Vous êtes ici › Les groupes / artistesRUwe Reckzeh › Unnatural Light

Uwe Reckzeh › Unnatural Light

cd • 9 titres • 60:46 min

  • 1Fall Line (Mo´s Revenge) 6:55
  • 2Good Vibration 6:21
  • 3Wavelength 7:31
  • 4Metamaterial 5:39
  • 5Linear Polarized 7:39
  • 6Pure Energy (Boogie Mix) 5:16
  • 7Refractive Index 8:05
  • 8Annihilation 5:51
  • 9Radiation 7:30

line up

Uwe Reckzeh: Synthétiseurs, séquenceurs, percussions électroniques et FX

remarques

Pour en savoir plus sur Uwe Reckzeh et entendre des échantillons sonores, visitez le site de MellowJet Records; http://www.mellowjet.de/

chronique

De fins accords tournoient comme un carrousel musical en ouverture de Fall Line (Mo´s Revenge). Un doux mouvement minimaliste s’entoure d’une faune aux percussions hétéroclites dont les claquements percent un doux voile synthétisé. Le débit accélère sur de brèves séquences névrotiques, dessinant une étrange structure rythmique ondulante sur un synthé aux sifflotements lyriques qui collent à l’oreille. Une fois de plus Uwe Reckzeh présente un opus aux dimensions rythmiques variées dans une superbe ambiance musicale. Nous sommes loin des structures complexes de la MÉ contemporaine. Unnatural Light est un beau recueil de 9 titres qui s’aborde avec plaisir, tant l’univers musical y est riche, harmonieux et ce même avec des structures séquencées qui détonnent des assises mélodieuses. Chaque titre se prépare sur une intro plus minimaliste qu’atmosphérique, prenant des tournures aussi étonnantes que charmantes.
Des notes voltigeantes ouvrent timidement Good Vibration. Quoique poétique, le synthé y est tout de même morose et hante une structure devenue plus cadencée par une lourde séquence ondulée et des accords qui carillonnent dans un univers musical chargé avec des synthés quasi symphonique. Un bon petit titre qui accroche. En fait l’univers musical du synthésiste Allemand s’appuie sur de belles mélodies qui tanguent entre le nouveau et le vieux Berlin School. Comme Wavelenght et sa structure hésitante qui s’active sur un synthé ourlant et des accords minimalistes qui sautillent sur un synthé aux eurythmies de plus en plus lourdes. On croirait entendre du Peter Baumann version 2010.Metamaterial est une course effrénée qui s’appuie sur une structure galopante lourde et un vocodeur stratifiés par un synthé aux nappes étrangement saisissantes. Un beau morceau qui permute sa cadence avec une lourdeur harmonieuse tout à fait surprenante, comme sur Pure Energy (Boogie Mix). Des arpèges à progressions rythmiques dansent en ouverture de Linear Polarized. Percussions martelantes et synthé aux nappes lourdes surchargent cette cadence minimaliste qui tantôt s’isole, tantôt se joint à un collectif musical chargé et diversifié. Refractive Index est un long couloir minimalisme où des séquences tambourinées s’éparpillent sur une structure atonale qui s’enveloppe d’un lourd synthé mélodieux en finale, alors qu’Annihilation offre une structure plus soutenue avec une rythmique qui s’apparente à Sweet Dreams are Made of this d’ Eurythmic. Une structure minimaliste qui tourne en boucles sur de belles strates synthétisées. Radiation clôture Unnatural Light avec une cadence hypnotique et sombre qui progresse à pas de loup voilée de strates Tangerine Dreamiennes. Une approche sombre avec un vocodeur qui récite un rituel chimérique dans une ambiance chtonienne où les harmonies se dessinent sur un beau synthé mélodieux, à l’image de tout ce qui s’entend sur ce 7ième et bel opus d’Uwe Reckzeh.

note       Publiée le jeudi 18 juin 2009

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Unnatural Light".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Unnatural Light".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Unnatural Light".