Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesEEmbryo › Surfin'

Embryo › Surfin'

cd | 8 titres | 38:24 min

  • 1 You can turn me on [5:11]
  • 2 Music of today [4:12]
  • 3 Secret [6:23]
  • 4 Surfin' [3:22]
  • 5 New ridin' [3:44]
  • 6 In my luna matic [1:28]
  • 7 Dance of some broken glasses [9:01]
  • 8 Side track [6:03]

enregistrement

Dierks Studio, Ascona, Italie, décembre 1974

line up

Christian Burchard (batterie, marimba, vibraphone, claviers, piano, mellotron, chant), Charlie Mariano (saxophone alto, saxophone soprano), Uwe Müllrich (basse), Roman Bunka (guitare, sitar, saz, basse, percussions, claviers, chant), Edgar Hofmann (violon, saxophone soprano)

remarques

http://www.embryo.de/

chronique

Par la force des choses, Embryo saura évoluer avec son temps. Le groupe allemand ne cèdera jamais à la nostalgie tout en restant toujours fidèle et intègre à leur propre vision de la musique. Quoi qu'on en dise. "Surfin'" a cette mauvaise réputation de mauvais album, tout simplement parce que les longues envolées psychédéliques auxquelles le groupe nous avait habitué depuis leurs tous premiers pas, encore plus si on prend en considération "Laüft", le copieux inédit de vingt-six minutes issus des sessions "Opal", sont réduits comme peau de chagrin ... Dire cela, c'est faire fi des dix minutes magiques de folie percussive qui illuminent "Dance of Some Broken Glasses". Mais il est vrai aussi que Embryo sort d'une période brillante, enchaînant les uns derrière les autres des albums tout simplement exceptionnels, culminant avec le fabuleusement inespéré "We Keep On". En ce sens, la suite ne pouvait que décevoir. Car le groupe, en somme, était contraint à passer à autre chose. Le claviériste Dieter Miekautsch aura donc fait un passage éclair au sein du groupe (il réapparaîtra sur "Bad Heads and Bad Cats"). Pour le reste, le line-up reste inchangé avec la venue d'un nouveau membre permanent, le bassiste Uwe Müllrich, et le retour d'Edgar Hoffman qui va pouvoir croiser le fer avec Charlie Mariano. Autant dire que l'affiche est alléchante. Mais parce que Embryo revoit ses prétentions à la baisse, qu'il met, de fait, momentanément de côté toutes traces de son intérêt singulier pour les musiques du monde et parce que, enfin, il recentre son discours sur quelque chose d'un tant soit peu plus abordable, rêvant ouvertement d'un succès public aidé par un chant qui se révèle finalement envahissant à bien des égards, "Surfin'" renoue plus que de raison avec les aspects les plus funky de leur musique ; une direction assumée au travers du syncopé "You Can Turn Me On" ou des entraînants "Music of Today", "Surfin'" ou "New Ridin'", empruntant des gimmicks à James Brown lui-même. "Surfin'" n'est pas un mauvais album. C'est juste un moins bon album. De quoi se souvenir que personne n'est parfait. Pas même Embryo.

note       Publiée le samedi 23 mai 2009

partagez 'Surfin'' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Surfin'"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Surfin'".

ajoutez une note sur : "Surfin'"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Surfin'".

ajoutez un commentaire sur : "Surfin'"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Surfin'".