Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesFRobert Fox › Adonai

Robert Fox › Adonai

17 titres - 62:27 min

  • Pieta Part One| 4:18 - Palm Sunday| 2:53 - The Temple| 4:15 - Mary's Blessing| 2:09 - Gethsemane| 2:34 - Anointing| 2:36 - 9 Mimes| 12:21 - Transfiguration| 4:49 - Betrayal| 0:57 - Magdalene| 3:48 - To Break And Share The Bread| 1:54 - Last Supper| 5:32 - Peter's Deniel| 0:41 - Way of the Cross| 3:12 - Crucifixion| 4:45 - Pieta Part Two| 3:22 - Resurrection| 2:22

line up

Robert Fox : Claviers, synthés, logiciels et FX

remarques

Pour entendre des échantillons sonores et en savoir plus sur l’artiste, visitez son site web au : http://www.admusiconline.com/main/Robert-Fox-Index.php

chronique

Pour apprécier Adonai à sa juste valeur, il faut le placer dans son contexte. Œuvre écrite pour une pièce de théâtre, ayant pour thème l’histoire de Pâques et les derniers moments du Christ, Robert Fox déploie son immense talent de compositeur, de concepteur sonore et d’arrangeur orchestral pour créer une musique épique qui oscille entre le contemporain et l’électronique sur des bases tribales impressionnantes. Une histoire biblique connue de tous, sur une musique majoritairement méconnue par une trop grande partie de tous.
Un violent coup de tonnerre ouvre Pieta Part One donnant le coup d’envoi à un long titre ininterrompu de 62 minutes, divisées en 17 segments. Une chorale perce cette emportée climatique pour ondoyer dans une noirceur silencieuse. Un synthé discret se fond derrière ces chants à caractère traditionnel, créant une ambiance monastérielle sur un rythme qui progresse langoureusement sur des percussions feutrées. Ce genre de techno sur un fond de romance se perd dans les vapes d’une chorale brumeuse alors que Palm Sunday poursuit cette quête hébraïque avec des percussions roulantes et des guitares tributaires de quartiers populeux où des saltimbanques de tout acabit festoient dans une foule en perdition. La thématique musicale évolue en conformité avec l’époque visée sur des synthés discrets qui servent de toile sonore à une instrumentation plus traditionnelle réalisée par une panoplie de logiciels de synthétiseurs. The Temple emprunte les sentiers musicaux d’une fête de quartier avec de belles flûtes, accompagnées de guitares et de vocales plus libertines qui se poursuivent dans la courte incantation de Mary’s Blessing et ses arrangements orchestraux sur percussions tempérées.
Moment flottant, Gethsemane est un prélude à Anointing et son approche abbaye sur une douce guitare. 9 Mimes est un genre ‘’wrap-up’’ qui revisite la 1ière partie d’Adonai dans un univers musical très diversifié. Très éthérée et céleste, Transfiguration permute en mi-parcours sur un tempo plus suggestif ceinturé d’une belle guitare aux accords limpides. Magdalene est une ballade poétique où les voix et les guitares, supportées par un synthé qui offre une belle structure orchestrale, sont d’un réalisme tribal sans faille. Plus nous avançons dans Adonia, plus nous pénétrons ses moments dramatiques. To Break And Share The Bread est animé par de fines percussions tablas et les tintements de clochettes qui sont enrobées d’un texte narré, initiant le très lugubre The Last Supper; un titre sombre qui flotte dans une austère ambiance cloitrée. Très musicaux et poétiques, Way of the Cross et Crucifixion sont animés d’un beau jeu de guitare et de percussions processionnistes qui roulent sur les harmonies d’un synthé aux strates enveloppantes.
Après un Pieta Part Two plus tempéré, Resurrection clôt Adonai avec des belles lignes de synthé qui bercent les notes d’un piano. Des notes qui se mêlent aux lamentations des pèlerins dans une ambiance musicale ensoleillée, à la grandeur visuelle de Robert Fox.
Adonai est une œuvre très charismatique. Fortement inspiré par les structures mélodieuses et orchestrales de Vangelis, Robert Fox travaille à fond ses mouvements, apportant une évolution harmonieuse qui balance entre la mélancolie d’une époque biblique et les mouvements plus technoïdes d’une ère contemporaine. Des structures constamment ralenti par un thème dramatique qui est profondément investigué par un auteur dont la perception des époques transcende les écrits. C’est un album ‘’gutsien’’ très mélodieux qui se catalogue dans un Vangelis orchestral et qui s’apprivoise à petite dose.

note       Publiée le vendredi 17 avril 2009

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Adonai".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Adonai".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Adonai".

GuiOhm › dimanche 24 mai 2009 - 22:32  message privé !

La pochette et une rapide recherche Google laissent à penser qu'il y a erreur dans le titre de l'album ;-)