Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRReturn To Forever › Romantic Warrior

Return To Forever › Romantic Warrior

cd • 6 titres • 45:35 min

  • 1Medieval overture 5:14
  • 2Sorceress 7:33
  • 3The romantic warrior 10:52
  • 4Majestic dance 5:02
  • 5The magician 5:28
  • 6Duel of the jester and the tyrant 11:26

enregistrement

Caribou Ranch, Nederland, Colorado, États-Unis, février 1976

line up

Stanley Clarke (basse), Chick Corea (claviers), Lenny White (batterie), Al Di Meola (guitares)

remarques

chronique

Styles
jazz
progressif
rock
Styles personnels
fusion

Les sons de claviers de Chick Corea étaient déjà très datés sur les
précédentes publications de Return to Forever. Des claviéristes de
cette scène jazz rock, il fut sans doute celui qui fit le moins de
recherche au niveau des textures et des timbres, se contentant
finalement de ce que la technologie pouvait lui mettre à portée de main
sans trop se poser de questions. En somme, l'antithèse du boulot de
Joe Zawinul (Weather Report), bien que celui-ci accordât lui aussi
une importance non négligeable aux dernières avancées dans le domaine.
Mais pour un résultat autrement différent. Corea va plus loin que Jan
Hammer (Mahavishnu Orchestra) dans ses choix, et c'est en cela sans
doute qu'il fut à même de séduire un plus large public, le public
progressif s'entend. À ce titre, "Romantic Warrior" ne fait plus de
mystère sur ses prétentions. De l'esthétique de sa pochette aux
intitulés eux-mêmes ("Medieval Overture", "The Magician", "Duel of The
Jester and The Tyrant"), le projet semble étudié pour plaire tout
particulièrement à cette frange de leur auditoire. Car si cela ne se
limitait qu'à la surface des choses, ç'eût été là un procédé
bien vicieux. Les titres cités, mais pas qu'eux, "Majestic Dance"
aussi par exemple, possèdent non seulement cette sonorité propre à
l'esthétique progressive mais déploient également un style d'écriture
qui n'a finalement plus grand chose à voir avec le jazz. Constitué
plutôt d'une multitude de thèmes s'enchevêtrant les uns dans les
autres, certaines parties étant même développées en canon, le tout
débouche sur une forme étrange et unique en son genre, sorte de Gentle
Giant véloce dopé aux anabolisants. Publié en 1976, "Romantic Warrior"
demeure à ce jour l'album le plus populaire de Return to Forever. On
avait bien besoin des punks pour tenter de nous faire oublier tout
ça...

note       Publiée le vendredi 1 mai 2009

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Romantic Warrior".

notes

Note moyenne        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Romantic Warrior".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Romantic Warrior".

CeluiDuDehors › lundi 2 juillet 2012 - 23:23  message privé !

Trop carre, ca n'a pas tres bien veilli...

Note donnée au disque :       
Coltranophile › dimanche 3 mai 2009 - 14:41  message privé !

Quelle bourde! Merci. Trop bu hier soir.

Note donnée au disque :       
born to gulo › dimanche 3 mai 2009 - 13:39  message privé !
  • sans pain
Coltranophile › dimanche 3 mai 2009 - 13:26  message privé !

Je pourrais écrire une tartine longue comme un jour sans faim sur ce disque. Hellman rapproche ce disque du prog et non plus du jazz, ni du jazz-rock. Il a raison. Il aurait pû ajouter: au pire du progressif. Une merde.

Note donnée au disque :       
mercebel › samedi 2 mai 2009 - 19:35  message privé !

Excellent album, aux ambiances variées (effectivement médievales, eighties, classiques, ou encore funky (sorceress). Indémodable en dépit de ses sonorités kitsch, ce disque regorge de nombreusess émotions.

Note donnée au disque :