Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCoil › Autumn Equinox

Coil › Autumn Equinox

  • 1998 • Eskaton Eskaton 16 • 1 CD
  • 1998 • Eskaton ESKATON 017 • 1 LP 33 tours

cd • 5 titres • 00:00 min

  • 1Regel (1:17)
  • 2Rosa Decidua (4:55)
  • 3Switches (4:45)
  • 4The Auto-Asphyxiating Hierophant (5:59)
  • 5Amethyst Deceivers (6:38)

remarques

Started: 22.9.97 23.39 Ended: 23.9.98 5.38
L'édition vinyle 7" est limitée à 1000 exemplaires en rouge et 40 exemplaires en bleu. Les titres 'Regel', 'Rosa Decidua' et 'The Auto-Asphyxiating Hierophant' n'apparaissent que sur l'édition CD.

chronique

Styles
ambient
electro
ovni inclassable
Styles personnels
moon musick

L’été touche à sa fin, le vent apporte son lot d’esprits venant reprendre le contrôle des Nuits et c’est par un appel totalement extraterrestre que s’ouvre ce mini – un son électronique granouillant (je n’ai pas trouvé mieux) offre un pont entre quelques incantations et un cri sylvestre semblant venir d’un animal sacré indien qui annoncerait la nouvelle à toute la Nature. Second titre, l’ambiance change drastiquement – une lettre d’amour de John pour Rose, totalement éthéré, entouré de mélodies descendantes et de voix hachurées donnant à l’ensemble une teinte funèbre mais lumineuse, envoûtant à souhait, et proche des sonorités des ‘Musick to play in the Dark alors à venir. « Let’s see which way the Winter Wind blows... » Le vent et l’espace, voilà ce qui remplit le titre ‘Switches’ qui bien que ne faisant pas l’unanimité par son côté très dépouillé m'asphyxie pleinement à chaque écoute – à décrire, c’est une espèce de couloir aérien grisâtre et indéterminé dans lequel s’opèrent une série de compressions/décompressions sonores brutales qui nous mènent à ce monstrueux ‘Auto-Asphyxiating Hierophant’ dont la grandeur toute lovecraftienne n’a d’égale que son inquiétante étrangeté – Sur un tambour piétinant, Rose et John semblent réciter quelque chose au téléphone avec la ferveur d’un David Tibet parlant d’apocalypse tandis que des dissonances de violon alourdissent un ciel pourpre, orageux, menaçant… mais le ciel finit par se dégager et c’est en toute quiétude que l’on termine le voyage cosmique par une nouvelle pièce qui rappelle furieusement ‘Apollo’ (vous comprenez à présent pourquoi il fallait que j’en parle avant cette série…), j’ai nommé le splendide hybride électro-acoustique ‘Amethyst Deceivers’ qui sera le mycète le plus réinterprété en live, et qui réapparaîtra sous une mouture encore plus addictive sur ‘The Ape of Naples’. Une ligne de basse roule en fond tandis qu’une guitare dont les vibrations sont extrêmement précises nous emporte dans un univers nocturne calme, entouré d’un synthé et de notre couple vocal hachés menus sous les effets psychédéliques… rhaaa…

note       Publiée le mercredi 27 mai 2009

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Autumn Equinox".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Autumn Equinox".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Autumn Equinox".

Neocreed › dimanche 21 juin 2009 - 00:04  message privé !

la saison coilesque que je préfere...

Note donnée au disque :       
empreznor › mercredi 27 mai 2009 - 11:34  message privé !

superbe artwork, vraiment