Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSThe Sea Nymphs › s/t

The Sea Nymphs › s/t

cd • 19 titres • 46:32 min

  • 1The spirit spout 2:19
  • 2Shaping the river 2:06
  • 3Nil in the nest 1:52
  • 4A thousand strokes and a rolling suck 2:17
  • 5Christ alive 3:23
  • 6Mr.Drake's big heart 0:16
  • 7Lucky Lucy 2:22
  • 8Gods box 1:53
  • 9Piano interlude 0:43
  • 10Up in Annie's room 3:36
  • 11Mr.Drake's big heart reprise 0:16
  • 12The psalm of life 2:36
  • 13In the corner of sin 2:37
  • 14Tree tops high 2:35
  • 15Dog eat spine 2:50
  • 16Sarah on a worm 2:46
  • 17Lilly White's party 5:14
  • 18Appealing to Venus 2:33
  • 19Abade 4:18

enregistrement

Angleterre, 1991

line up

Tim Smith (uk) (chant, claviers, guitare), William D.Drake (chant, claviers, orgue), Sarah Smith (chant, saxophone, clarinette, flûte à bec)

remarques

chronique

Styles
pop
Styles personnels
lunatique

Imperceptiblement, nous nous enfonçons dans un monde meuble où nos pieds tentent de se cramponner comme ils le peuvent à un sol sablonneux qui sans cesse se dérobe, par peur de décrocher pour de bon au semblant de réalité qui subsisterait encore. The Sea Nymphs, c'est un peu le chant des sirènes ; quelque chose de difficilement descriptible, quelque chose de l'ordre du merveilleux qui charrie cependant sa part d'étrange et qui nous attire irrémédiablement. Quelque chose dont on ne sait que peu de choses et qui nous fascine, mais à l'appel duquel il vaut pourtant mieux résister. Le laid chasse le beau. Le beau devient laid. Tout devient trouble et se confond jusqu'à la perte totale du moindre repère. Monde autiste à trois voix parfaitement asexuées, monde austère qui n'a comme excentricité que son mode de communication singulier fait d'harmonies primesautières aux arrangements baroques et vaseux, les Sea Nymphs balladent leur humeur névrotique sur un disque qui surprend plus qu'il ne se laisse prendre. La démence s'installe sur la pointe des pieds, porte son regard vers qui veut bien l'entendre tout en lui adressant un sourire narquois empli de satisfaction pendant que des feu follets aux masques difformes et grotesques s'agitent alentours. Tout ceci paraît si saugrenu ... et si familier à la fois. Au détours de contours anguleux qui se veulent plus préhensiles, derrière le concept fumeux d'histoires et de théories qui empruntent à Lewis Carroll son bestiaire loufoque et autres phrasés poétiques, chaque titre de l'album se laisse déflorer comme les petites fenêtres en carton qui ornent le calendrier de l'avent, somme de petites pièces tragicomiques à la mélancolie malsaine, révélant peu à peu le tableau grandeur nature d'un imaginaire perverti sorti de l'esprit d'un être sans doute meurtri par sa sensibilité à fleur de peau, jeune adulte, une araignée au plafond, ne trouvant son bonheur que dans un rapport sadique propre à la tendre enfance.

note       Publiée le samedi 13 juin 2009

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "s/t".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "s/t".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "s/t".

Klarinetthor › dimanche 21 août 2016 - 15:46  message privé !

Une belle porte d'entrée vers l'univers des Cardiacs, ca sonne plus comme de la musique de chambre mais toujours avec l'espieglerie de la bande a Tim Smith. Apparemment il y a des anciennes bandes bientot disponibles.

Note donnée au disque :       
dariev stands › mercredi 17 juin 2009 - 18:24  message privé !
avatar

oui c'est bien les cardiacs, je viens d'ajouter la recommandation. c'était un secret de polichinelle en fait vu qu'ils l'avouent ds le livret

üflrü dü zbrrü › mardi 16 juin 2009 - 00:30  message privé !

D'autant plus qu'il s'agit des membres des Cardiacs!

Raven › dimanche 14 juin 2009 - 08:12  message privé !
avatar

voilà qui est intriguant