Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesZZos Kia / Coil › Transparent

Zos Kia / Coil › Transparent

cd • 10 titres

  • 1Sicktone
  • 2Baptism Of Fire
  • 3Rape
  • 4Poisons
  • 5Truth
  • 6Sewn Open
  • 7Silence & Secrecy (Section)
  • 8Here To Here (Double Headed Secret)
  • 9Stealing The Words
  • 10On Balance

enregistrement

1-5: Zos Kia. Berlin Atonal. 3.XII.1983, 6: répétition 5.X.83 (Balance/D'Arc) 7: Live au Magenta Club, Londres 5.VIII.1983 (John Balance/Peter Christopherson) 9: 3.VIII.82 (John Balance) 10: 5.V.82 (John Balance)

line up

John Balance, Peter Christopherson, Joan D'Arc, Min

remarques

première édition en K7 sur Nekrophile rekords, puis réédité en LP et CD en 1997 avec un livret rétrospectif, le manifeste de Coil et un interview de John Balance

chronique

Styles
indus

Au tout début, Coil s'appelait Zos Kia, du nom de l'école mystico-métaphysique complexe développé par l'occultiste Austin Osman Spare au début du siècle, ouvrant la voie à la résurgence de la chaos magick et offrant une alternative individuelle à celle-ci, notamment en faisant appel aux systèmes de sigils (système récupéré par la suite par P-Orridge pour son Temple of Psychick Youth) nécessitant une très grande implication personnelle (dans le sens de Soi) dans chaque rituel. Tout cela fascinait déjà John Balance, déjà au centre de cette formation et accompagné par quelques autres allumés du nom d'Alex Binnie, John Gosling et Min. Musicalement, on reste proche des balbutiements industriels de l'époque et du propre aveu de John dans le livret, toute la scène restait encore très nihiliste et immature. Il n'empêche, non seulement l'objet est fourni avec le manifeste de Coil (dans lequel on retrouve, ô surprise, nombre de références à des titres futurs), mais on a aussi droit à une ébauche musicale plutôt intéressante pour qui aime les dissonances de l'époque, manifestement joués avec les pieds sur des instruments inhabituels (semblable aux titres de la première compilation 'Unnatural History'). Le grand moment du disque est évidemment le mémorable “Rape”, sur fond de 'Here to Here' avec la participation de Rose McDowall dans le rôle de la victime (à ne pas écouter pour s'endormir, ceux qui l'ont écouté savent pourquoi). Le reste ressemble beaucoup aux live les plus raw et décousus de Psychic TV (Peter Christopherson quittera l'un pour l'autre au même moment) et l'achat est tout à fait dispensable au delà de l'aspect historique.

note       Publiée le mardi 23 juin 2009

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Transparent".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Transparent".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Transparent".

Rastignac › dimanche 7 mai 2017 - 12:35  message privé !
avatar

Très bruyant, effectivement bien nawak par moments, et les hurlements sont pénibles à force, mais il reste des petits bouts de choses inspirantes quand même au milieu de ce gros bazar (j'ai écouté que la version remasterisée).

Klarinetthor › vendredi 30 septembre 2016 - 17:07  message privé !

Il est mal-aimé ce disque, mais il y a de quoi, le son de Zos Kia... Ca ne fait vraiment pas tres abouti, sans meme penser aux sommets que Coil atteindra. Il y a tout de meme des passages qui valent de l'avoir, des moments de flippance.

Note donnée au disque :       
Hazincourt › vendredi 23 septembre 2016 - 12:36  message privé !

Des cons il y en a partout :)

saïmone › vendredi 23 septembre 2016 - 12:32  message privé !
avatar

Si les types vendent à ce prix, c'est qu'il y en a pour les acheter

Hazincourt › vendredi 23 septembre 2016 - 10:58  message privé !

Pour le coup Coldspring sont loin d'être des vautours, prix plus que correct, beaux objets. Les rééditions Threshold Archives à coté c'est de la daube (à part le contenu). Les vautours sont sur ebay (ex membres ?) qui vendent à des prix fantasmagoriques leur stock de Coil.