Vous êtes ici › Les groupes / artistesLLord Cut-glass › S/t

Lord Cut-glass › S/t

cd • 11 titres • 36:58 min

  • 1Even Jesus couldn't love you 4:15
  • 2Look after you 4:10
  • 3Holy fuck ! 3:41
  • 4I'm a great example to the dogs 2:18
  • 5Monster face 2:44
  • 6You know 4:04
  • 7Be careful what you wish for 1:52
  • 8Picasso 4:02
  • 9A Pulse 3:42
  • 10Big time Teddy 2:53
  • 11Toot toot 3:13

enregistrement

Chem 19 Studios, Glasgow, Écosse, 2009

line up

Alun Woodward (chant, guitare, claviers), Jamie Savage (guitare), Stevie Jones (contrebasse), Paul Savage (batterie), Seamus Plunkett (flûte, hautbois, clarinette), Kenny Letham (trombone), Greg Muir (trompette), Alan Barr (violoncelle), David Laing (violon), Emma Pollock (choeurs), Kim Moore (choeurs)

remarques

http://www.myspace.com/lordcutglass

chronique

Styles
pop

Après une dizaine d’années d’activité et une poignée d’albums qui, tous, ont fini dans les bacs à solde des disquaires, les Delgados ont jeté l’éponge pour devenir Dieu sait quoi. Premier élément de réponse peut-être par le biais de ce Lord Cut-Glass surgi de nulle part, projet conduit une fois encore par Alun Woodward, au timbre de voix à situer quelque part entre Bernard Sumner (New Order) et Roger Waters (Pink Floyd) ... Bonjour le grand écart ! Difficile de ne pas jouer au petit jeu des comparatifs avec les Delgados, d'autant qu'on retrouve une bonne partie de l'équipe (les frères Savage entre autres). On regrettera vite par contre la relégation au second plan de la voix fluette mais si charmante de Emma Pollock. On y retrouvera néanmoins ce soin tout particulier apporté aux arrangements, une tradition ancestrale so british, même pour nos scottish, au point qu’on en a oublié la trace, même sous analyse au carbone 14. Souvent amenées à la guitare sèche, les plages de déploient et prennent toutes de l’ampleur grâce à une riche orchestration, véritable fil rouge tout au long du disque, sensée apporter, si pas une profondeur, en tout cas un sens aigu de la dramaturgie avec parfois de belles envolées lyriques ("Be Careful What You Wish for"). Si on peut tout de même percevoir aussi l’influence feutrée du folklore écossais, Lord Cut-Glass s’évertue cependant à nous donner une leçon de pop comme, avant lui, les Flaming Lips, Mercury Rev ou encore The Divine Comedy. Typique des disques qui ne peuvent s'apprécier que sur la longueur. Dommage que ses mélodies n’en aient pour l’instant ni le panache ni l’étoffe. Au prochain essai peut-être.

note       Publiée le samedi 1 août 2009

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "S/t".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "S/t".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "S/t".