Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesEEgo › Í mynd

Ego › Í mynd

cd | 9 titres

  • 1 Fjöllin hafa vakað
  • 2 Við trúðum blint
  • 3 Saetir strákar
  • 4 Manilla
  • 5 Dauðakynslóðin
  • 6 Mescalin
  • 7 Guðs útvalda Þjóð
  • 8 Í spegli Helgu
  • 9 Dancing reggae with death

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Bubbi (chant, guitare), Rúnar (basse), Maggi (batterie), Beggi (clavier), Tommi (synthé)

chronique

Bubbi Morthens est l'un des chanteurs favoris des Islandais. Notre homme a débuté dans la musique assez rapidement en enregistrant en 1979 (à 23 ans) son premier disque solo. Ses paroles y reflétaient déjà une préoccupation sincère quant au sort des classes sociales défavorisées islandaise. Nulle surprise à le voir rejoindre ensuite un combo punk, Utangarðsmenn, qui ouvrira notamment pour les Clash à Reykjavik. Bubbi s'en ira après le quatrième album et, accompagné de son frère BergÞór à la batterie et du bassiste þorleifur Guðjónsson, fondera Egó (qui verra pourtant encore bien des changements de personnel). L'Islande est fière de ses groupes, quel que soit leur style; chez Skifán, sorte de FNAC islandaise, je suis tombé sur une rangée de cds intitulée 'les 100 meilleurs albums de musique islandaise de tous les temps'. Intrigué par la pochette, j'ai écouté et acheté. 'I mynd' est le second opus du trio mais les avis sont unanimes, il est meilleur que son prédécesseur; très bien, je m'en contenterai (encore que les titres présents dans le film 'Rokk í Reykjavik' me laisseraient penser le contraire). Pour résumer, je dirais que ce disque est assez typique de musiciens issus du terreau punk qui s'en distancient. Il démarre par deux bons titres (particulièrement 'Við trúðum blint'), assez sombres, un peu cold wave/punk, avant d'enchaîner sur un 'Saetir strákar' aux légers parfums de Peter Murphy; pas mal du tout. L'écriture est simple, la rythmique bien mise en valeur (d'où cette noirceur post punk bien agréable)...La suite se dilue dans quelque chose de plus classique malgré quelques beaux sursauts punky dans les riffs de 'Mescalin'; le problème est que le chant, légèrement rageur au début, a tendance à se faire trop doux à mon goût. La dernière étincelle d'intérêt sera, contre toute attente, 'Dancing reggae with death' dans une veine dub/reggae telle qu'on pouvait la trouver chez les Clash; sa petite pointe de mélancolie rend la chanson irrésistible même si de prime abord le style n'est pas forcément ma tasse de thé (y a que les ânes qui changent pas d'avis). Un peu mitigé donc, je ne regrette pas mon achat, ne fut-ce que pour la première partie du disque et son final, dommage que la suite ne tienne pas la comparaison et se laisse aller à quelque chose de plus accessible et ennuyeux, même si j'ai déjà entendu pire dans le domaine.

note       Publiée le jeudi 16 juillet 2009

partagez 'Í mynd' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Í mynd"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Í mynd".

ajoutez une note sur : "Í mynd"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Í mynd".

ajoutez un commentaire sur : "Í mynd"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Í mynd".

Twilight › dimanche 23 mars 2014 - 12:27  message privé !
avatar

En fait, ce putain de titre reggae final, c'est celui auquel je reviens le plus souvent...Quelle mélancolie jouissive !