plus philosophiques, plus humaines, etc...par contre, ces valeurs anciennes sont pour eux des clefs pour le future, pas question de revenir en arrière.