Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBButthole Surfers › Cream corn from the socket of davis

Butthole Surfers › Cream corn from the socket of davis

4 titres - 16 :25 min

  • A1/ Moving To Florida
  • A2/ Comb
  • B1/ To Parter
  • B2/ Tornadoes

enregistrement

1984-1985

line up

Gibby Haynes (voix, gibbytronix), King Coffey (batterie), Paul Leary (guitare, basse sur la face A), Teresa Nervosa (batterie sur la face B), Terence Smart (basse sur la face B)

remarques

chronique

Styles
ovni inclassable
punk
rock
Styles personnels
chose

Quatre mois après avoir enregistré Psychic Powerless et le premier EP dans le "shittiest studio in the whole world", qui n’est autre que le studio BOSS, auquel il devront de l’argent, ce qui foutra en l’air leur deal avec Alternative Tentacles, le groupe remet ça avec un TROISIEME disque enregistré à crédit dans ce même studio… Un 2ème projet d’album en fait, finalement avorté, ce que le groupe explique par le choix draconien à faire entre payer le studio et s’acheter des drogues et de l’alcool. Ils n’ont pas choisi le studio. Ça s’appelait Rembrandt Pussy Horse, et le groupe n’avait encore rien sorti dans le commerce. En fait, Cream Corn regroupe deux nouvelles chansons enregistrées avec le nouveau 8-pistes du groupe en face A et deux rescapés des sessions de ce fameux Rembrandt Pussyhorse, (notez l’évolution sémantique) bébé avorté qui verra finalement le jour l’année suivante une fois qu’Alternative Tentacles eut retiré ses… tentacules du projet. Du coup, le groupe remplacera To Parter et Tornadoes par deux autres titres enregistrés à la hâte, histoire que Rembrandt reste à 100% un nouvel album. Vous avez suivi ? Pas grave, le seul truc à retenir est le suivant : cet EP dégage une insanité et une insalubrité joyeusement concentrée, ce qui le rend plus trippant que les albums. Un peu comme une bouteille de Monsieur Sale, où de WC pas net. Comment ça, vous ne suivez toujours pas ? Bon, c’est pas compliqué, ces 4 titres sont quasiment les meilleurs de la première période de la troupe (le line-up fluctuait trop pour parler de groupe). Tous des classiques de leurs concerts. Surtout Tornadoes et Two Part, que vous pouvez voir lors d’une hilarante émission de tv avec des Beastie Boys prépubères si vous farfouillez un peu le ToiTube. Cette dernière sonne presque comme une parodie du Noir Dez des débuts ! L’hémaurme Tornadoes, quant à lui, annonçait avec maestria les chevauchées noise rock d’Independant Worm Saloon, façon Dead Kennedys. Les deux nouveaux morceaux de la face A, eux, sont des "chansons à vomir" (à écouter après les chansons à boire) typiques, avec performance authentique de Gibby Haynes (on entend même les grumeaux tomber dans la cuvette, joli). Bref, à ajouter au palmarès des chansons "fingers in the mouth" du groupe, idéal pour se faire vomir après une soirée trop arrosée (Lady Sniff excellait déjà dans ce registre délicat et sensuel).

note       Publiée le lundi 6 juillet 2009

Dans le même esprit, dariev stands vous recommande...

  • Frank Zappa › Joe's garage
    Frank Zappa - Joe's garage
    Pour la voix insupportable de Haynes sur Moving to Florida (Montana?), façon central scrutinizer qui postillonne dans ton oreille.

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Cream corn from the socket of davis".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Cream corn from the socket of davis".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Cream corn from the socket of davis".

dariev stands › mercredi 8 juillet 2009 - 16:30  message privé !
avatar

un sacré doigt dans la bouche ouais...

cyberghost › mardi 7 juillet 2009 - 14:06  message privé !

Excellent Ep ouaip ; il file un sacré coup dans la gueule sur la réédition, en débarquant après Rembrandt Pussyhorse, qui a quelque chose de plus frustrant