Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesEBrian Eno › Apollo : Atmospheres and Soundtracks

Brian Eno › Apollo : Atmospheres and Soundtracks

  • 1983 • Virgin 0777 7 86778 2 6 • 1 CD

cd • 12 titres

  • 1Under Stars 4:24
  • 2The Secret Place 3:33
  • 3Matta 4:15
  • 4Signals 2:42
  • 5An Ending (Ascent) 4:22
  • 6Under Stars II 3:16
  • 7Drift 3:04
  • 8Silver Morning 2:40
  • 9Deep Blue Day 3:57
  • 10Weightless 4:32
  • 11Always Returning 3:52
  • 12Stars 7:30

remarques

chronique

Styles
ambient

Il ne faut pas beaucoup de temps pour que l’alchimie s’opère : avec ‘Apollo’, on file instantanément dans les étoiles. La force évocatrice de Brian Eno est telle que sa musique, si dépouillée soit-elle, provoque les sens de façon totalement inédite ( du moins pour l’époque) et génère chez l’auditeur des images mentales nouvelles ou connotées – car en l’occurrence il s’agit de bandes sonores destinées à accompagner des vidéos, cette fois empruntes du mystère lié au voyage spatial. Eno comme tant d’autres faisait partie de ces jeunes rivés à leurs écrans lors du premier pas de l’homme sur la Lune (1969) – mais il était déjà frustré par la quantité de bavardage journalistique qui selon lui gâchait la beauté et la singularité du spectacle qui s’opérait devant les yeux de millions de semblables. En 1982, Le cinéaste Al Reinert lui a alors proposé de composer la bande-son d’un film uniquement constitué d’images des missions des navettes Apollo – sans aucune voix que les interventions sporadiques des cosmonautes. Et c’est fort de son expérience acquise avec sa série « Ambient » qu’Eno, accompagné de son frère Roger et de Daniel Lanois va composer une épure musicale de l’immensité des paysages cosmologiques avec l’aide de ses synthétiseurs extrêmement traités et réverbérés, comme sur le célèbre ‘An Ending’ et ses vocaux totalement irréels ou encore ‘Stars’, véritable ode spatiale d’une pureté mélancolique à couper le souffle ; mais aussi des sonorités totalement inédites, parfois méconnaissables (le traitement dark-ambient de grincements ou bandes comme sur ‘The Secret Place’), des nappes ultra-basses rappelant les moteurs de fusée tel qu’on peut les imaginer faire vrombir les cabines des navettes… et surprise, plusieurs adjonctions de guitares, ce qui m’amène à parler de la seconde partie et du quatuor un peu particulier allant de ‘Silver Morning’ à ‘Always Returning’ qui avec leurs sonorités country type ‘cow-boy dans l’espace’ détonnent un peu par rapport à la première moitié. Selon Eno, ce côté « à la conquête de l’Ouest » était voulu pour justement faire l’analogie avec la découverte de l’inconnu, qu’il soit géographique ou spatial, tel un hommage aux pionniers de tous types… si cette explication m’a paru un brin facile (surtout connaissant la pertinence du bonhomme en temps normal), force est d’avouer qu’elle ne jure pas de trop, évitant peut-être à l’album de s’enliser dans une seule formule. D’autant qu’il revient à la charge sur son final dont il a déjà été question. Si les ingrédients de base étaient déjà tous connus, Eno nous prouve avec ‘Apollo’ si besoin était toute l’étendue des possibilité de l’ambient – ce qui amènera un paquet de monde à courir derrière cet album, qui allié à Ambient 4 esquissent à eux deux les discographies d’un bon paquet d’artistes, de Robert Rich à Deathprod en passant par Biosphere, Alio Die… ainsi que Coil, et maintenant qu’‘Apollo’ a atterri dans la base du site, je vais enfin pouvoir parler sérieusement de leur cycle offert aux phases du soleil.

note       Publiée le mercredi 27 mai 2009

Dans le même esprit, Wotzenknecht vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Apollo : Atmospheres and Soundtracks".

notes

Note moyenne        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Apollo : Atmospheres and Soundtracks".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Apollo : Atmospheres and Soundtracks".

No background › mardi 2 octobre 2018 - 12:04  message privé !

Concernant le côté "country" de la face B, il semblerait que ce soit en hommage aux cassettes de musique country que les astronautes ont pris avec eux lors des premières missions de la NASA. Eno parlait de "zero gravity country music".

zugal21 › mercredi 19 octobre 2016 - 19:25  message privé !

Cet album plutôt hétérogène (notamment avec l'incursion de la guitare, mais aussi de titres variables en sombrexitude ) m'est assez déroutant, après quand même pas mal d'écoutes. J'y préfère les morceaux les plus sombres, tels " The secret place " et " Matta ", dont je ne serais pas étonné qu'ils aient été bien écoutés par les gens d'Endura (cf le Liber Leviathan ).

Note donnée au disque :       
floserber › samedi 30 mai 2009 - 15:38  message privé !

Le genre de zic que j'aime écouter en feuilletant des bds de sf...!

Note donnée au disque :       
Neocreed › mercredi 27 mai 2009 - 18:46  message privé !

et Lustmord de nous sortir son Transplutonian Transmissions en 94.. ENCULÉ D'OPPORTUNISTE

mangetout › mercredi 27 mai 2009 - 12:45  message privé !

Rien à rajouter à la chronique, tout est dit et bien dit, ce disque est une petite merveille de délicatesse et de profondeur, les réverbérations amples et omniprésentes font réellement ressentir l'immensité spatiale en même temps que son vide béant. Un de mes Eno favoris et l'aboutissement de sa démarche avec "On land", ce qui suivra ne fera que creuser plus profondément les sillons déjà entrevus mais parfois de belle manière comme sur "The shutov assembly".