Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNamlook & Schulze › The Dark Side of the Moog XI

Namlook & Schulze › The Dark Side of the Moog XI

  • 2008 • Fax PK 08/182 • 2 CD digipack

cd • 9 titres • 56:10 min

  • 11 The Heart of Our Nearest Star Part I 17:40
  • 22 The Heart of Our Nearest Star Part II 22:00
  • 33 The Heart of Our Nearest Star Part III 11:10
  • 44 The Heart of Our Nearest Star Part IV 5:20
  • 5CD 2 DTS
  • 61 The Heart of Our Nearest Star Part I 17:40
  • 72 The Heart of Our Nearest Star Part II 22:00
  • 83 The Heart of Our Nearest Star Part III 11:10
  • 94 The Heart of Our Nearest Star Part IV 5:20

line up

Klaus Schulze (claviers, électronique et effets), Pete Namlook : Keyboards, électroniques,guitares, programmation & FX

remarques

chronique

Depuis le temps que je l’ai, il est à peu près temps que j’en parle. Mais que voulez-vous, il y en a trop à parler, à chroniquer. Quel bel univers que la MÉ et cette 11ième collaboration Schulze/Namlook en est la preuve auditive. The Heart of Our Nearest Star est sans l’ombre d’un doute la meilleure réalisation offerte par le controversé duo depuis la création des TDSOTM. Un album puissant. Plein de ses sonorités électroniques pour le plus grand plaisir de ceux qui ont un système 5.1 Surround System. Et c’est la polémique autour de ce CD, car il vient en format double; le 5.1 et le stéréo. Donc il faut se payer le double du prix pour pouvoir entendre cette œuvre pleine de sonorités composites qui gravitent autour de rythmes puissants, langoureux et de belles strates volages qui n’ont pas assez de haut-parleurs pour se faire justice.
Le tout démarre comme un lion rugissant sa faim. Une batterie installe le tempo avec un crescendo cadencé pour ouvrir la 1ière partie. Des murmures se faufilent parmi de belles strates envahissantes et des claquements secs, perdus ici et là. Un beat d’enfer. Pas que c’est frénétique. Non, c’est langoureux et plein. Ça tente la taille de sortir du tronc et de se déhancher dans un univers hétéroclite où murmures et froissements de tôles épousent un tempo indéfinissable, mais tellement palpable. Des flûtes traversent le mouvement, comme des fléchettes soufflées dont ne sait où, alors qu’une pluie de sonorités bigarrées se détournent de la structure, histoire d’imprégner des paroles muettes sur une chanson pour colibris obèses. Un superbe morceau empli de riches sonorités, comme cette lourde basse qui étend ses résonnances dans une furie zombiesque. Un long morceau qui se danse, mais qui surtout s’écoute avec toute l’attention possible, afin de ne rien manquer. La 2ième partie est plus éthérée. De belles strates tourbillonnent dans un doux maelstrom musical assise sur une lointaine séquence qui nourrit un rythme lent, grugé par une superbe guitare aux lamentations suggestives qui est entourées d’un synthé aux couches musicales rappellant la belle époque de Schulze. Cosmique, planant et mélodieux dans un univers sonore riche et onctueux qui étend sa traînée musicale jusqu’à la porte de la 3ième partie. Le rythme s’éveille sur des percussions séquencées nerveuses. Voix aux paroles compressées dans une ambiance tordue par une faune musicale hétéroclite, la 3ième partie progresse avec cahot sur de lourdes vagues synthétisées alors que le tempo embrasse de plus en plus une forme technoïde, surtout avec l’avalanche des percussions tam-tam. Un morceau lourd aux ambiances éoliennes qui s’étend dans les souffles ambiants de la finale.
The Heart of Our Nearest Star est un album étonnamment riche en sonorités aussi riches que variés qui s’assoit sur toutes les structures d’une MÉ intelligente et nostalgique. Un savoureux retour à Go Too, aux strates envoûtantes de Schulze sur les rythmes que Namlook et Schulze sont capables d’explorer sans trébucher. Excellent.

note       Publiée le jeudi 6 août 2009

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The Dark Side of the Moog XI".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The Dark Side of the Moog XI".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The Dark Side of the Moog XI".

Phaedream › mercredi 18 mai 2011 - 22:37  message privé !
avatar

La chro de Big in Japan devrait arriver d'ici à 10 jours. J'ai tellement à chroniquer. Pour ce qui a trait à LVE, j'attends à cet été dès que j'aurai moins de promos et + de temps. Moi aussi je suis à 9, mais je n'ai même pas entendu le 3 :-(

snooky › mercredi 18 mai 2011 - 20:09  message privé !

Merci à vous deux pour ces commentaires précis et détaillés.Ca m'incite plutôt à écouter. Pour ta chro de Big In Japan, ca tombe pile poil . Je l'ai écouté il y a peu et j'ai pas trop accroché.Je trouve que ca tourne un peu en rond.Même le DVD ! Mais je vais le réécouter. Pour La Vie Electronique, tu vas poursuivre ou pas ?? Moi j'en suis déjà au 9. Mais c'est vrai que ca va vite....

Amicalement à vous deux !

Note donnée au disque :       
Phaedream › mercredi 18 mai 2011 - 18:57  message privé !
avatar

Ça fait un bail que j'ai entendu Totentag. À l'époque je n'avais pas aimé. Si je me souviens c'est du gros opéra avec de lourds mouvements à la Wagner. Mais depuis j'ai apprécié les Contemporary Works....Alors je me dis que tout s'apprivoise :-)! Le rapport avec les années de Silver Edition est assez juste. Je devrais le chroniquer sous peu. Donne-moi du temps. Je travaille sur une chro de Big in Japan.

mangetout › mercredi 18 mai 2011 - 15:36  message privé !

@Snooky : C'est un bel opéra assez sombre à ce que je me souvienne (écouté à l'époque chez un ami qui a un caggibi cosmique mais non réécouté depuis) sur un livret tiré de textes de Georg Trakl avec des chanteurs et chanteuses de très haute volée et une mise en forme électronico-classique de Klaus assez poussée à rapprocher de certaines pièces de 1992/93 de la "Silver edition".

snooky › mercredi 18 mai 2011 - 07:43  message privé !

Voilà ! j'avais juste une question à poser. Je sais que Klaus Schulze a composé, en 1994, un opéra Totentag que je n'ai jamais écouté. Je suppose qu' il y a bien parmi vous certains qui l'ont entendu. Alors, j"aurais aimé avoir leur avis ; bien, pas bien, moyen, nul, dispensable ou non ?? Je vous remercie par avance !

Note donnée au disque :