Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGrave Temple › The holy down

Grave Temple › The holy down

cd | 1 titre | 60:15 min

  • 1 The Holy Down [60:15]

enregistrement

Enregistré en live au Levontin 7, Tel Aviv, Israël, en juillet 2006.

line up

Attila Csihar (chant), Stephen O'malley (guitare), Oren Ambarchi (guitare, batterie, bells).

chronique

Styles
metal extrême
doom metal
drone
ambient
Styles personnels
extreme drone doom

Ca n'a pas l'air comme ça mais l'exercice de style de l'album constitué d'un seul et unique morceau, souvent très long, est définitivement plus compliqué qu'il n'y paraît. La recette de base est connue : ça commence en général piano piano, voire inaudible, pour monter très progressivement en régime pendant 20-25 minutes, jusqu'à atteindre le moment, enfin si on y arrive, où une sorte d'orgie sysmique, qui se veut bien entendu orgasmique, est sensée se produire et laisser l'auditeur immanquablement sur les genoux. Et puis si tout va bien on termine plus gentiment, en relachant tout doucement la pression. Cette dernière étape reste toutefois optionnelle. Bon et comme rien n'est parfaitement immuable en ce beau monde il arrive qu'on trouve parfois quelques variations, du genre deux dérouillages sysmiques au lieu d'un, ou bien alors le coup du riff bien entêtant répété inlassablement. Alors qu'en est-il pour ce "Holy down" ? Tout d'abord une petite particularité : même si cela ne transparaît pas vraiment à l'écoute, le disque a été enregistré en condition live, lors d'une tournée en Israël, ce qui est quand même une sacré performance (l'enregistrement live, pas Israël hein !). Grave Temple rassemble trois vedettes de la musique drone expérimentales du moment, avec Stephen O'Malley, fondateur entre autres des cultissimes Sunn O))) et Khanate, Attila Cishar, vocaliste de Mayhem et Sunn O))), et Oren Ambarchi qui a également travaillé pour Sunn O))) entre autres... Grave Temple oeuvre dans un genre de drone doom des plus noirs. Sans surprise l'album prend son temps pour se lancer, mettant en place une ambiance des plus glauques, avec des gratoullis à la guitare évoquant une corde soumise à une extrême tension et litéralement prête à rompre. Un des gros points forts de "The holy down" réside dans la présence vraiment maléfique qu'il parvient à dégager. Les grognements d'Attila Csihar figurent incontestablement parmi les plus "evil" de la création ce qui aide bien dans ce domaine. Au bout de 6-7 minutes une stridence drone débarque et la montée en pression peut alors commencer. Explosion prévu à partir de la vingtième minute, attachez vos ceintures et enfilez vos protections auditives. Grave Temple, c'est pas pour les fillettes...

note       Publiée le mercredi 12 août 2009

Dans le même esprit, Chris vous recommande...

partagez 'The holy down' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The holy down"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The holy down".

ajoutez une note sur : "The holy down"

Note moyenne :        8 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The holy down".

ajoutez un commentaire sur : "The holy down"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The holy down".

Solvant › dimanche 2 janvier 2011 - 21:57  message privé !

C'est quoi le truc de la rétribution ?

Note donnée au disque :       
taliesin › vendredi 14 août 2009 - 21:48  message privé !

Une bonne performance, mais, honnêtement, la rencontre de ces trois gars-là aurait pu donner quelque chose d'autre... Je crois que j'en attendais trop ;-)

Note donnée au disque :       
prypiat › vendredi 14 août 2009 - 14:52  message privé !

Enfin pu le réécouter - bilan : 40-45 premières minutes super, passionnantes. 15-20 dernières minutes : écoutable mais un peu lourd à la longue.

Note donnée au disque :       
born to gulo › jeudi 13 août 2009 - 14:33  message privé !

je l'ai essayé pour m'endormir, hier ; il est excellent

Note donnée au disque :       
prypiat › jeudi 13 août 2009 - 14:30  message privé !

Je l'ai écouté ya longtemps, je n'en garde pas un souvenir impérissable.... Je vais y rejeter une oreille et on verra bien !

Note donnée au disque :