Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBoogie Down Productions › Live hardcore worldwide

Boogie Down Productions › Live hardcore worldwide

  • 1991 - Jive, ZD74938 (1 cd)

cd | 24 titres | 64 :31 min

  • Live at Cuando, NY
  • 1 KRS-One Intro (0:53)
  • 2 Lick A Shot (1:02)
  • 3 The Eye Opener (2:05)
  • 4 Jack Of Spades (2:36)
  • 5 My Philosophy (2:00)
  • 6 Still #1 (Freestyle) (2:05)
  • 7 Poetry (3:02)
  • 8 House Nigga's (3:55)
  • 9 Criminal Minded (2:26)
  • 10 Jimmy (2:13)
  • 11 The Bridge Is Over (3:26)
  • 12 Ya Know The Rules (4:41)
  • Live at S.O.B., NY
  • 13 Kenny Parker Intro (1:42)
  • 14 South Bronx (3:29)
  • 15 Reggae Medley (Includes 9MM) (4:34)
  • 16 Super Hoe (1:43)
  • Live in London
  • 17 Up To Date (2:19)
  • 18 Why Is That (3:14)
  • 19 Stop The Violence (6:44)
  • Live in Paris
  • 20 Bo Bo Bo (1:32)
  • 21 Come To The Teacher (1:31)
  • 22 Breath Control (4:42)
  • 23 Self Destruction (2:01)
  • 24 Untitled (0:27) [Ghost track]

enregistrement

Live at cuando, NY : enregistré par le Record Plant Remote, NY, NY par Kooster McAllister et Sydney Mills – Live at S.O.B., NY : enregistré par le Record Plant Remote, NY, NY par Kooster McAllister – Live in London : enregistré par le Manor Mobile, Londres – Live in Paris : enregistré par le Manor Mobile, Paris. - Produit, mixé et édité par Dwayne Sumal pour Boogie Down Productions – Masterisé par Tom Coyne à DMS, NYC – Producteur exécutif : Blastmaster KRS-ONE ‘for the upliftment of humanity’

line up

Krs-one (MCing), Jamal-ski (Vocaux sur Lick a Shot), Willie Dee (back up vocals), Ms. Melodie (back up vocals sur Live at Cuando), DJ Kenny Parker (Fresh beat selector sur Live at Cuando, Live in Paris & Live at S.O.B.), D-Nice (Fresh beat selector sur Live in London), Sydney Mills (basse & percussions sur Live at S.O.B.), Dwayne Sumal (Monitor engineer & Production manager), Rebekah Foster (house engineer & production manager).

remarques

‘Overseen by DJ Scott LaRock’ – ‘All proceeds will be donated to the National Urban League to support and develop programming dealing with Black on Black crime and youth education’ – Special thanks to the Board of Education for trying so hard to keep the youth of america separated. – (nd dariev stands : Instructions d’écoute : “Turn this modafucka up !!”)

chronique

Styles
hip-hop
Styles personnels
live'n'direct !!!

