Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesFEdgar W. Froese › MACULA TRANSFER

Edgar W. Froese › MACULA TRANSFER

5 titres - 37:59 min

  • 1 OS 452 7:56
  • 2 AF 765 11:04
  • 3 PA 701 7:36
  • 4 Quantas 611 4:58
  • 5 IF 810 4:26

enregistrement

Première parution sur Brain Records le 30/06/1976. Première parution CD sur Manikin en 1998 (MRCD 7030) et réédition finale sur Eastgate en 2005

line up

Edgar Froese (claviers, synthé, guitares, mellotron et voix)

remarques

chronique

Voici un petit chef d’œuvre qui est passé presqu’inaperçu. Endisqué sur Brain Records, à l’époque où Tangerine Dream enregistrait Stratosfear, Macula Transfer est devenu un objet de litige et de collection. Réalisé initialement pour le marché Allemand, ce 4ième opus d’Edgar Froese (Electronic Dreams étant une collection) n’était disponible que par importation. Brain/Metronome cessant toute activité, Macula Transfer devint une pièce de collection reprise en format cd par Manikin, sans l’autorisation de Froese, en 1998. Les 1 000 copies écoulées, Manikin cessait d’en imprimer, ajoutant ainsi plus de valeur aux premiers pressages de Brain et de Manikin. Même si Virgin possédait les droits sur les œuvres solos de Froese, Macula Transfer restait sur les tablettes jusqu’à ce qu’Edgar repris ses œuvres vers 2003, avec un léger remixage et une Froesiation typique du renard argenté. Voilà pour la courte histoire derrière MT.
Par contre l’œuvre démontrait hors de tout doute l’influence de Froese sur la musique de son mythique trio. Selon Edgar, Macula Transfer fut composé hors des sentiers musicaux du Dream qui sortait de l’expérience Ricochet pour étonner le monde de la MÉ progressive avec le brillant Stratosfear. Sauf que les visions d’Edgar étaient déjà à l’ère de Sorcerer et même de Force Majeure qui sera réalisé 2 ans plus tard. Bref, Edgar préparait sa vision musicale que l’on retrouvera sur Pinacles et Stuntman, de même que sur la bouillante tournée Nord Américaine de 1977. Cette réédition de Eastgate est bien faite et recrée les atmosphères très mellotronnée de l’œuvre originale.
OS 452 profite d’une ouverture éthérée où les accords de claviers résonnent dans un firmament feutré. Tôt, les séquences galopent sur une chevauchée stratifiée d’un synthé aux ondes Frosiennes. Comme toujours, le mellotron est omniprésent et Froese y moule quelques riffs d’une guitare effacée, mais dont l’effet est toujours senti, parmi des chœurs séraphiques. Une guitare aux fuzz bouclés, cernée des strates hermétiques d’un synthé apocalyptique et d’un mellotron poétique sur des cadences somme toutes aléatoires mais dont les enchevêtrements soudent un rythme constant. AF 765 présente un rythme entrecroisé qui bat une mesure soutenue. Toujours nuancé, feutré la musique reste céleste, voire atmosphérique, sur un séquenceur aux palpitations mesurées où mellotron, ondes éthérées et synthés vocalisés enveloppent une guitare qui fignole ses solos dans un brouillard musical poétique. Un très beau titre à atmosphère Force Majeure.
Nettement plus névrotique, PA 701 est assise sur une intro très éthérée avant d’exploser sur des séquences nerveuses et sautillantes. Nous sommes en pleine séance de Sorcerer avec des pulsations rapides et des vents des dunes qui soufflent sur synthé symphonique, qui graduellement dirige PA 701 vers une finale doucereusement tempérée. La dextérité du mellotron de Froese se fait sentir sur le flottant et cosmique Quantas 611, un titre qui nous ramène aux nébulosités des premières œuvres de TD. IF 810 est un joli prélude à Stuntman avec son tempo sautillant, drapé d’un synthé très lyrique et d’un superbe mellotron qui se love à une structure rythmique assez entraînante.
Macula Transfer est un incontournable dans la discographie d’Edgar Froese. Une œuvre qui survole admirablement bien l’évolution de son groupe phare, mais aussi de sa musique qui devient de plus en plus créative, vivante tout en conservant cette approche typiquement nébuleuse à Edgar. Un très très bon album, sans failles aucune. Un 5 boules et demi sur 6….

note       Publiée le mercredi 13 mai 2009

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "MACULA TRANSFER".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "MACULA TRANSFER".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "MACULA TRANSFER".

Demonaz Vikernes › vendredi 7 décembre 2018 - 15:01  message privé !

Je ne sais pas ce que vaut le réenregistrement de 2005 (et honnêtement je m'en fiche, je ne l'écouterai probablement jamais, comme les autres), mais l'original de 1976 est excellent.

Arp2600 › vendredi 8 mars 2013 - 02:09  message privé !

Globalement d'accord avec le texte, sauf en ce qui concerne OS 452. Sur la version originale de 76, il n'y a pas de séquençage mais bien des boucles de guitare (et bien plus évidentes que chez Göttsching...), du mellotron et très peu de synthétiseur. L'introduction est également jouée à la guitare. Je trouve également le mellotron mal utilisé dans ce disque, par rapport à Epsilon et Rubycon, mais dans l'ensemble, l'album est bon et mérite d'être découvert.

Note donnée au disque :       
snooky › samedi 25 juin 2011 - 20:46  message privé !

Alors oui, on est bien d'accord ! Celui là, il est franchement très bon. Un bien bel album bien inspiré, bien envoyé. Et moi aussi, j'ai failli le "zapper". J'avoue que celà aurait été bien dommage. La musique elle, de par ses sonorités m'évoquent un peu beaucoup "Green Desert". Mais je peux me tromper. Personnellement j'ai bien accroché à "PA 701" et "IF 810". Voilou !

Note donnée au disque :       
greenblue › jeudi 6 mai 2010 - 18:10  message privé !

que dire de plus, tu as tout dit Phaedream et très bien . si mes souvenirs sont bon sur la pochette du vinyl l'album est dédicacé a D.Bowie & I.Pop. Bowie qui sortira a peu près a la même époque son album LOW et plus tard HEROES avec quelques titres instrumental là aussi bien inspiré des maitres de la cosmik musik