Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesEEmbryo › Steig Aus

Embryo › Steig Aus

cd | 3 titres | 37:41 min

  • 1 Radio Marrakesh/Orient Express [9:50]
  • 2 Dreaming girls [10:30]
  • 3 Call [17:21]

enregistrement

Studio 70, Munich, Allemagne, décembre 1971 - mars 1972

line up

Christian Burchard (batterie, marimba, vibraphone), Mal Waldron (piano électrique), Dave King (basse), Jörg Evers (basse), Roman Bunka (guitare, saz), James Jackson (orgue, mellotron), Edgar Hoffmann (violon)

remarques

http://www.embryo.de/

chronique

Si la culture hippie est à l'origine de la vulgarisation des musiques du monde, peu de groupes pop ont vraiment tenté de bâtir un pont entre les genres. On écoutait Richie Havens et Joan Baez. Chacun dans leur coin. On écoutait Ravi Shankar. On écoutait Crosby, Stills, Nash & Young, sans se douter un seul instant que le télescopage de toutes ces formes d'expression pouvait déboucher sur une nouvelle conception musicale. Curieusement, deux groupes allemands se sont sérieusement penchés sur la question avec, cependant, des points de vue radicalement différents : les contemplatifs Popol Vuh et ... les exubérants Embryo. L'état d'esprit qui règne sur "Steig Aus" est en bien des points semblable à celui développé sur leur prédécesseur, "Father, Son and Holy Ghosts", mais le groupe connait ici quelques réajustements de personnel qui vont quelque peu changer la donne. Roman Bunka est sans conteste plus discret que ne l'était Siegfried Schwab à la guitare, mais c'est avant tout pour son jeu au saz que ses services ont été réquisitionnés. Mais il y a aussi et surtout l'apport de deux claviéristes en les personnes de Jimmy Jackson à l'orgue, et le célèbre pianiste américain Mal Waldron, exilé en Allemagne depuis 1965, et qui s'essaye pour la toute première fois au clavier électrique ! Tout ce beau monde réuni autour des indéfectibles Christian Burchard et Edgar Hoffman, soutenu par les bassistes Dave King et Jörg Evers, signe de concert un vibrant manifeste de fusion psyché jazz world ; comment le dire autrement ? "Radio Marrakesh" est une troublante expérience : ses volutes arabisantes repris par le saz sont vite rattrapées par les marimbas avant que l'orgue et le reste du groupe ne suive sur un rythme endiablé, créant une atmosphère d'une rare étrangeté. Enchassé à mi-parcours, "Dreaming Girls" a des airs de Sun Ra. Enfin, l'album se conclut sur une version éclatée et hallucinante de "Call", cinq fois plus longue que celle parue à l'origine sur leur tout premier album, et bientôt repris à son propre compte par Mal Waldron lui-même sur un de ses albums solos ! C'est dire.

note       Publiée le samedi 16 mai 2009

partagez 'Steig Aus' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Steig Aus"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Steig Aus".

ajoutez une note sur : "Steig Aus"

Note moyenne :        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Steig Aus".

ajoutez un commentaire sur : "Steig Aus"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Steig Aus".

Scissor Man › jeudi 17 novembre 2016 - 00:03  message privé !

Evidemment que c'est un chef d'œuvre avec Rocksession. Putain ! Quand j'ai su que Mal Waldron (God himself pour moi et je suis polythéiste) avait accompagné le groupe un bon moment, mon sang n'a fait qu'un tour. Donc sans surprise, j'ai mis la main sur Embryo 40 (copieux et pas mal en fait). D'accord avec Alvus Dei pour dire que du bien de The Call (Mal Waldron, Jimmy Jackson, Eberhard Weber & Fred Braceful), mais surtout selon moi, On Steinway (la leçon de piano), First Encounters (avec Gary Peacock) et The Whirling Dervish. Quand on est fan !

Note donnée au disque :       
22goingon23 › vendredi 3 juin 2016 - 11:19  message privé !

Pas grand monde pour s'extasier sur Embryo, la faute sûrement à leur mauvais goût en pochette.

Celle-ci est d'une laideur extrême mais quel contenu. Du jazz-rock de très haute voltige ! La production aussi s'est bien améliorée depuis Opal et Rache.

Album (avec Rocksession) refusé par le label United Artists et signé chez Brain, pour l'info. Miles Davis était grand fan de la bande à Burchard. Ah fusion, divine fusion...

Note donnée au disque :       
Alvus Dei › samedi 10 janvier 2015 - 20:00  message privé !

En parlant de la reprise de "Call" par Mal Waldron! Tu devrais chroniquer son album "The Call", c'est une vraie tuerie.

Note donnée au disque :