Parfois je me dis qu’il serait inutile de commencer "en douceur" par des disques de hip-hop métissés où à coloration sombre et expérimentale… Prenez ce Live Hardcore Worldwide : premier album live de l’histoire du rap (à cheval sur deux continents, ce qui est tout sauf un hasard), et probablement meilleur, pour longtemps. Equivalent hip-hop du Kick out the jams de qui vous savez... Un test assez infaillible : si vous n’aimez pas le hip-hop, vous allez très vite détester. Car Boogie Down Productions, crew consistant de DJ Kenny Parker et de quelques MC’s dont surtout KRS One, ici écrasant de maestria et de sauvagerie, incarne ici la quintessence même du hip-hop, de son rapport avec le public, et de cette alliance incroyable entre un fond quasiment pédagogique et une forme portée à ébullition. J’ouvre le boitier, je passe sur l’artwork pixellisé classe (rarement une photo de livret a aussi bien représenté le contenu…) et j’insère le cd dans le lecteur… La voix d’ogre black de KRS One me chope instantanément par l’oreille “Yes, and if anyone ever asks you who is the number one set in town, you will quickly reply : Boogiiiiie Dooooowwwwn Productions. And if they have any questions what you’re talking about, please, play them this album”. La chronique pourrait s’arrêter là. S’ensuit un incroyable Lick a Shot illuminé par le pyromane Jamal-Ski enchaîné à un inédit qui voit KRS One débarquer sans sommation : "Jesus christ was blaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaack !!", et ça continue pendant 5 titres comme ça sans aucun temps mort, jusqu’à l’apothéose de l’art du MCing : un freestyle. Le public, tout particulièrement sur le Live at Cuando, rugit comme un lion dans une arène, face à ces gladiateurs du soundsystem, jusqu’à couvrir complètement ce qui se passe sur scène en terme de décibels ! Ce disque est la définition de l’osmose avec un public – qui joue ici un rôle de premier plan, sans qui ce live n’aurait pas pu avoir la note maximale - dans un jeu de questions-réponses d’une intensité sans équivalent dans la musique populaire mondiale. On raconte que les premiers concerts de rock’n’roll déclenchaient des émeutes au point de laisser les salles de concerts ravagées, eh bien ici on a une émeute en direct live, domptée sur une heure par KRS One on a mothafuckin’ rampage, pour vous servir. Moments de pure hystérie hip hop collective : Les 5 premiers titres, The Bridge is Over, Reggae Medley, Self Destruction... prévoyez un mouchoir pour vous essuyer le front, this is some scary shit !!!! BDP, plus encore que public enemy, n’était-il pas le plus grand groupe de hip-hop ? Je me garderai bien de répondre à cette question. En tout cas, elle est posée, et c’est pas par hasard. Quand ces mecs font ‘peace!’ ça sonne comme s’ils criaient ‘war !’ Jeune padawan du hip-hop, prosterne-toi devant cet autel à la gloire de cet art brutal et libérateur, mélangeant héritage africain, jamaïcain et américain devant un public New Yorkais ou Européen, et devant son maître de cérémonie, celui que tant qu’y sera en ville, tu ne seras toujours que le KRS-Two : He’s da motherfuckin’ blastmaster jammin !

note       Publiée le jeudi 11 juin 2009

Dans le même esprit, dariev stands vous recommande...

partagez 'Live hardcore worldwide' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Live hardcore worldwide"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Live hardcore worldwide".

ajoutez une note sur : "Live hardcore worldwide"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Live hardcore worldwide".

ajoutez un commentaire sur : "Live hardcore worldwide"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Live hardcore worldwide".

dimegoat › jeudi 27 janvier 2011 - 12:10  message privé !

ce disque bute et me rappelle tellement l'ambiance du concert d'octobre dernier. Un gars comme ça, avec autant d'énergie et d'authenticité après 25 ans de carrière ça court pas les rues. L'un des concerts de ma vie, facile.

Note donnée au disque :       
dariev stands › samedi 14 novembre 2009 - 03:11  message privé !
avatar

http://rutube.ru/tracks/1347916.html

que tout le monde aille voir cette vidéo. impérativement.

Damodafoca › mardi 15 septembre 2009 - 23:18  message privé !

Choppé en vinyl. Etonnament, je vois vachement une influence que ce truc a pu/du avoir sur NTM en live. Le disque en lui même est vraiment bien, c'est dense, massif, lourd, ce que j'appréie particulièrement dan ce genre de musique. Comme prévu en revanche, je suis pas fan de la voix de KRS, mais ca passe.

dariev stands › vendredi 12 juin 2009 - 13:25  message privé !
avatar

de toutes façons si t'aime le hip-hop, essayes. c'est l'essence du truc... ça capture ce que devaient etre les premiers battles au début des années 80, cet impression de tribu invincible... C'est de l'adrénaline pure, comme aucun disque de rock ne pourra jamais vous en donner (ou presque...), ceux qui trouvent que le hip-hop c'est trop monotone feraient bien d'écouter ça, y'a des montées incontrolables, on a l'impression que le public va bouffer la scène toute crue...

Damodafoca › vendredi 12 juin 2009 - 13:21  message privé !

Marrant ce que tu dis Azfazz, j'ai toujours trouvé un lien certain entre le hip hop et le punk. Pourtant les premiers enregistrements punk et les premeirs enregistrement hip hop vont chercher des racines tellement différentes... dariev: oué mais la production m'interesse grandement. Par exemple, je n'aime pas du tout le flow et la voix de chuck D, mais j'adore fear of black planet de PE. D'une pour la prod -bomb squad oblige-, et de deux pour Flav dont j'adore le coté ....euh...indescriptible.